FESTIVAL INTERNATIONAL DES DANSES FOLKLORIQUES : Une parade réussie.

Mise a part,  le faux bond du Mexique et de la Russie du  fait de la grève d’air Algérie ,toutes les autres troupes  dont l’INDONESIE, MAROC ,   NIGER,    BAHREIN,  SENEGAL ,  JORDANIE , BULGARIE , MADAGASCAR,   TURQUIE,  TCHAD,  INDE, CHINE    entres autres , ont été présentes hier soir  à une grandiose   parade  qui s’est ébranlée depuis le lycée Abdelkader AZZA en empruntant  la rue du premier novembre  pour  « atterrir » dans un spectacle, riche en couleurs et émotions , devant la tribune   aménagée en  la circonstance  devant le  théâtre régional à l’endroit des officiels de la wilaya  . Ils étaient environ  500  festivaliers à avoir   défilé, dans une organisation impeccable , tour à tour, devant  un  public  nombreux  et surchauffé  des deux sexes issus de divers horizons . Alignés  sur la chaussée,  tel un seul homme, jeunes,  moins  jeunes, femmes, hommes, vieux vieilles ont  vu une  succession de  cultures aussi multiples que variées, défiler sous les applaudissements nourris des spectateurs et entrecoupés à tout bout champ, par de youyous stridents qui fusaient de partout.  Ainsi des tableaux chorégraphiques alternant amitié, fraternité, liberté, tolérance et cohabitation …. Et autres messages d’espoir  furent, tout compte fait,  véhiculés par des troupes professionnelles  qui ont exécuté magistralement  des mouvements mirifiques avec en toile de fond arrière, l’image d’un monde que d’aucun voulait meilleur. En phase avec un public  qui  commence à  prendre  acte de la  portée des expressions corporelles , un langage universel  du   reste, à même de rapprocher sinon à rassembler les peuples, les troupes ne se sont pas fait prier pour emballer, le temps d’une exhibition et autres démonstrations, sous une pluie battante , le publics et du coup reléguer momentanément ses tracas quotidien.

 

 HALIMA HANKOUR LA COMMISSAIRE DU FESTIVAL  DÉFIE SES DÉTRACTEURS   

Une somme conséquente de 8 milliards de centimes a été consacrée au festival national  de la danse folklorique, annoncera d’emblée   l’ex- directrice de la culture  hier matin, lors  du point de presse  organisé à la cinémathèque MOKSI. HANKOUR HALIMA, la  commissaire  qui  a tenu  durant  sa rencontre plutôt prolixe avec la presse locale et nationale un langage  franc et direct,  que trois milliards  sont allés au transport des troupes.  Pour elle, l’argent  importe, dans ces cas de figure, peu  notamment lorsqu’il s’agit de l’image  de marque  à  promouvoir de  l’Algérie que nous aimons, bien entendu, tous.  Quant au boycott  des associations locales HALIMA  HANKOUR  a invité  ses détracteurs à la défier sur le terrain  et par le travail « ce n’est  pas  de cette façon  qu’on construit notre pays clame t-elle . Un peu plus loin l’oratrice   fera  remarquer  que  les associations locales  ont boycotté HALIMA  et non pas le festival . Un précédent  grave dans l’histoire de la ville    de Sidi-Bel-Abbès que j’estime beaucoup  autant  que sa population, en précisant que  moi  ,  j’ai  pris  le festival en marche et celui-ci n’appartient  ni Halima ni a qui que ce soit  mais au contribuable que nous sommes  , « qu’ils cessent de dire n’importe quoi, tempête l’oratrice qui a visiblement gros sur le cœur. Elle a  appelé les  associations à retrousser  les manches et de bâtir des troupes   professionnelles en mesure de hisser haut et fort le drapeau national. Elle assénera, qu’à ce jour, aujourd’hui, nous n’avons pas de troupes professionnelles     «  Je défie quiconque peut me réunir maintenant les membres  des associations, il faut le dire sans avoir honte que nous avons pas d’associations , tranche t-elle, elles n’ont pas d’assises.   S’agissant  du programme, le commissariat  a prévu   des ateliers en marge du festival ainsi que de visite touristique au profit des festivaliers et des galas artistiques.


le 13 juillet 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
13 juillet 2011

2 Commentaires pour “FESTIVAL INTERNATIONAL DES DANSES FOLKLORIQUES : Une parade réussie.”

  1. zanjabil

    comment dire que la ville est privée de troupes folkloriques , alors que c’est les membres de ces associations qui ont aidé l’ex directrice à organiser la 1ere édition du festival, quelle ingratitude de la part d’une responsable et quelle amnésie . voyons, c’est à eux que revient le mérite d’instaurer une tradition artistique à SBA ; les beni ameur, el forsane,el tell, ahl el bled , es salem , bâton d’or…..

  2. Brahim Zeddour ( Oran)

    Roger Garaudy : Danser sa vie
    Le livre est préfacé par Maurice Béjart. Voici cette préface :

    Il y a quelques années, en vacances dans une île de la Méditerranée orientale restée, à l’époque, en dehors du circuit touristique, je vécus pendant des semaines, l’été, la vie de pêcheurs, de paysans authentiques dont le rythme était celui de l’air, de l’eau, de la lumière, des végétaux.
    Le soir, la journée terminée, le village se retrouve assemblé sur la place entre les deux cafés, le gros arbre, la fontaine et la rue qui mène au port. Les gens passent, se regardent, se saluent, sourient, disparaissent, reviennent, vont s’asseoir. Un petit mur de pierre, un banc, une chaise devant l’un des cafés, le bord de la fontaine. La nuit vient de tomber (rapidité du coucher de soleil en Orient). Silence. Puis les hommes se mettent à parler. Alors, presque toujours au bout d’un certain laps de temps, le ton s’élève : discussions, disputes – personne n’est d’accord – incompréhension. Certains soirs, c’est la bagarre, violente et sans raison. Interrogés le lendemain, ils ont cette réponse : « On a eu des mots ! »
    Ils sont de la même race, du même milieu social, du même âge…et les mots ont pour chacun une signification différente. Les mêmes mots. Mythe de Babel !
    D’autres soirs, le silence se prolonge, puis un homme se lève et danse – un autre – un troisième – les autres regardent mais leurs yeux affirment leur union profonde, leur participation totale. La danse continue tard dans la nuit, les danseurs se relaient de temps en temps, et lorsque chacun rentre enfin chez soi, l’unité demeure, la joie est véritable, le repos parfait. La parole divise. La danse est union.
    Union de l’homme et de son prochain. Union de l’individu et de la réalité cosmique.
    La danse est un rite : rituel sacré, rituel social. On y retrouve cette double signification qui est à l’origine de toute activité humaine. Danse sacrée – l’homme est seul en face de l’Incompréhensible : angoisse, peur, attirance, mystère. Les mots ne servent à rien. A quoi bon nommer cela Dieu, Absolu, Nature, Hasard ?…Ce qu’il faut, c’est entrer en contact. Ce que l’homme recherche au-delà de la compréhension, c’est la communication. La danse naît de ce besoin de dire l’indicible, de connaître l’inconnu, d’être en rapport avec l’autre.
    Danse profane – l’homme est membre d’un groupe ethnique, social, culturel donné. Il a besoin de se sentir faire totalement partie de ce groupe : d’être en rapport avec les autres. Bien plus que les lois, les coutumes, les vêtements, le langage, c’est le geste qui va donner existence à cette union. Les mains se joignent, le rythme unit les souffles, la danse folklorique naît, avec son leitmotiv universel – la ronde, la farandole…
    Danse sacrée, danse profane : le soliste seul devant l’inconnu métaphysique, le groupe uni dans sa fonction sociale – l’origine et la réalité de toute danse doit être recherchée dans ces deux formes essentielles.
    C’est un lieu commun que de parler de la solitude de l’homme moderne au sein d’une civilisation déchirante. Pourtant l’homme ne souffre pas seulement de cette solitude, mais aussi, surtout, d’une division profonde de son être. Nous avons dissocié l’éducation du corps, celle de l’esprit et celle de ce centre (là encore on bute sur les mots) que nous nommons, suivant nos coutumes, l’âme, le cœur, l’intuition, la connaissance transcendante. Les sciences physiques et naturelles font abstraction de ce principe et de sa diffusion dans l’univers. Notre religion ne satisfait pas aux besoins de l’intelligence. Notre intellect nie le corps tandis que la médecine ne veut rien savoir ni de l’âme ni de l’esprit.
    Un univers de culs-de-jatte paralysés, tout au long du jour, au bureau, en voiture, à la maison, devant la télévision, à table et qui, durant la semaine, ne fait fonctionner qu’une petite partie du cortex cervical, se précipite, les week-ends et jours de fête, dans une activité pseudo-sportive incohérente et sans rapport aucun avec l’existence profonde de tout un chacun : ici l’esprit, là le corps, ici le sexe, là-bas le cœur, – vivisection perpétuelle dont tout être ressent actuellement le malaise profond.
    La danse est une des rares activités humaines où l’homme se trouve engagé totalement : corps, cœur et esprit. La danse est un sport (complet).
    La danse est aussi une méditation, un moyen de connaissance à la fois introvertie et extravertie. Il y a quelques années, en Inde, je rencontrai un maître, yogi réputé et véritable, et m’ouvris à lui de mon désir de faire du yoga, profondément, et non pas cette petite culture physique pour gens du monde hypertendus. Il me répondit : « Le mot yoga veut dire union. Cette union, vous pouvez la trouver par la danse car la danse aussi est union. Vous êtes danseur : Shiva, le Seigneur du monde, le grand yogi, est aussi nommé Nataraja, le roi de la danse…Vous êtes danseur, vous avez de la chance. Que votre danse soit votre yoga, n’en cherchez point d’autre. » Puis, me regardant, plus tard, au moment de nous séparer, il ajouta : « Ah ! si tous les Occidentaux pouvaient réapprendre à danser. »
    Les spectacles de danse ont chaque jour un succès plus grand, un public plus jeune, plus nombreux. Au XXe siècle, le ballet prend la place occupée au XIXe par l’opéra, aux XVIIe et XVIIIe par le théâtre parlé. La danse a repris dans le cortège des arts la place qu’une civilisation chrétienne et puritaine lui avait retirée. Mais est-ce suffisant ?
    La danse n’est pas uniquement un spectacle et l’engouement d’un public nouveau et fervent ne mènera nulle part si une révolution profonde ne lui rend pas sa place au sein d’une société qui se cherche.
    Il est aussi important pour l’enfant de danser que de parler, de compter ou d’apprendre la géographie. Il est essentiel, pour cet enfant, né dansant, de ne pas désapprendre ce langage sous l’influence d’une éducation répressive et frustrante. Que chacun, sortant d’un spectacle de danse qu’il a aimé, se penche sur ce problème et l’envisage au niveau de l’existence et non à celui du spectacle, et transpose cette joie sur le plan de la participation durable.
    La place de la danse est à la maison, dans la rue, dans la Vie. Alors, comme disait Nietzsche dans Naissance de la tragédie, « l’esclave est libre, alors se brisent toutes les barrières rigides et hostiles que la misère, l’arbitraire, la mode insolente ont établies entre les hommes. Maintenant, par l’évangile de l’harmonie universelle, chacun se sent avec son prochain, non seulement réuni, réconcilié, fondu, mais encore identique en soi, comme si s’était déchiré le voile de Maïa, et comme s’il n’en flottait plus que les lambeaux devant le mystérieux UN-primordial ».

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00