Il s’agit des rues et ruelles adjacentes aux nombreux marchés du Graba qui sont empruntées par un grand nombre de citoyens en majorité femmes et petits enfants. Elles demeurent impraticables par endroits à cause de l’accumulation de la boue en hiver à l’image de cette rue Said hanifi (voir image) qui jouxte plusieurs centres commerciaux notamment celui de Gargentah, Berrebah ou le marché des fruits et légumes du Graba. marché graba
D’autres comme la rue Assas Mokhtar et Bendida benyoub ou Sekkal Chaib qui convergent toutes les trois vers ces mêmes points de la ville, les plus visités par la gente féminine en raison d’une activité commerciale très importante , demeurent des artères qui nécessitent un entretien en continue et un bitumage des endroits présentant les crevasses et nids de poules.
Des rues et ruelles à l’ état dégradée où les pauvres femmes risquent de se briser une jambe des suites d’une glissade sur une boue formées aux premières précipitations de pluies.D’ailleurs , elles sont nombreuses qui se sont foulées la cheville en marchant sur des crevasses.
Par ailleurs, de nombreux automobilistes se plaignent de ces artères qui ont été décapées, il y a plusieurs mois et attendent toujours d’etre bitumées, l’on citera celle du coté de la cité universitaires des 2000 lits et d’autres signalées par les mêmes usagers dans d’autres quartiers de la ville.