HOMMAGE À HADJ OKACHA HASNAOUI

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès de “Hadj Okacha”. Triste nouvelle qui nous arrive pour assombrir le ciel de nos cœurs .Il est parti ce brave Okacha qui a marqué de son sceau la ville de Sidi Bel-Abbés
et l’histoire de l’édification notre pays .Il est parti ,cet homme généreux et humble, toujours au rendez-vous quand on le sollicitait .Je me rappelle de lui et de ses élans du cœur pour l’université et pour le pays .Je l’ai vu un jour presque pleurer pendant la folie noire qui a ensanglanté l’Algérie .C’était un patriote et un homme engagé dans la construction de notre pays .Lui et son frère Brahim ont monté une entreprise à force de bras en partant d’en bas ,guidé l’amour du travail et du beau , toujours cherchant à mieux faire ouvrant leurs bras aux compétences nationales et internationales .Ils ont embrassé tous les secteurs , rien n’a été épargné , du bâtiment et la fabrication des matériaux de construction au marbre ,au goutte à goutte dans l’agriculture ,à la recherche scientifique dans les algues, et j’en passe .Je me rappelle un jour avoir entendu Brahim ,que pour eux ils ont consenti à un sacrifice pour aboutir ,tellement ,il était difficile d’avancer en Algérie à cause des obstacles difficiles à surmonter et de la bureaucratie ,mais je ne les ai jamais vu se décourager ,ils y croyaient ,qu’il vente ou qu’il neige ,ils étaient passionnés par ce qu’ils réalisaient .Pour les avoir approcher de près ,je sais que rien ne pouvait les décourager .Ils ne savaient ce que c’est que l’échec . C’était une forme de profession de foi et de conviction qui les animait. Mais,ce n’était pas étonnant ,parce que leur histoire s’est forgée dans le travail bien fait et le labeur .Souvent ,ils trimaient plus que leurs ouvriers et leurs collaborateurs ,mais c’était ainsi ,c’était leur nature . Le nom de « Hasnaoui » qu’ils portent avec honneur résonne aujourd’hui dans tous les murs de nos villes. Ce sont des bâtisseurs hors du commun qui ont marqué leur temps. Okacha ,l’ainé en était le pionnier ,mais , il se confondait avec Brahim ,on n’arrivait pas à les dissocier ,quand on voyait l’un ,on voyait l’autre .Il était le patriarche de cette authentique famille de sidi Ali Benyoub attachée à ses traditions ancestrales .Okacha ,était en quelque sorte ,le gardien du temple et le fédérateur de cette famille unie qui a conservé des valeurs qui n’existent plus dans cette Algérie qui a perdu ses repères et sa boussole .Quand on l’approchait ,on l’aimait .Je tenais à le dire et à le crier très haut vers ciel pour qu’il m’entende .C’était un homme, pieux ,discret et simple .Il faisait partie de la race des seigneurs .Quand je venais le voir à son bureau qu’il partageait avec son frère Brahim ,il me recevait avec l’élan du cœur ,le sourire et le respect ,en me proposant un café .Il ne se prenait jamais la tête ,et il ne regardait jamais les gens de haut .Il est resté toujours aussi simple que quand je l’ai connu il y’a plus de vingt ans ,j’en étais touché . Il est toujours fidèle à lui- même avec en plus l’allure d’un Italien, qui a vu naitre l’humanisme Européen. Cela lui allait bien ,avec le poids des années et sa sensibilité humaine .Ces derniers jours , j’ai souvent ,pensé à lui à lui parce que jamais ,je n’avais pensé qu’il allait partir, si vite et ,en pleine force de l’âge .Il m’apparaissait comme un roc ,que rien ne pouvait atteindre ,malgré la perte tragique d’un de ses enfants et d’un frère .Sa santé a toujours été florissante ,et son sourire permanent ,toujours en plein projets et en plein chantiers .Il faisait la route tous les jours entre Oran et Bel-Abbés. Rien n’apparaissait ,jamais il ne se plaignait de sa santé ,et jamais je ne
l’ai vu abattu .Il faisait partie de ces gens qu’on croit immortelles et qu’ils seront toujours là .Hélas le destin en a voulu autrement ,c’est le sens de la vie .Nous sommes voués à la finitude .C’est notre destin à tous et nous
l’oublions .Parce que ,tout finit ,tout s’en va ,il n’y a que le très haut qui reste et le bien que nous faisons sur terre qui nous immortalise dans les lieux et les mémoires .Partout où on se trouve aujourd’hui ,en Algérie ,et même dans le lointain Hoggar le nom des Hasnaoui est devenu familier .Tout le monde connait ,ils font partie du paysage ,c’est cela peut-être l’immortalité .C’est dire que Les “Hasnaoui” sont dans les mémoires pour le bien accompli sur terre , .C’est une race de bâtisseurs ,qui ne parlent pas beaucoup ,mais qui travaillent jusqu’à l’épuisement ,croyez-moi ,croyez-le .Ainsi va la vie ,il n’y a rien d’éternel .C’est difficile pour cette famille soudée de perdre un des siens ,et surtout pour Brahim qui perd en plus d’un frère ,son compagnon de toujours ,je sais qu’il doit beaucoup en souffrir .Quelle terrible épreuve pour lui ? Que dieu lui donne la force de la surmonter .Nous compatissons et nous en sommes attristés .Mais c’est la volonté de notre créateur et qu’en fait « tout est écrit sur la tablette et la plume s’obstine à rester muette » .Repose en paix « Hadj Okacha ». Jusqu’à la fin des temps, tu vivras dans nos cœurs et ceux des générations qui suivront. Que dieu donne la force à Brahim ,qu’il t’accueille dans son vaste paradis ,c’est à lui nous appartenons et à lui nous retournons .Toutes mes condoléances à la famille Hasnaoui .je sais que c’est un coup dur pour eux ,mais aussi pour ceux qui les connaissent. C’est une partie de vous et de nous qui est partie rejoindre le monde de l’intelligible. Je sais « Hadj Okacha » que de là où tu es, sous le ciel de sidi Ali Benyoub ,tu nous regardes et tu nous écoutes dans le silence de nos cœurs. Paix à ton âme, « Hadj Okacha » ,tu étais un homme de bien .Que Dieu t’accueille dans son vaste paradis ,tu le mérites.

ina lilahi oua ileihi rajioun Allah yerhmou
PR C.TOUHAMI
Professeur de chirurgie
Ancien recteur de l’université de SBA

Facebook Comments
15 août 2019

le 15 août 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 août 2019

Répondre

Nombre de Visites :

  • 7 857
  • 6 819

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez