Elle a fait cinq victimes: Une fausse sage-femme sous les verrous à Sidi Bel Abbès

Une jeune femme de 25 ans, qui s’est fait passer pour une sage-femme, exerçant à la maternité de Sidi Bel Abbès, a été arrêtée cette semaine par les éléments de la 11e sûreté urbaine.

D’après cette dernière, la mise en cause a escroqué 5 victimes, à qui elle demandait des sommes d’argent importantes pour leur rendre service, l’une d’elles lui avait déjà remis 38 000 dinars.

Présentée devant la justice pour escroquerie et usurpation d’identité, elle a été placée sous mandat de dépôt par le parquet de Sidi Bel Abbès.

S. D. (Le Temps d’Algérie)

****************

SIDI BEL ABBES : Une décharge sauvage au cœur de la forêt de ‘’Louza’’

 

Décidément, l’incivisme de l’homme en matière d’atteinte à l’environnement ne se limite pas à la dégradation du cadre de vie à l’intérieur du tissu urbain à travers les cités et quartiers de la ville de Sidi Bel Abbés.

Le phénomène inquiétant de la prolifération des décharges sauvages dans les zones rurales  est une autre cheville ouvrière de la lutte des pouvoirs publics et des associations militantes pour la sauvegarde de l’environnement et des sites naturels. Pour échapper à la vigilance des gendarmes, des gardes forestiers et des défenseurs de la nature, des indifférents à ces valeurs sociales se cachent  et choisissent des moments pour déverser des déchets de toute nature au cœur même des sites naturels. La Forêt de « Louza » située dans la commune de Zérouala à quelques encablures du chef lieu de la wilaya de Sidi Bel Abbès en est un cas édifiant de ce crime commis contre la nature. Des citoyens des douars des « Hssasna » ont tiré la sonnette d’alarme en direction des autorités afin d’arrêter ce massacre. C’est du côté de la route qui relie les quatre chemins «Kaid Belarbi » à la commune de Zerouala que des pistes sont empruntées par des camions chargés d’ordures et de gravas pour atteindre le cœur de la forêt a-t-on dénoncé. Ce tronçon routier calme et peu fréquenté encourage les agresseurs de la forêt à commettre leurs forfaits. La direction de l’environnement, la conservation des forêts et les services de sécurité sont interpellés pour sauver ce qui reste à sauver dans cette région un peu reculée qui s’y prête beaucoup plus pour un site de villégiature et de détente qu’à une décharge sauvage a-t-on amèrement commenté.

DM (Réflexion)
**************************