Le HIRAK : Est-ce une «selmia » pour une taille de rajeunissement du système ?

Le HIRAK : Est-ce une « selmia » pour une taille de rajeunissement du
système ?

Dr.Driss REFFAS

La politique consiste dans la volonté de conquête et de conservation du pouvoir, elle exige par conséquent, une action de contrainte ou d’illusion sur les esprits, qui sont matière de tout pouvoir.’ Paul Valéry.

En Arboriculture, la taille de rajeunissement s’applique sur des arbres fruitiers non taillés depuis des années, ou touchés par des maladies ou des gels. Une fois ce procédé technique réalisé, l’arbre régénère, retrouve la beauté de sa silhouette et sa production prolifère. Aussi, un système politique aguerri, se sentant essoufflé, un genou à terre, sa réaction s’inscrit dans la mise en scène d’un scénario qui lui permet de régénérer intelligemment et sans bruit, et s’il le faut dans la douleur et la confusion pour subsister davantage.

L’actualité qui éclaire le quotidien ‘exclusive’ de l’Algérien à travers la révolte ‘saine’ du HIRAK, m’autorise à redire la capacité d’engagement militant et l’honnêteté du citoyen meublée dans toutes les trames des couches sociales, à s’extérioriser naturellement pour endiguer le système mafieux généré, oxygéné et mis en forme par la fabrique, de marque
BOUTEFLIKA déposée et enregistrée ailleurs qu’en Algérie. On peut s’autoriser à penser que le HIRAK n’est pas exclu d’une manipulation satanique qui se veut être spontanée.
Seulement, si manipulation est fomentée, la beauté du HIRAK est naturelle et populaire. Le Hirak a fixé définitivement son avenir en dissipant le doute pour en faire une passerelle et atteindre le monde moderne, celui du respect des droits de l’homme, à travers la consolidation effective des lois fondamentales de la République. Ces dernières, se résument exclusivement dans le respect de toutes les libertés énumérées et elles ne s’éloignent nullement de la protection des valeurs millénaires de notre société.

A-t-on le droit aujourd’hui de livrer ce mouvement à la moisissure ? Il a désarticulé dans l’étonnement assommant et sans douleur les écoles dites annonciatrices du monde civilisé. La « moisissure » du système, est une entité « humanimale », bien définie par Dominique Lestel(1) qui souligne : « que ce qui se joue entre nous et les animaux relève non pas tant d’une relation que d’une vie en commun. Plutôt qu’une situation dans laquelle deux entités humaines et non humaines se rencontrent de façon ponctuelle, et préexistent à cette rencontre, elles émergeraient d’un temps et d’un espace commun, où elles s’influencent et se transforment mutuellement ». Toutes les argumentations les plus pernicieuses soit-elles, ne peuvent justifier une possible récupération du Hirak par la « moisissure », clientèle du système, car il demeure une dynamique entreprise populaire à consistance juvénile, marinée dans la glorieuse résistance anti-coloniale. Des leçons bien assimilées par le HIRAK, pour en déduire intelligemment une chimiothérapie prescrite à doses homéopathiques pour faire évacuer le système et sa « moisissure ».

Le mouvement du HIRAK, avant garde des millions d’Algériens qui, dans tout le territoire partagent le même slogan, base des revendications légitimes : « Système dégage ». Ce Système s’est incrusté juste après le 19 mars 1962, en confisquant l’indépendance à ses profits. C’était le 05 juin 1962, au congrès de tripoli que l’état major à sa tête feu Houari Boumédiène et avec la complicité de feu A.Benbella que l’Algérie fut livrée à la dictature
masquée par une pseudo entité révolutionnaire destinée à la consommation des peuples « libres » d’Afrique et d’Asie à savoir: République Démocratique et Populaire.

Le HIRAK, même s’il est lié à un fil conducteur dont on ignore la source de sa chaleur, il se démarque de celui du 05 octobre 1988 par son engagement pacifique dilué profondément dans un sublime civisme porté par une jeunesse torturée par les différents maux de la société dont Elle demeure la principale victime. Ce qui est important à souligner
dans cette réaction souple, propre et belle, le sens de responsabilité aiguisé dans le maintien de ce mouvement jusqu’à l’instauration de la deuxième république avec le précieux concours du peuple , véritable lien ombilical.

Quand on parle de peuple, on évoque en toile de fond, la qualité des démocrates qui le compose. Il est à exclure la notion du temps dans le
HIRAK, car les racines de ce système moribond sont pivotantes, fasciculées et adventives en même temps, ce qui veut dire tout simplement, difficile à déterrer, surtout lorsqu’on l’arrose dans la précipitation avec du «constitutionnel 102 ». Seulement la maturité politique du HIRAK ne
peut être acquise qu’à travers la sagesse employée dans son action, synonyme de la perfection de son intelligence.

Un aussi noble mouvement qui a enivré le monde, ne peut être livré à l’anarchie, synonyme du délabrement de l’engouement ,et vicieusement récupéré par la « moisissure» du système pour une deuxième culture et un essaimage avec la même coloration du précèdent système . Du 102 constitutionnel « botté », le Hirak avec sa SILMIA aboutira au 7 et 8 pour la mise en place d’une phase de transition gérée par les représentants du peuple. Tous les peuples libres de par le monde applaudissent la SILMIA du HIRAK du peuple Algérien. L’Algérie appartient à cette jeunesse qui a conquis le cœur de la planète par son HIRAK scientifique. Notre âge même un peu avancé, nous interpelle à guider nos enfants pour un avenir meilleur. Plus jamais le poisson ne se nourrira de la chaire de nos enfants.

La lutte des peuples pour recouvrer leur liberté, est la meilleure page écrite dans les annales de l’histoire universelle. C’est la seule qui est aimée et apprise avec amour et mélodie.En effet, je peux écrire que Che Guevara est mort assassiné, l’Amérique Latine souffre à ce jour de l’hégémonie USA, et La Havane a perdu de la saveur de son cigare. Son portrait rapporte
gros aux firmes capitalistes pour le plaisir des jeunes étudiants et les foules égarées des stades de football. À partir d’Oslo, Yasser Arrafat a souri au sionisme, la Palestine est déchirée et Jérusalem confisquée pour le moment. Mandela a négocié avec l’apartheid. Mandela est mort, et l’Apartheid sévit à ce jour.Le Ghetto de Soweto prolifère davantage dans la misère.Son portrait est vendu pour faire amuser les galeries égarées . En Algérie, le peuple a chassé le colonialisme, et les leaders se sont emparés de la révolution lors du congrès de Tripoli le 05 juin 1962. Le système mis en place a dilapidé le pays.Quand le peuple décide de son sort, il lui est interdit d’être assassiné par le système chassé. Sinon son portrait sera vendu et scandé pour le plaisir des foules.Les leaders des révolutions ont toujours échoué, et ce sont les peuples qui ont dépoussiéré les révolutions pour tirer haut et fort leur LIBERTÉ…

Le Hirak,n’a pas besoin d’une taille , il est juvénile et bien aligné dans sa revendication mère :Système dégage.

(1)Dominique Lestel est un philosophe français né le 1ᵉʳ septembre 1961 à Paris. Il développe une « éthologie philosophique » qui explore les « intoxications conjointes de l’humain et du non humain ».

Facebook Comments
10 avril 2019

le 10 avril 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
10 avril 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 1 536
  • 5 632