Organisation de la CAN 2017 : Le vote du président de la Femafoot hypothèque les acquis de la coopération avec l’Algérie

L’attribution de la CAN 2017 au Gabon, n’a pas été avalée non seulement par l’Algérie, mais également par les Pays qui ont un intérêt avec l’Algérie.  Ainsi, la presse Malienne n’a pas du tout été tendre avec les représentants de la Fédération Malienne de Football au niveau de la CAF et de leur vote contre l’Algérie, les accusant de mettre en avant leur intérêt personnel au dépens de celui du Pays tout entier. Pour permettre à nos lecteurs de juger, nous reproduisons ci-dessous l’éditorial du journal électronique “Bamako.com”

“La désignation du Gabon comme pays organisateur de la CAN 2017 continue à faire des vagues qui menacent aujourd’hui la coopération sportive entre le Mali et l’Algérie. En effet, le président de la Fédération algérienne de football (FAF) accuse ses homologues du Mali et du Bénin d’avoir trahi leurs engagements à soutenir la candidature de son pays. Dans notre cas, c’est une grave accusation puisque ce soutien réciproque est l’une des clauses du «Programme exécutif» de coopération sportive signé entre le Mali et l’Algérie le 1er octobre 2014 à Alger. En poignardant le gouvernement dans le dos, le président de la FEMAFOOT a sacrifié l’intérêt national pour une raison dont il est le seul à connaître.
«Désormais, il faudra mettre un terme à toutes sortes d’aides envers les deux pays (le Mali et le Bénin). Ni matches amicaux, ni stage de recyclage, ni rien du tout» ! Telle est la dernière réaction du président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, après sa grande déception.

Il reproche aux présidents des fédérations du Bénin et du Mali d’avoir voté pour le Gabon après avoir «promit leurs voix aux dirigeants algériens». Cette décision va donc geler les relations sportives entre l’Algérie et Mali, donc compromettre le fabuleux résultat obtenu par le ministre Housseini Amion Guindo lors d’une visite d’amitié et de travail effectué à Alger du 28 septembre-2 octobre 2014.

Ce fructueux séjour avait en effet été sanctionné par la signature, le 1er octobre 2014, d’un «Programme exécutif» de coopération sportive entre le Mali et l’Algérie par les ministres Housseini Amion Guindo et Mohammed Tahmi.

Et l’une des clauses de ce partenariat était le «soutien mutuel» entre les deux pays dans les instances sportives continentales et internationales, notamment en ce qui concerne l’organisation des compétitions comme les phases finales de CAN.

En plus de 150 bourses de formation accordées dans tous les domaines du sport, l’Algérie s’était engagée à doter six terrains en gazon synthétique pendant trois ans et d’ouvrir ses installations sportives aux clubs et sélections nationales maliennes préparant des échéances importantes.

Et le Comité de suivi et d’évaluation dudit programme avait constaté que cette coopération était bien lancée lors d’une réunion tenue à Alger le lundi 17 novembre 2014.

Ainsi, des fédérations nationales sportives (football, taekwondo, judo et volley-ball) avaient déjà bénéficié de sa mise en œuvre et le programme des formations (graduation, post-graduation et formation qualifiante) a déjà démarré avec un premier groupe de 30 boursiers qui est en Algérie depuis bientôt trois mois. Il faut noter également que cette première cohorte a été solennellement mise en route par les autorités maliennes.

Concernant les dons de gazons synthétiques, le ministre algérien des Sports avait déjà mis à la disposition de la Fédération algérienne de football un fonds pour les 6 terrains à gazonner au Mali.

Sans compter que l’Équipe nationale de football des locaux, les Aigles B, a aussi bénéficié d’un stage de préparation, avec deux matchs amicaux officiels homologués par la CAF, à Alger (Algérie) du 10 au 18 novembre 2014 à la charge entière de la FAF.

Les protégés de Djibril Dramé préparaient ainsi la 7e édition du Tournoi de l’intégration de l’UEMOA qui était prévue du 22 au 29 novembre 2014 à Lomé (Togo) avant d’être annulée à la dernière minute par crainte de l’épidémie de fièvre au virus Ebola.

L’intérêt national sacrifié en connaissance de cause

Par ailleurs, on se rappelle également que c’est l’Algérie qui s’était chargée du transport (aller/retour) de la délégation malienne à la seconde édition des Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ) que Gaborone (Botswana) avait abrité du 22 au 31 mai 2014. Le Mali s’y était classé 9e sur 54 pays au classement général avec huit médailles dont une d’or.

Cette action de solidarité, initiée par le Comité olympique algérien (COA) avec le soutien du gouvernement algérien, précisément du Ministère des Sports, avait permis au gouvernement malien d’économiser les coûteux frais de transport estimés à environ 100 millions de F CFA. Elle avait également permis de raffermir davantage «les relations fraternelles qui existent entre les sportifs et les peuples des deux pays voisins».

Et ce n’est un secret pour personne que l’Algérie est résolument engagée dans la médiation pour un retour définitif au Mali. Dans ce cadre le gouvernement algérien a régulièrement pris en charge le transport, l’hébergement, et la restauration des différentes délégations. Ne serait-ce que pour cet engagement, le Mali devait soutenir la candidature algérienne pour l’organisation de la CAN 2017. Quelle ingratitude !!!!

Nous n’avons rien contre le Gabon, mais aujourd’hui, il n’y a pas de doute que ce sont nos relations avec l’Algérie qui sont les plus profitables au développement du sport malien. Et surtout que cela est consigné dans un document de coopération qui engage deux gouvernements.

Mieux, le président du Comité Olympique et Sportif algérien (COA), M. Mustapha BERRAF, lors de sa récente visite au Mali sur invitation du CNOSM à prendre part à la «Nuit du Mérite sportif», parrainer par le président de l’Assemblée Nationale et la Première Dame, a été rassuré du soutien du Mali à cette candidature algérienne.

Tout est maintenant remis en cause par l’acte d’un seul homme qui a décidé de faire fi de l’intérêt national, au profit de l’intérêt particulier et sordide, en votant contre l’Algérie. Là encore le bon sens a manqué.

Comme nous le disions plus haut, cela risque de nous coûter cher et les conséquences seront lourdes. Nous risquons ainsi de perdre, entre autres, le gazonnage en synthétique des six terrains, le reste des 150 bourses d’études (soit 120 car 30 boursiers sont déjà à Alger et on espère qu’ils pourront aller au bout de leur cursus), l’équipement centre de médecine sportive en chantier, les promesses de dons en équipements et installations sportives, les coopérations décentralisées déjà signées entre des fédérations (escrime, athlétisme, judo, taekwondo, basket, handball, volleyball…), les stages ciblés, les matchs amicaux… La liste est loin d’être exhaustive !

La crédibilité du Mali entachée

Les conséquences du vote insensé du président de la FEMAFOOT sont inestimables et dramatiques parce qu’ayant sacrifié l’intérêt nationale pour sans doute des considérations purement personnelles. Cette crise de confiance provoquée par le vote inexplicable du président de la FEMAFOOT remet aujourd’hui tous les acquis en cause. C’est vraiment dommage !

Cet acte met d’abord le gouvernement dans une position inconfortable face à nos amis Algériens qui ont toutes les raisons de douter de notre sens de la responsabilité. C’est la crédibilité même du Mali qui est une fois de plus entachée et sacrifiée sur l’autel d’intérêts inavouables.

Et cela tombe au très mauvais moment parce que non seulement cette coopération sportive était entrée dans une dynamique de concrétisation, mais notre Département des Sports était aussi en phase de négocier des partenariats fructueux et mutuellement avantagés avec d’autres pays, après le Venezuela et l’Algérie.

Sans compter la grande crise de confiance entre les deux ministres en charge du Sport et qui va sans doute décrédibiliser le Mali aux yeux d’autres partenaires.

Aujourd’hui nos amis Algériens disent à qui veut l’entendre que nous n’avons pas respecté nos engagements, que nous ne sommes pas sérieux. Et pourtant, selon des sources proches du Département des Sports, le ministre Housseini Amion Guindo s’était entretenu avec le président de la FEMAFOOT avant qu’il ne s’envole pour le Caire (Egypte).

Le ministre avait profité de l’opportunité pour lui rappeler les enjeux d’un soutien indéfectible à l’Algérie pour organiser la CAN 2017. Les orientations du Département étaient donc claires et précises. C’est le président de la FEMAFOOT qui en a fait à sa tête.

L’acte qu’il vient de poser, cette indélicatesse du Général, pour des raisons qu’il est le seul à connaître, risque donc de porter un coup fatal à un partenariat qui ne cessait de se bonifier au fil des mois dans la fraternité et la solidarité au grand bonheur des sportifs, des responsables des deux pays… Bref des deux peuples !

Gageons que Poulô, saura trouver les arguments nécessaires pour sauver en parvenant à convaincre ses partenaires algériens de la bonne foi du gouvernement malien dans cette humiliante affaire !

La rédaction  (de BAMAKO.COM)


le 30 avril 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
30 avril 2015

1 Commentaire pour “Organisation de la CAN 2017 : Le vote du président de la Femafoot hypothèque les acquis de la coopération avec l’Algérie”

  1. le cygne

    En fin de compte ce sont les cercles puissants de FAFA qui ont escamoté l’organisation de la CAN 2017 par l’Algérie…!!! La Françafrique…Eh oui, mon vieux…..!!! Puuffffffffff, le football est devenu tout sauf un sport…!!!!

    Quand on sait qui gouverne le Mali, le Gabon et le Bénin, on comprend tout de suite ce qui s’est passé…!!!! Je ne parle pas bien sûr des gouvernements fantoches, mais du vrai pouvoir d’outre mer….!!!

    Au Bénin surnommé “Le quartier latin de l’Afrique” compte plus de 10 millions d’habitants, les francophones ne représentent que 9 % de la population, pourtant le français est la seule langue officielle…!!! Le Bénin appartient au groupe des pays les moins avancés, mais il est intéressant par sa situation stratégique sur la côte ouest- africaine, à la porte du grand Nigéria, autremant dit, c’est: un « État -entrepôt», selon l’expression du géographe John Igue..!!! ça veut tout dire..!!

    Au Gabon, c’est à Paris que le président Ali Bongo Ondimba a effectué “sa première visite bilatérale hors de la sous-région, le 20 novembre 2009″…!!
    Le Gabon est le premier client des français dans la région, pour 1 Md€, soit plus de 30% des exportations françaises vers l’Afrique centrale.
    Par ailleurs,120 entreprises sont établies au Gabon, dont l’activité couvre l’ensemble des secteurs économiques. Dans le secteur pétrolier, Total investit autour d’un milliard d’euros par an depuis 2011 afin de relancer la production du champ « mature » d’Anguille qui devrait lui garantir la place de premier producteur du pays pour les années à venir…..!!!! Dans le domaine minier, le 20 octobre 2010, Eramet et l’État gabonais ont signé un accord prévoyant la cession par Eramet, sur la période 2010-2015, d’une participation complémentaire pouvant aller jusqu’à 10% du capital, ce qui porterait à 35,4% la participation totale du Gabon…!!! Eh bien dis donc….!! Sans oublier que la France déploie des forces armées au Gabon depuis l’indépendance, conformément aux accords de défense d’août 1960….une autre forme du compromis de l’eau minérale d’Evian……????

    Le Mali…!!! Souvenez-vous de l’opération Serval avec tous ses tenants et aboutissants…!!! D’ailleurs, le président malien ou plutôt……. Ibrahim Boubacar Keïta, s’est rendu en France à trois reprises depuis son investiture. En 2011, 125 filiales et sociétés à capitaux français ont été recensées, elles sont essentiellement présentes dans la téléphonie mobile Orange , la distribution des carburants Total , les boissons Castel, les équipements de BTP et électriques (groupe Delmas)…etc… .Toutefois, si elles n’ont pas ressenti d’impact significatif sur leurs activités (exemple d’Orange), les sociétés françaises ont été déstabilisées par les événements de 2012 qui ont porté un léger coup d’arrêt à leurs investissements……!!! Ainsi,” après le coup d’Etat du 22 mars, la France a suspendu toutes ses coopérations régaliennes avec le Mali, ainsi que son soutien à l’initiative consistant à faire du Mali l’un des pays pilotes de la programmation conjointe européenne..”..!!! Le 20 octobre 2012, la France a annoncé “aux autorités maliennes sa décision de reprendre sa coopération de sécurité et de défense, afin de soutenir l’Etat malien face aux défis sécuritaires sahéliens.”
    Le 18 février 2013, le ministre délégué chargé du Développement, Pascal Canfin, a annoncé la reprise de la coopération civile….!! Et voilà, le tour a été déjoué puis rejoué, grâce au Bouloulou…!!!!

    Quant à Issa Hayatou, le Cameroun est l’un des principaux bénéficiaires de l’aide française à travers le monde avec 713 millions d’euros sur la période 2006-2011 et 40 assistants techniques. La France est ainsi le premier partenaire au développement du Cameroun. La coopération franco-camerounaise repose sur un Document Cadre de Partenariat (DCP) …..!!! Tiens, Orange et TOTAL font aussi partie du paysage camerounais et d’Issa Hatatou …!!!???

    Voilà puisque le sport, le business et la politique ne font qu’un , c’était un petit topo pour expliquer, d’une autre manière pourquoi l’Algérie qui abrite pourtant Total, a vu la CAN lui filer entre les doigts….!!! ça lui apprendra à faire confiance aux Pingouins et à leurs Sbires africains qui mangent “El Ghalla Wa Yssabou Fel Malla..”..Ya si Raouraoua……..???

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00