Les Archives de Bel-Abbes.info

L’HISTOIRE. L’ESSENTIEL ET LE CONTINGENT.

Il y a un an, en mémoire des événements d’octobre 1961, un papier est paru. Je vous le joins ci-dessous.
Avec une précision:
Certes, le souvenir de ceux qui ont été tués ce jour-là (les précédents et les suivants, et pas seulement à Paris) invite au recueillement.

Mais c’est surtout la cause pour laquelle ils sont morts qui méritent toute votre attention et l’acuité de votre pensée critique, libre et indocile. Souvenez-vous du sourire de Ben M’hidi…

C’est en effet cette cause qui, quand elle n’est pas purement et simplement évacuée de l’histoire dans sa transformation en rituels, en discours convenus, en salamalecs et en bousboussettes sucrés, est aujourd’hui dévoyée, instrumentalisée, exploitée, rentabilisée, détournée…

Il y a pire que l’oubli: la dégradation du passé en cérémonies dénotées.

Si l’histoire n’habite pas le présent, elle ne sert à rien. Les martyres et leur cause comptent en pertes et profits.

Aujourd’hui, l’Algérie est pays informel.

Elle n’a plus de doctrine économique : des décisions au coup par coups en fonction des fluctuations du prix du pétrole et du dollar dans un bazar dans lequel s’affrontent les chameliers de l’import-import et les “libéraux” preneurs d’ordres de la sous-traitance. Les uns importent et détruisent l’économie nationale. Les autres poussent à la privatisation des entreprises publiques et veulent mettre la main sur le pactole pétrolier et gazier, le coup qu’a voulu réaliser Khodorkovski en Russie. Mettre nos ressources naturelles sur le marché où rôdent les prédateurs et les rapaces.

Elle n’a pas non plus de politique étrangère. Ni amis, ni ennemis. Une nation sans ennemis est en danger. Peuplée d’opportunistes et d’écornifleurs.Elle se débrouille pour passer entre les gouttes. “Pourvu qu’on nous laisse bricoler la paix…”

Aujourd’hui notre pays est menacé par le Pentagone et veut peser sur notre défense nationale (cf. L’Expression du samedi 13 octobre 2018) et nos dirigeants négocient en coulisses l’espace étriqué de notre souveraineté, dans le plus grand secret et à l’insu des Algériens.

Inutile de nous préoccuper de nos élus qui s’étripent pour des cacahuètes à l’Assemblée Nationale (cf. Le Quotidien d’Oran du jour).

Si on persiste à enfermer le 17 octobre, le 1er novembre, le 05 juillet… dans le passé et dans les cérémonies commémoratives convenues, alors nous n’aurions rien appris et ceux qui sont morts depuis 1830 seraient alors morts une seconde fois.

Mais dans cette seconde mort le colonialisme n’y est pour rien.

Djeha,
Mercredi 17 octobre 2018.

17 Octobre 1961. Par-delà les quais de la Seine.
L’HISTOIRE. L’ESSENTIEL ET LE CONTINGENT.

Abdelhak Benelhadj, Le Quotidien d’Oran, J. 26 octobre 2017

En 2001, à la faveur du 40ème anniversaire du massacre d’Algériens le 17 octobre 1961, une plaque commémorative a été apposée sur le pont St Michel sur décision du conseil municipal de Paris. Une décision agitée, émaillée d’incidents et de polémiques. Des éclats de voix rappelaient Alger lors de la « journée des barricades du 13 mai ».

En 2012, F. Hollande, au nom de la République, « reconnaît avec lucidité », la « sanglante répression » tuant « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ».

Un peu partout en France, des cérémonies semblables sont ordonnées et des places baptisées en mémoire de cette tragédie : une station de métro dès février 2007 à Gennevilliers, puis une place en octobre 2011, une place à Saint Denis un mois plus tard, une autre à Bagnolet en octobre 2010, une autre encore au Blanc-Mesnil en 2011. Ce sera le tour de Villejuif en octobre 2012. Décidée en avril, une placette du 17 octobre est inaugurée en octobre 2013 à Strasbourg, à Aubervilliers en janvier 2015…

Lire l’article en entier ICI à sa source

17 octobre 2018

le 17 octobre 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
17 octobre 2018

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 497
  • 6 175

HORAIRE TRAIN ( site : sntf.dz)

Départ - Arrivée

ORAN - SBA
07h30 - 08h35 (*)
08h40 - 09h44 (**)
12:50 - 13:55
15h20 - 16h25 (**)
16h00 - 17h05 (*)
17h00 - 18h22
19h40 - 20h43(***)
22h40 - 23h45(***)
23h30 - 00h35(****)

(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar Sam/lun/Mer

SBA - ORAN
03h30 - 05h00 (***)
05h40 - 07h00
06h12 - 07h25 (***)
07h06 - 08h09 (*)
07h42 - 09h00 (***)
08h30 - 09h30 (**)
11h20 - 12h22 (*)
16h29 - 17h26 (*)
18h51 - 19h57 (**)
(*) venant de Tlemcen
(**) Venant de Saida
(***) venant de Bechar

ORAN ALGER

06h10 - 11h15
08h00 - 12h00(*)
12h30 - 18h00
15h00 - 19h30(*)
17h00 - 21h07

(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 - 11h25
08h00 - 12h00(*)
10h00 - 14h10
12h30 - 18h00
15h00 - 19h00(*)

(*) rapide

ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51

TLEMCEN - ORAN
05h50 - 08h09
10h30 - 12h49
15h30 - 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 - 16h22

MAGHNIA - ORAN
08h50 - 12h22
14h05 - 17h05

TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 - 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 - 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 - 07h15
13h30 - 14h31
17h02 - 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 -- 08h14
09h30 - 10h34
15h05 - 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 - 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 - 07h15
ORAN - SAIDA
08h40 - 11h17 nouveau
15h30 - 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 - 07h30
17h20 - 19h57 nouveau
ORAN - BECHAR
19h40 - 05h50
22h30 - 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h40 - 04h50
22h00 -7h16 (Sam,lun,mer)