Nécessité de mettre en place un circuit de réadaptation de l’amputé (spécialiste)

SIDI BEL-ABBES- Le président de la société algérienne de médecine physique et de réadaptation (SAMER), le Pr. Mohamed Rachedi, a souligné la nécessité de mettre en place un circuit de réadaptation de l’amputé et de tirer profit des progrès enregistrés en matière de fabrication des prothèses.

Les complications du diabète, les accidents de circulation, les accidents dus à l’explosion des mines datant de la période coloniale ou posées par les groupes terroristes sont les principales causes d’amputation des membres inférieurs des victimes, a expliqué à l’APS le Pr. Rachedi, en marge des travaux du 4ème congrès de la SAMER, ouverts vendredi à l’université de Sidi Bel-Abbès.

“Actuellement, nous ne disposons pas de données exactes sur le nombre d’amputés en Algérie. Il n’existe pas de fichiers de ce genre au niveau des directions locales de la santé. Tout comme, il n’y a pas de cahier des charges sur le type de prothèse à fabriquer pour chaque catégorie d’amputés”, a-t-il déploré.

Pour le spécialiste en médecine physique, un amputé doit suivre un circuit. “Après l’intervention chirurgicale, le malade doit passer par un service de rééducation qui le réadapte à sa nouvelle situation physique, lui fait une prothèse provisoire puis une autre définitive. Ce circuit doit nous permettre de définir le type de prothèse en fonction des besoins de l’amputé. Un malade de 20 ans ne dépense pas la même énergie qu’un sexagénaire ou un septuagénaire” a-t-il souligné.

Le Pr. Rachedi a, par ailleurs, mis en exergue la nécessité de tirer profit des progrès techniques enregistrés dans le domaine de la fabrication des prothèses.

“Nous étions à la pointe du progrès à la fin des années 70, puis nous avons stagné car, il faut des moyens pour acquérir les nouvelles technologies. Certains éléments de prothèse coûtent aujourd’hui jusqu’à 70.000 euros”, a-t-il déploré.

Le président de la SAMER a indiqué que l’Office national de l’appareillage et accessoires pour personnes handicapées, chargé de la fabrication et de la fourniture de prothèses, n’est qu’un prestataire de service des CNAS qui lui définit par convention, le plafond budgétaire à ne pas dépasser ainsi que la nature des composants.

“L’office produit annuellement quelque 3.000 prothèses, qui sont loin de répondre aux besoins réels”, a-t-il rappelé.

Par ailleurs, il a appelé à un changement de mentalités. “Dès qu’on est amputé, on devient handicapé et on veut être pris en charge par l’Etat. Or, un amputé bien réadapté redevient une personne active, qui cotise à la sécurité sociale, qui paye ses impôts”, a-t-il expliqué, en soulignant la nécessité de faire appel à d’autres intervenants comme les mutuelles, l’assurance plus, outre les CNAS.

Le même spécialiste a émis le voeu de l’implication des universités et des laboratoires de recherche dans la conception et la réalisation de certains composants des prothèses, “tombés désormais dans le domaine public et donc accessibles à tous”.

APS


le 28 septembre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
28 septembre 2013

1 Commentaire pour “Nécessité de mettre en place un circuit de réadaptation de l’amputé (spécialiste)”

  1. elgambiti

    Apprendre qu’il n’y a pas de statistiques concernant les amputés,alors que cette opération de gestion relève de l’élémentaire ,indique clairement l’absence de coordination entre la santé et les affaires sociales et cette « dernière aura toutes les raisons de justifier la non satisfaction des besoins des handicapés en matière de dotation en prothèses de différents types. C’est grave et un peu normal quand on sait que les demandeurs de prothèses, made » in Algéria « ,sont pour la plupart nécessiteux et donc dépourvus d’influences. Je pense que le responsable algérien est de culture antagoniste et ne daigne se conformer aux règles de la complémentarité qui régissent les relations entre les décideurs et les associations pour le bien du malade,le responsable se voit toujours amputé d’une partie de sa compétence s’il daigne recourir à l’aide des associations et parfois même ,il leur met les bâtons dans les roues pour ne pas avoir à répondre de ses insuffisances de gestion ,devant ses supérieurs. Tant que cette mentalité demeure,tous les efforts seront vains. Merci au Pr BEDJAOUI ,qui fait de son mieux pour faire fonctionner son service.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 4 246
  • 7 896