Chronique du jeudi: VAINCRE LA VIOLENCE? C’EST PEUT-ÊTRE PLUS SIMPLE QU’ON NE LE CROIT!

Alors que j’étais concentré sur la rédaction du fond de ma chronique axée sur un sujet  d’actualité  politique, qu’elle ne fut ma surprise dans un moment où je cherchais un instant de répit dans les pages Facebook, de tomber sur ça :
«J’ai le plaisir d’aviser tous nos amis (es) qu’une rencontre littéraire aura lieu à la Bibliothèque Paroles et Écritures, chaque premier samedi du mois durant toute l’année 2016 incha Allah, tour à tour aux jeunes adolescents et adultes, et aux enfants accompagnés éventuellement de leurs parents (6 – 14 ans). Ces manifestations culturelles porteront sur la lecture d’extraits de contes, de roman, de pièces théâtrales et d’autres essais littéraires en Arabe et en Français. Suivra un débat.»

Ceci m’a immédiatement interpelé, fait oublier le premier sujet et inviter à développer cet aspect qui pour moi, revêt une importance vitale eu égard aux conséquences et à la portée d’une proposition, à priori, anodine mais généreuse.
Dans une période caractérisée par la violence dans les écoles, les stades et à la rue, par la consommation des drogues tendant vers une augmentation géométrique et flirtant avec les plus dures, on ne peut que se réjouir d’une entreprise aussi audacieuse.
Dans une société désormais réputée pour son inculture, où les députés n’ont pas lu un livre depuis leur naissance – hormis quelques versets du Coran pour certains – où une pièce de théâtre est jugée blasphématoire, où la consommation de la cocaïne dans les collèges ne surprend plus personne, réserver un espace-temps à la lecture, aux contes et aux débats est à mon sens, une initiative non seulement encourageante, non seulement salutaire mais surtout salvatrice et indispensable à la survie de «l’espèce algérienne »
Dans une société où dans nos cités les librairies ont toutes disparu au profit des Pizzerias, où il y a plus de monde dans les foires-bazars que dans les foires du livre, où les médecins donnent des recommandations pour les charlatans réputés «Rakis Char3is », noter une initiative qui invite à lire et à débattre d’un livre, un samedi après-midi de surcroît, remet du baume au cœur et fait revivre l’espoir. Une initiative qui vient nous bousculer pour nous avertir que tout n’est pas fini, qu’il y a toujours une possibilité de sortir de l’ornière de l’obscurantisme.
Et cela on n’en avait bien besoin. Mais la manière dont cette thérapie est venue heurter notre conscience, nous rappelant que nous n’avons rien fait durant tout le temps où la société périclitait, nous choque par sa simplicité. En effet, l’auteur de l’initiative – un spécialiste de l’éducation qui a terminé sa carrière je crois comme Inspecteur après avoir occupé tous les paliers de l’enseignement – interpelé surement par sa conscience de pédagogue, a jugé utile de faire don de son savoir au profit des autres, de manière bénévole et inconditionnelle.
A priori, l’initiative quoique louable semblerait à priori anodine et similaire à n’importe quelle autre initiative qui ne manquent d’ailleurs point, en ces jours. Cependant, si l’on analyse la portée, on découvre qu’elle est réellement de haute facture.
En ces temps de disette culturelle, que dire de celui qui vient rappeler que lire un livre et le débattre est une nécessité absolue pour la construction de l’adulte.
Apprendre à l’enfant à aimer la lecture : voilà un objectif divin. (N’est-ce pas que le Bon Dieu en réservé le premier verset du Livre Saint, le Coran ?) Cet objectif sacré est le précurseur de nombreux autres plus terrestres et plus physiques : L’enfant conditionné à la lecture lui consacrera désormais beaucoup plus de temps, qu’il ne trouvera plus pour la rue et donc pour les tentations malveillantes telles la drogue et les boissons. Épris de lecture, l’enfant s’identifiera à ses héros de roman et en tirera les morales et les leçons.
Cette initiative appelle d’autres tout aussi louables. L’Algérie en général et Sidi-Bel-Abbès en particulier, comptabilise – grâce à Dieu – un grand nombre de spécialistes et d’experts dans tous les domaines, actuellement en retraite. Ils peuvent initier d’autres actions tout aussi salutaires : Sans aller jusqu’à citer les noms, les lecteurs peuvent facilement reconnaître de qui je parle, quand je dirais qu’il pourra facilement créer des rencontres mensuelles sur la peinture ; un autre pourra le faire pour le théâtre ; alors que le troisième est idéal pour les marionnettes. Mon ami se reconnaîtra dans son école de théâtre pour enfants que je voudrais qu’il redynamise.
Ainsi donc, là où le Gouvernement, ses Ministres et sa police ont échoué, de simples bénévoles mobilisant leur énergie leur patience et leur temps pourront vaincre la violence dans les écoles, mettre fin aux agressions des enseignants, et éloigner nos enfants de la drogue…. Ils auront juste à apprendre à l’enfant à aimer la lecture, la musique, le théâtre, la culture…..
Finalement, lutter contre la violence, ce n’est pas aussi compliqué qu’on veut bien nous le faire croire !

P.S.Une seule remarque à l’initiateur du remède contre la violence : Je lui conseille de s’arrêter aux enfants. Pour les adultes, les carottes sont déjà cuites à mon avis.

djillali@bel-abbes.info


le 17 décembre 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
17 décembre 2015

1 Commentaire pour “Chronique du jeudi: VAINCRE LA VIOLENCE? C’EST PEUT-ÊTRE PLUS SIMPLE QU’ON NE LE CROIT!”

  1. Université 22

    Bonjour.

    Je tiens d’abord à saluer l’initiative exemplaire de monsieur Khiat, écrivain et pédagogue. J’aurais aimé voire cette louable action s’installer au niveau des quartiers et places publiques pendant les week-end(s) et la période des vacances scolaires. Une lecture en pleine air pour une adhésion globale en tâche d’huile qui s’effectuera tout doucement et sûrement au niveau des passants et curieux. Le livre demeure un apport important dans la constitution de la personnalité de l’enfant. Aussi, il est l’outil dans l’apprentissage de la lecture dans le contexte de “la compréhension” et ensuite de l’information. De ce qui précède, on peut avancer que le livre est le support du développement de la communication intra et extra-familiale. L’accès au livre pour l’enfant doit être un moyen de grandir sereinement. Cette idée de notre ami Khiat va nous obliger de nous interroger sur la place du livre dans l’éducation de l’enfant devant les fléaux qui détruisent notre jeunesse. Si nos bibliothèques communales sont désertées , c’est tout simplement qu’il n’existe aucun travail d’approche de la part des enseignants qui encouragent le “copier-coller” par rapport à la synthèse élaborée à travers le livre. L’école qui ignore le livre ne peut qu’éjecter un enfant sans repères. Aussi, la direction de la culture qui ne s’investit pas dans l’éducation de l’enfant à travers la promotion de la lecture, facilite le glissement dans l’ignorance des fléaux de la rue. Et dire, qu’il existe un camion bibliothèque qui est en perpétuel stationnement au niveau de la cour de la direction de la culture, au lieu de sillonner les communes et quartiers.Existe-t-il une direction de la culture à Sidi Bel Abbès? Si c’est oui, qu’elle nous présente le programme réservé à l’enfant. Quel est la place du livre dans l’emploi du temps établi par la direction de l’éducation? Et nos élus? quel est leur souci dans l’éducation de nos enfants à travers le livre? Nul. Eux-même ne connaissent pas le livre. Mis à part la presse écrite à la recherche du scoop politique, ils ont peur du livre. Les structures qui abritent les bureaux des élus sont dépourvues de salles de lecture. Faisons de la rue un espace de lecture pour l’éducation de nos enfants.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00