Chronique du jeudi: PRIX DU PÉTROLE : LA CRISE EST BIEN LA !

Finalement on commence à murmurer au niveau du Gouvernement que la crise risque de nous atteindre. Il n’y a rien de grave, mais il faut penser à réduire les dépenses et à diversifier l’industrie en vue de sortir de la dépendance des hydrocarbures.
Ouyahia a beau claironner qu’il «ne faut pas mentir au peuple», l’opposition et les spécialistes ont beau s’égosiller que la crise est à nos portes et qu’il devient urgent de prendre les mesures qui s’imposent, mais SELLAL & co pensent tout le contraire. L’Algérie va bien et il n’y a aucune crise à l’horizon. Tous les projets sont maintenus et notamment sociaux qui demeurent irréversibles.
Mais en filigrane, se dessinent plusieurs alertes :
D’abord, l’annulation des projets qui n’ont pas fait l’objet d’entame. Il en est donc question du tramway pour Tlemcen par exemple, ainsi que l’autoroute des Hauts Plateaux qui, d’un seul coup n’est plus à l’ordre du jour. Ensuite, il y eut le gel des recrutements au niveau de la fonction publique, même si BENGHABRIT s’est empressée de clamer que cette décision ne concerne pas son secteur; alors que le Ministre du travail  déclare à propos des contractuels auxquels on a moult fois promis la titularisation : «celui dont le contrat arrive à terme, n’a qu’à rentrer chez lui»
Ensuite SELLAL réunit les Walis et remet sur le plateau le rôle que doivent jouer les responsables et élus locaux, qui ne deviennent importants que lorsqu’il n’y a plus de rente.
Le pavé dans la mare est jeté  lorsque l’argentier du Pays balance l’hypothèse plausible du recours à l’endettement extérieur soulevant un tollé général et l’ire de Louisa HANOUNE.

Retour à la case départ. En 1999, l’Algérie était endettée, mais à la faveur du marché fort prolifique du pétrole qui a plané durant plus d’une décennie à plus de 100$, l’Algérie a pu non seulement payer par anticipation ses dettes, mais se permettre le luxe de prêter au FMI et le zèle d’annuler les dettes de plusieurs Pays Africains qui se sont empressés, dès la première occasion venue, de nous remercier à leur manière : Il en est ainsi de la Mauritanie qui jouant dans le trouble des relations libidinales Algéro-Marocaines, expulse un de nos diplomates, mais aussi du Bénin qui s’empresse de voter contre l’Algérie pour l’organisation de la CAN. Ceci me rappelle une triste anecdote des années 70. A l’Université d’Oran, il y avait avec nous des Étudiants Sahraouis. Alors qu’on discutait du soutien de l’Algérie, un Sahraoui nous lance le plus sérieusement du Monde : «Si vous continuez à nous soutenir, on vous cèdera Tindouf à l’indépendance!»
Après cette digression, revenons à cette crise qui n’existe que dans l’imaginaire de l’opposition. Donc, après avoir fait tout cela, on s’amusera à distribuer de l’argent à travers l’ANSEJ, l’ANGEM et les DAIP. On permit l’importation des cure-dents, de la mayonnaise et du papier hygiénique de différentes marques. La corruption fait des ravages à qui profitera au maximum de la rente inépuisable, quitte à importer des containers pleins de cailloux!
Mais à l’image de la cigale, l’été fini, un hiver rigoureux s’annonce. Mais comme le bois a été complètement épuisé par des incendies criminels provoqués par des pyromanes s’alimentant à la rente, le Peuple n’aura rien pour se chauffer. Bien au contraire.
Si crise n’y a pas, je me demande alors pourquoi le Gouvernement instruit tout le monde à réduire les dépenses (mais sans toucher aux salaires, c’est précisé avec insistance !) Alors que M. SELLAL s’évertue à emmener ses Ministres, Walis et autres fonctionnaires de l’État à gérer avec parcimonie, il relève de l’inconscience et de l’irresponsabilité de constater que 900 Milliards de centimes ont été dépensés depuis le début de l’année pour…. Les différentes réceptions organisées par les Ministères !! Soit un peu moins de 4 milliards en moyenne par jour !
Si crise n’y a pas, je ne comprends pas pourquoi la valeur du dinar descend en flèche provoquant une augmentation des prix sans commune mesure touchant pratiquement tous les produits. Sous l’effet, de la chute du prix du pétrole, le dollar enregistre une remontée spectaculaire (il est passé de 82 DA à 105 en l’espace de deux mois au cours officiel!) donnant au dinar une valeur quasi-nulle ! Ainsi, la ménagère est surprise par les prix affichés chez ses marchands de fruits et légumes habituels où le citron par exemple s’affiche à 700 da, la tomate à plus de 150 DA et le «Kosbor» à ….100DA. Juste à côté; le père fait des acrobaties pour pouvoir payer une gomme à 170 da!
Et dire que de notre époque, le Kosbor, carottes, céleris, menthe … étaient donnés gratuitement par notre marchand habituel quand on a tout acheté chez lui.

cout de la vie

djillali@bel-abbes.info


le 03 septembre 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
03 septembre 2015

1 Commentaire pour “Chronique du jeudi: PRIX DU PÉTROLE : LA CRISE EST BIEN LA !”

  1. berraoui

    dans la preface du livre de machiavel (le petit prince) on y lit : REGNER C EST FAIRE CROIRE
    or faire croire n est que mensonge et cest la l element primordial de la cultur politique en algerie.
    la gestion politique des affaires complexes de la societe commence par la detection et le denombrement des problemes ainsi que leur comprehension de leur cause grace aux competences deployees pour pouvoir evaluer et construire une strategie adequate
    or lon remarque une fuite en avant basee sur des declarations denuees de tout transparence ou un franc parler
    en toute logique quand un peuple apercoit que sa realite et ses problemes quotidiens n ont aucune placeni aucun sens dans le discours d un responsable politique il concluera tres vite que ce reponsable est un menteur
    dire au peuple de serrer la ceinture apres avoir dilapide vole et jeter de largent par la fenetre durant 15 annees n est en faite qu une preparation a une revolte que personne de nous ne la souhaite.
    mais soyons logique n est il pas juste de supprimer le senat le ministere des anciens moudjahidines(sil existe des moudjahidines) et de reduire le parlement a 2 deputes par wilaya (96deputes) et supprimer les salaires pour les elus locaux qui sont une charge pour les citoyens dans touts les communes dalgerie…ffaites un petit compte et vous verrez combien notre pays en economisera….
    rien ne sert de courir il faut partir a point

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00