la « grande maison » de mohamed dib , un hymne à la liberté.

Qui peut oublier  Omar, Aini ,  Commandar , Hamid Serraj , Meriem et tant d’autres personnages du roman phare de la littérature algérienne « la grande maison » de Mohamed Dib  et cela nous renvoie à ces questions durant l’ère coloniale  formulées par le jeune Omar derrière lequel on reconnait l’enfant Dib , un retour vers un âge où l’on découvre , l’on observe , l’on mémorise tout en ayant la curiosité de comprendre le monde des adultes  et à travers le périple de Omar peu à peu  Dib nous reconfigure ,
témoigne de l’Algérie de l’entre guerres avec   la sale guerre des occidentaux » et  la montée en puissance  de la voix de « l’ISTIQLAL »  et de voir dans ce haouch  toute la composante en miniature de la société algérienne et surtout  ce chant profond du peuple émouvant , lyrique , vrai fresque , une malhama d’un pays sous occupation , colonisé à plusieurs niveaux autant territorial que culturel que religieux au point où les européens  ou les pieds noirs disons  le objectivement ont pratiqué une véritable politique de l’apartheid  , il n’ y a qu’ à suivre  le récit de Kommandar  et son réquisitoire contre la guerre 14/18 et qu’Omar  frappé par la cruauté des hommes  commence à s’éveiller aux
horreurs de l’existence ou  quand il  fréquente Hamid serraj et que jeune conscience national  perçoit déjà  la prison coloniale et pourquoi il faut la détruire , il découvre que  les hommes  meurt pour être libre et dans le regard d’un enfant cela reste gravé pour longtemps . Pourtant Omar ne comprend  pas tout même s’il ressent  que  ce que lui enseigne  l’école des français  n’est pas vrai dans la réalité. Et le plus grand drame qu’il  subi, c’est la faim. Voici un extrait du roman qui certainement  nous interpelle plus d’une soixantaine d’années : «  En attendant, Omar prenait le jeu au sérieux. Sa joie d’exister était si forte et il s’y donnait si entièrement qu’il était de la sorte suffisamment occupé. Il
vivait pour ainsi dire impunément, et tout à son plaisir.  Il s’abandonnait à
l’insouciance, protégé qu’il était par son enfance.  Il avait terriblement faim, toujours, et il n’y avait presque jamais à manger à la maison ; il avait faim au point que certaines fois l’écume de sa salive se durcissait dans sa bouche. Subsister, par conséquent, était pour lui l’unique préoccupation.  Il était cependant habitué à n’être jamais rassasié ; il avait apprivoisé sa faim. A la longue, il put la traiter avec l’amitié due à un être cher ; et il se permit tout avec elle. Leurs rapports s’établirent sur la base d’une courtoisie réciproque, attentive et pleine de délicatesse, comme seule une ample compréhension saurait en faire
naître entre gens qui se jugent d’abord sans la moindre complaisance et se reconnaissent dignes l’un e l’autre. Grâce à cette entente, Omar reversa toutes les indifférences, filles de la peur et de la paresse. Et s’il avait songé à donner voix à ce qui était profondément enfoui en lui, il se serait à n’en pas douter exprimé en ces termes : « Mère bien-aimée, Mère faim, je t’ai renversé les mots les plus tendres… »

– Que de soirs il s’agenouilla à ses pieds, l’âme et les yeux absorbés dans le plus vaste amour, tandis qu’elle souriait, souriait… et s’approchait de lui, l’environnait de sa
douce et indulgente présence. Et lui s’assoupissait d’un sommeil vigilant sous le mouvement de ses mains légères, trop légères. Il voyait le combat de sa mère Aini pour la survie , son travail de forçat  pour gagner  une miche de pain pour ses enfants , il
voyait que dans la grande maison , les locataires n’étaient pas riches mais malgré cette misère , chacun  éprouvait pour l’autre  un élan fraternel , une identité partagé , d’une oppression commune  , d’un rêve commun  , et ces « petits gens » en leur for intérieur priait Dieu de les libérer de ce monstre européens ,  de le rejeter à la main et un militant comme Hamid Serraj organisait , structurait  ce mouvement révolutionnaire , cette
idée  de l’Algérie indépendante . La poésie de Mohamed Dib n’est pas seulement dans les mots, bien plus elle émane de l’intérieur  des personnages  aussi tragique, que pleine de cette humour populaire,  une foi silencieuse et baigné d’une douceur qui nous manque aujourd’hui, qui  peu à peu s’étiole des cœurs. Pourtant  quand Mustapha Badie à adapté l’œuvre à la télévision beaucoup se souviennent encore de l’émotion que provoqua le feuilleton  dans les grandes maisons algériennes même aujourd’hui quand il nous
arrive d’écouter la voix off  du commentateur ,  des larmes tremblent dans les yeux pour dire  que quand un écrivain creuse dans ses entrailles pour écrire ce qu’il y a de plus profond , il nous lègue  le beau poème d’un peuple , et  le roman « la grande maison »  est celui-là….  Mohamed Dib  a eu cette lumineuse réflexion sur la condition humaine « : C’est vrai qu’on a des problèmes, qu’on souffre, et qu’on sent que tous s’écroule au
tour de nous mais il ne faut jamais oublier qu’il y quelque part dans cette terre des êtres qui souffrent bien plus que nous il y a même ceux qui n’ont rien à manger, ceux qui n’ont ou passer la nuit,…  Cette petite évocation  du roman « La grande maison »  est   une sorte  de mémoire   de ceux qui tout écrivant  en langue française ont peut-être les plus exprimés « l’âme algérienne »  et ceci est une preuve que l’amour de la patrie
est d’amour un acte d’amour.


le 20 novembre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
20 novembre 2011

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00