Boukhanefis : Une demande de raccordement à l’électricité qui dure depuis 08 ans

La mort, semble-t-il, était plus rapide. Âmi Ahmed Bekri a attendu depuis 05 longues années pour s’éteindre en 2019 à l’âge de 86 ans. Sinon, faut-il comprendre que les services de la société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz de la Daïra de Ben Badis qui étaient plus lent et complètement irresponsable.  

La commune de Boukhanefis dépend, en matière d’électricité, de la daïra de Ben Badis, distante de 24 Km, à quelques minutes seulement de trajet. Même en marche, l’on n’aurait jamais resté tout ce temps pour un simple branchement. Le défunt a attendu depuis 2014, date de l’établissement de sa demande. Son vœu était juste de voir, comme tout être humain, lui, ses enfants et petits enfants, la lumière dans sa nouvelle demeure, construite dans sa parcelle de terre agricole à proximité de la RN 95, tout prés de la station d’essence Bouregba, octroyé dans la cadre de l’exploitation agricole individuelle (EAI), et prévue dans le cadre de la politique de développement rural qui a pour objectif la promotion des espaces ruraux et la fixation des populations locales, dans un but d’encourager les ménages à réaliser et collaborer à la relance de l’économie nationale.  

Si cette demande a été envoyé à l’endroit le plus isolé du monde “pôle d’inaccessibilité”, elle n’aurait certainement pas enregistré tout ce long temps, pour laisser périr de désolation et de chagrin un vieillard pour un droit fondamental à la vie, à la dignité, à l’auto-suffisante et à l’économie du pays, sachant que l’électricité est devenue indispensable à l’agriculture. Âmi Ahmed n’a pu ni jouir de la lumière ni profiter pour cultiver sa parcelle de terre afin de subvenir aux besoins vitaux de sa familles.  

Proximité, lutte contre l’isolement, éradication des zones d’ombres, rapprochement de l’administration au citoyen, proximité, ne sont désormais qu’une dissonance, un son qui manque de sens, sans harmonie. Si le gouvernement se bat pour réaliser des objectifs, des cadres locaux à un niveau inferieur font tout pour emboiter le pas sans crainte ni remord, devant une impunité encourageante.  

L’on peut expliquer certains comportements, mais celui-là ne peut être qualifié que d’un crime multidimensionnel. Il engendre tout un arsenal d’injustice : des enfants qui ne peuvent pas réviser leurs leçons, une femme qui n’est pas libre de préparer de quoi manger avant que la nuit ne tombe, pas de télévision, pas d’internet. Une vie d’enfer tout court. Les services de la SADEG de Ben Badis sont plus que coupable. Âmi Ahmed est décédé en 2019, et l’électricité n’est toujours pas arrivée, pour clôturer jusqu’au jour d’aujourd’hui, après sa mort, 08 longues années. Maintenant c’est ses enfants qui continuent à attendre qu’un miracle arrive. Peut être qu’il s’agit en fin de compte de miracle ! Et pas que…  

Bureaucratie et non reconnaissance des documents de l’huissier et du notaire 

Une colocataire, comme tant d’autres, à la cité 50 logements LSP route de sidi Ali ben youb à Tabia, qui a acheté un logement depuis 02 ans déjà. Elle reçoit toujours les factures de l’électricité au non de l’ancien propriétaire. Une demande accompagnée de documents de l’huissier de justice et du notaire’ attestant l’affectation du logement à son nom, a été adressé au directeur de la SADEG Ben Badis pour changer la facture à son nom au tant que nouvelle propriétaire, mais vainement. Ce dernier insiste sur un certificat administratif livré par l’APC, qui n’a aucun poids juridique par rapport aux documents de l’huissier de justice et le notaire qui sont considérés comme des hommes de loi. 

Une dizaine de réclamants prévoit de fermer la seule route menant vers la daïra de sidi Ali ben youb, a-t-on appris, provoquant probablement, de la sorte, des incidents, que le directeur de la SADEG pouvait éviter, juste en faisant son travail convenablement en se mettant au service du citoyen, et ainsi éviter un travail de plus aux services de sécurité et œuvrer à réaliser une stabilité sociétale.  

Djillali Toumi


le 02 novembre 2021


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
02 novembre 2021

Répondre

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 5 923
  • 7 469