Ces cliniques privées qui ne voient en les malades qu’une masse pécuniaire

L’argent c’est le bonheur…dit-on, mais à quel prix ? Au point de ne plus considérer la vie !…comment peut-on adopter un tel comportement, de telles pratiques de désolations, ou une clinique sanitaire publique ou privée censée faciliter les procédures pour pousser au summum le rétablissement d’un malade, ne voit en lui, en sa suprématie d’être humain qu’une monnaie qu’il faut à tout prix subtiliser.

Une malade qui fut opérée à la maternité de sidi bel-abbes suite à un cancer de sein,  elle a d’abord vu l’enfer pour dénicher un miraculeux rendez-vous. On remet à sa cousine le corps extrait à analyser pour un éventuel traitement de chimiothérapie. Et c’est là le commencement des souffrances après avoir suffisamment supporter les douleurs d’une pathologie létale. Sa douleur reprend le trajet des sanglots intenables, un autre itinéraire plein d’imprévus.

À sidi bel-abbes, il vaut mieux rêver dans cette situation. Même avec des LABO à la maternité, à l’hôpital Dr Hassani Aek, à Ben Badis, à Telagh, Sfisef et dans d’autres coins sanitaires de notre vaste wilaya, les analyses si elles existent elles sont sérieusement à envier. Elles restent réservées à une race limitée et surtout délimitée.

Pour satisfaire cette clientèle, le laboratoire de l’hôpital Dr Hassani Aek fonctionne presque à huit clos à temps presque privé, libre d’engagements. Il était 10h quand cette cousine c’est présentée, elle fut surprise par une réponse qui sort de l’ordinaire «  il faut venir de bonheur, maintenant c’est trop tard  ???».

On peut admettre certaines ‘’diarrhées verbales’’ me dit un copain. Au point d’une négligence caractérisée de l’urgence de l’analyse d’un corps qui devrait normalement être pris en charge sans condition,….. sans parler de la santé du malade, de son milieu, de sa situation sociale, de tout un cocktail de misère qui ne lui pardonne aucun retard.

Dans ce temps, le malade est toujours là à attendre, déguster lentement ses douleurs au gout amer. Aucun traitement ne lui sera donné. Le médecin doit attendre le résultat des analyses, des analyses qui devront passer par des épreuves à faire goûter les pires supplices à cette infortunée.

L’indifférence, l’inhumanité de ces forgés de sang qui les rendent si glaciales et sans âmes pénalisent ces malades à partir dans d’autres wilayas : Oran, Tlemcen et même très loin à Alger subissant le malheur d’une défaillance inhumaine indescriptible de tout le secteur de la santé à la recherche d’un ultime secours qui leur donne l’espoir à la résurrection.

Les douleurs ici n’en finissent pas ni d’ailleurs le temps n’en pardonne le retard. Le cancer aboutit tout droit à une mort formelle. Le malade est plongé dans une submersion, il n’y peut rien tant que son sort est livré à une interminable dégringolade. Notre malade fut chassée de la maternité prétextant l’exiguité et une queue interminable de ses semblables.

Les laboratoires de l’état sont fantômes. ils existent sans le fait d’exister pour quelque chose de prescrit. Le personnel affecté dans ses services dégage une insensibilité incroyable ne manégeant aucun souci à renvoyer les malades ou leurs familles à leurs mains des organes mis dans des pots subissant tous les effets et méfaits climatiques pouvant fausser les bonnes analyses et ainsi mettre en danger le malade.

Notre malade,…. revenons à elle pour en sortir au maximum le fardeau que fait subir le secteur de la santé avec ses deux secteurs privé et étatique à ces malades qui pataugent sans assistance dans la fange des profondeurs de l’abime. Elle se déplace à Oran, ou l’on raconte que les analyses sont meilleures ???.  Elle se dirige vers le laboratoire d’anatomie pathologique de la société civile professionnel sis  au n°30 rue des sœurs Ben Slimane à ORAN.

Pour se satisfaire elle devait d’abord demander de l’aide financière par ci par là pour pouvoir subvenir à ses dépense de transport et répondre aisément à une  facturation généralement imprévue de ces ‘’établissements commerciaux sanitaires’’. Elle dépose l’organe contre une somme cash de 9.000,00 dinars le 29/06/2013 pour des analyses qu’elle devait retirer après 15 jours. Après être aux délais on lui apprend que les analyses ont été faussées  et qu’ils devraient les refaire une autre fois.  La pauvre s’est trouvée obligé de retourner à sidi bel abbes ajournant ses souffrances.

Désappointé complètement, sans un souffle ni brin d’espoir, elle ne mange plus comme avant, ne dort plus comme à ses habitudes, souffre énormément de son bras et son dos avec l’idée qui lui colle que le cancer abouti sans doute à la mort. Elle abandonne toute lutte, ni manger ni contact avec sa petite famille étant mère de 3 enfants, elle chute en flèche à l’amaigrissement  donnant l’air d’une mort vivante à sa trentaine d’âge.

Sa situation fait écho et donne de la peine dans son entourage et ses voisins, Elle trouve par miracle un esprit bienfaiteur. Cette personne lui propose d’aller rechercher ses analyses et réclamer l’organe pour d’autre analyses qu’elle lui ferait sans frais à l’hôpital de sidi bel-abbes.

Pendant tout ce temps les méninges n’ont pas cessé un seul instant de lui tracer sa disparition laissant ses petits enfants derrière elle. Ces sentiments, elle venait de nous les apprendre, et même la pierre ne peut y résister.

Au retour à Oran, à son arrivé au LABO en tenant à ce bout d’espoir, on lui remet les analyses lui balançant un niet catégorique de lui remettre l’organe extrait du sein. Le médecin de service, une femme,  à cette après midi de ce jour 24/07/2013 n’a pas eu froid aux yeux de lui imposer le choix de soit faire les analyse ici ou payer encore 3.000,00 dinars pour retirer l’organe.

La malade ne portait pas avec elle suffisamment d’argent pour répondre à cette exigence inhumaine et d’aucune conscience, elle la supplia quand même de le lui remettre et qu’elle n’en pouvait plus, faible dans cette chaleur dans un jour de ramadhan. Madame ne veut rien entendre, c’était pour elle des instructions fermes ‘’de l’argent’’, autrement dit et si bien consenti ‘’ marche ou crève’’.

La malade n’en pouvait plus, elle avertit le médecin d’aller voir la police ou la DSP. Elle lui répond «  au diable ! »….. Et bien il a fallut que la pauvre traînant les pieds aille réellement au ‘’diable indulgent’’, à la DSP, du moment que cette direction n’a pas su donner des instructions fermes à soutenir, rassurer et respecter la fonction à caractère exclusivement humanitaire.

Djillali Toumi


le 25 juillet 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
25 juillet 2013

1 Commentaire pour “Ces cliniques privées qui ne voient en les malades qu’une masse pécuniaire”

  1. zalamite

    C’est un article disant proche de la réalité apparente mais au fond les choses sont un peu différentes. Déjà l’article présente un indice de taille,.cet indice n’échappe pas a un professionnel du métier c’est-à-dire les professionnel du labo, ceux font des analyse et des manipulation. Il dit 15 jours pour rendre le résultats. en fin d’article vous allez savoir pourquoi

    Citant le cas l’ana path il faut savoir que cette technique est très difficile elle nécessite une grande expérience et du doigté. Le bonhomme qui fait des coupes histologique ressemble au tailleur de diamant. Si tu donne la pièce de diamant a un mauvais tailleur il *va la raté et la briser en2. La pièce sera irrécupérable. C’est la même chose en ana-path. La pièce c’est la biopsie un morceau de l’organe coupé. Donc imaginez si vous donnez ce biopsie a un amateur ou un jeune laborantin. Il va le rater et va vous demander un autre morceau. Donc on va faire de la charcuterie, alors si l’organe est le foie alors imagier la catastrophe.
    Pourquoi il un tel désordre dans le secteur médical ??
    Tout simplement la main d’œuvre qualifié se trouve dans les hôpitaux publiques et entre les mains du corps paramédical car c’est eux qui font les analyse. Le médecin ne fait qu’interpréter les résultats c’est tout. Tout le travail est effectué par les laborantins. que se passe t’ils ??
    Les laboratoires du privé sont gérés soit par un investisseur qui lance un avis d’appel d’offre soit par un médecin qui a de l’argent. Un médecin n’a aucune compétence dans le labo du coup il doit recruter des vrais laborantins. Un vrai laborantins avec une expérience du terrain de 20 ans n’est pas choses courante. Sachant que le privé va faire beaucoup d’argent le laborantin va exiger 10 millions de salaire par mois avec une avancement de 15% chaque année pour couvrir les risques de contamination et l’inflation du souk.
    Le petit privé ne peut pas alors que fait il va court-circuité ce laborantin et faire ce qu’on appelle les prestations service. Le laboratoire privé ne fera plus d’analyse mais envoie a l’hôpital a travers le chef de service. En faisant des calculs simples mieux payer 3 millions par mois au chef de service que de payer 10 millions. Comme si le laboratoire paye le technicien a 3 millions par mois. Les personnels du paramédical ne sont pas bête. Ils voient ce qui se passe alors sachant que le chef médecin ne peut rien faire, ils verrouillent tout. C’est normal lorsque tu es dans un café tu entend un paramédical dire ‘’le chef service nous prend pour des cons ou quoi ?? il a battit une villa 3 étage et vient d’acheter une nouvelle voiture, et lorsqu’il passe a ms coté il me regarde de travers alors que c’est moi qu fait tout. il font de l’argent sur nos épaules’’ Demain il va faire lui-même les analyses. Le chef de service est coincé eet avec lui le labo privé. Le labo privé vient de déposer sa Glacière pleine de prélèvement de la journée en biochimie et ena-path mais reviendra bredouille. L’appareil est tombé en panne, ou le réactif est périmé. Que va-t-il faire devant les patients ?? Dieu seul le sait. ç a ne passe pas comme ça peu être pour court-circuité ces laborantins le chef de service n’a qu’une solution devant lui ‘’signé a blanc une analyse’’. Le privé reviendra avec un résultat faux en payant bien sure le service.
    Vous voyez ou ça mène lorsque les gens ne sont pas payés ai juste de leurs valeurs. Vous l’avez compris l’état est en face d’une situation de sabotage impossible d’y faire face.
    Pour faire de l’ordre il refaire la grille de salaire en payant tout le corps avec le même salaire de base avec une indemnité des années d’étude. Un chef service et un paramédicale on le même salaire de base que soit chez le privé ou chez le publique pas moins de 5 millions par mois. Avec une indemnité des études. C’est-à-dire qu’un paramédical qui a fait 5 ans d’ancienneté c’est l’équivalent comme s’il a fait des études médicales. Ou bout de 5 ans d’expérience il s’est entraîné il apprit il s’est documenté ‘’donc il faisait des études autrement’’
    Donc une infirmière ou un laborantin ou bout de 5 ans d’expérience, il aura l’équivalence de Master Interne
    ** pour les 15 jours d’analyse, sachez q’une analyse de ce type en ana-path demande au maximum 6 heures de travail..soit le labo envoie l’échantillon ailleurs, ou le technicien el miskine est un débutant..il rate 100 coupe pour obtenir une de bonne..le technicien qui a le métier vaux de l’or.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00