« MENSONGES & FALSIFICATIONS : ATOUT DU SYSTÈME, HANDICAP DE L’HISTOIRE »

Djillali Cherrid 1951 – 2018

« MENSONGES & FALSIFICATIONS : ATOUT DU SYSTÈME, HANDICAP DE L’HISTOIRE » Par Djillali Cherrid

Un groupe de valeureux guerriers lance le 1er Novembre 1954, une opération qui va s’inscrire dans les annales de l’Histoire et donner naissance à l’une des plus prestigieuses Révolutions qu’aura connu l’humanité.

Ce groupe de Combattants fut rejoint par beaucoup d’autres qui venaient de tous les horizons, de toutes les tendances, de toutes les régions, le seul critère étant de vouloir : l’indépendance de l’Algérie.

C’est pour cela qu’il y eut parmi eux des athées, des salafistes, des communistes, des socialistes, des centristes, des gauchistes, des oranais, des chaouis, des kabyles, des touaregs….

Et le Front naquit : Un Front dont l’objectif unique était la Libération Nationale. Et cela donnait FLN.

A l’indépendance, ce FLN qui n’était pas un Parti – et qui ne pouvait l’être – devait disparaître parce chaque membre qui en faisait partie, devait rejoindre sa tendance ou créer son Parti pour défendre ses idées dans le cadre de la Démocratie.

Mal en prit à l’Algérie, les incohérences et contradictions qui ont miné la Révolution qui n’a pu tenir que grâce à la primauté de l’objectif de l’heure –l’indépendance – éclatent au grand jour, une fois l’objectif réalisé. Et déjà les “Marocains” prédominent au Pouvoir (ne dit-on pas Clan d’Oujda ?)

Toutes ses contradictions ont emmené BEN M’HIDI à « souhaiter » disparaître avant l’indépendance pour ne pas vivre une seconde « guerre » cette fois fratricide. Dieu l’exauça, parce qu’il était sincère.

L’objectif essentiel devint alors la prise de pouvoir. Le FLN -ou du moins ceux qui l’ont accaparé – devint un appareil et régna sur le Pays jusqu’à aujourd’hui. Avec ses contradictions, ses luttes intestines, ses règlements de compte, ses chasses aux sorcières ….

Le mensonge et la falsification s’érigeront en règle. Chacun raconte Sa Révolution, dans le sens qui lui sied le mieux et au mieux de ses intérêts.

On attribue à De Gaulle cette réplique : « Dans 30 ans ce sera le chaos » Cela donne 1992. Suivez mon regard. Il a semble-t-il déclaré cela sur la base de la 5ème Colonne qu’il a laissé en Algérie, dont les éléments étaient infiltrés dans l’ensemble du système de Pays (Armée, Administration, éducation…)

Le travail en profondeur était entrepris dès l’accession à l’indépendance. Il y eut les faux-moudjahidines, les harkis qui devinrent moudjahid, Les faux chouhadas…. Les témoignages sur l’Histoire afflue de toutes parts avec des versions aussi diverses que contradictoires.

Le système était miné au départ. Il ne pouvait aboutir à autre chose qu’à ce qu’il est aujourd’hui.

Les tentatives de dénonciation des faux-moudjahines ont vu leurs auteurs malmenés, traînés en justice et avilis. Parce que ces dénonciations touchaient ceux qui étaient en haut de la pyramide du système. C’est pour cela que nous avons des Ministres apatrides, des harkis qui contrôlent des leviers essentiels de l’économie et de la politique du Pays.

La falsification et le mensonge continuent à sévir. Cela donne toujours des contradictions pour défendre des objectifs personnels du moment.
Il faut peut-être juste rappeler les dernières :

  Celle de Y. SAADI qui accuse la Moudjahida Louisette IGHIL AHRIZ de ne pas en être une. Celle-ci réplique que le Général Schmitt a toujours des entrées dans le pouvoir Algérien et c’est lui qui le dit.

  Celle de BEN BELLA qui insulte les Héros de la Révolution et qui se proclame – enfin – Marocain d’origine, sans nous dire comment a-t-il obtenu la nationalité algérienne, en nageant au ras des pâquerettes sur la symphonie d’un régionalisme primaire. Il aurait fallu 58 ans pour que Ben Bella reconnaisse explicitement ses origines. Il y a d’autres Marocains actuellement au Pouvoir même au poste de Ministre, tout comme il y a d’autres nationalités !

Alors que la génération de novembre disparaît peu à peu, l’Algérien n’a rien gardé de vrai de cette révolution et n’est pas près de croire quiconque !

Si le mensonge et la falsification ont mené le Pays là où il est présentement, l’ignorance de l’Histoire dans sa version authentique, conduira l’Algérie vers d’autres incohérences ; un Peuple qui ignore son Histoire ne peut construire son avenir.

Chronique de Djillali Cherrid parue le 12/05/2011 – Republiée post mortem le 28 Février 2019

Facebook Comments
28 février 2019

le 28 février 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
28 février 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 3 639
  • 4 687