Un nouveau mode de vie qui nous a basculé dans la stupidité

« Le mafieux est un animal économique, sans aucune préférence idéologique qui a trouvé dans les sociétés de marché l’espace idéal pour ses appétits prédateurs. Toutefois, l’enracinement d’une mafia passe automatiquement par une certaine bienveillance politique, donc par des pratiques de corruption »J.F. Gayraud

Beaucoup d’Algériens comme moi avions prophétisé une évolution à ce que pays appelé pays des 1,5 million de martyres ; il incarne le sens humain de l « algérianité ». Il avait basculé dans la stupidité d’un mode de gouvernance axé sur la corruption, le mercantilisme et traduit en un système qui ne peut être surnommé qu’une « idiocratie » composée de sales ploutocrates et prédateurs, les gouvernants, dirigeants politiciens, gestionnaires et responsables  se sont chavirés dans une imbécilité sans pareille. Ils ont mis ce grand, beau et riche pays à genoux, ils ont subtilisé tout sur leur passage marchés, patrimoine richesse naturelle, rente, dignité, morale, valeurs….  Et  ploutocrates se sont permis de mettre en place via leur despotisme et népotique une société déséquilibrée devenue stupide et désormais n’ importe quel lambda algérien s’est permis de devenir l’homme le plus intelligent du pays dans tous les domaines plus fort et connaisseur en politique, plus technicien que le coach de l’EN, plus mercantiliste que les physiocrates ,plus intellect que les lettrés plus connaisseur que les doctes……

L Algérie est devenue un champ d’expérimentation d’une comédie sociale persiflée régentée par une personne moribonde personnifiée par un cadre, tyrannisé par l’anti-intellectualisme, le mercantilisme sans valeur ajoutée et la dégradation de l’environnement  suivi de l’esprit d’inculture. Ce n’est pas une romance d’humiliation mais une  nouvelle parodie de la société algérienne livrée aux prédateurs et aux oligarques   qui nous  ont humiliés et  rabaissé intellectuelle- ment, une nouvelle forme ou vision d’esclavagisme en douceur dite de « chitta »( délateur) .

 L’annulation de ce 5ieme mandat ; la goutte d’eau  qui a fait  déborder le vase    et   provoqué le miracle dit  « Hirak » unique en son genre. Le réveil des algériens « lambdatisés » risque par leur  narcose de devenir en plus de la stupidité des pauvres abrutis.

Ailleurs sous d’autres cieux, les cerveaux des individus sont pollués ou plus précisément empoissonnés par une alimentation dont leurs organismes absorbent et emmagasinent une bonne quantité de polluants chimiques( issue des pesticides plastifiants les désinfectants…… contenues dans les fruits et légumes et autres produits consommables que l’environnement , leur offre pour un profit toujours croissant tout en substituant le bio à des prix inabordables .Ces produits de consommation sont toxiques dans le temps selon les informations médiatiques  et ont des conséquences néfastes sur les neurones comme les troubles neurologiques des vieux, des adultes, des jeunes et des enfants   et se manifestent encore sur une dégradation de l’ intelligence humaine c’est ce qui se raconte ailleurs dans les sociétés de consommation, alors que chez nous le marché algérien est ouvert avec la permission des oligarques, à toute sorte de produits dont le certificat de conformité est difficile de le confirmer ; toute la friperie et  les pacotilles et les fonds du paniers nous sont déversés par conteneurs interposés, au détriment de notre santé et du manque d’infrastructure sanitaire. Ce cocktail ajouté à la cocaïne et autres drogue  est bel et bien toxique dans le temps !

« Ne sous-estimez jamais le pouvoir de la stupidité humaine » proverbe

Malheureusement, nos politiciens, nos élus, nos dirigeants, nos gestionnaires  n’ont jamais pensé tirer la sonnette d’alarme sur cette source délétère sur la santé, et surtout le développement cognitif  qui peut se rapporter surtout sur les enfants et les bébés : cas du « lait du nourrisson » pollué rapporté par la presse. Il n’ y a pas que ces produits que l’ on consomme tant bien que mal ,d’autre produits sont aussi nocifs que les aliments lorsqu’ on regarde la Télévision , ses effets cachés  exercent une influence  pas toujours positif surtout en ce qui se rapporte au domaine du développement intellectuel,  l’attention trop hypnotique, les mauvais résultats scolaires, le manque d’esprit créateur, la violence, le tabagisme, l’alcoolisme, l’image du corps, la sexualité, même le mode de consommation alimentaire, voir l’ obésité et le manque de l’ imagination……..Se sont les spécialistes en la matière qui vous diront que la TV  est aussi nocive que la diète et certaines études nous montrent que nos enfants  possèdent beaucoup de molécules chimiques qui circulent dans leur sang à force de consommer à petites doses des pesticides, de la poussière dégagée  de la cimenterie de Benisaf  ne cesse de polluer l’environnement, les nouveaux cosmétiques, les détergents, les emballages en  plastiques pour emmagasiner  l’eau et la limonade  et la liste  de ces prototypes ne cesse de s’allonger c’est une véritable ratatouille  artificielle et chimique qui  nous rend  encore plus stupide le nouveau consommateur algérien.

« Une certaine dose de stupidité est nécessaire pour faire un bon soldat » proverbe

 Cette stupidité que l’on est entrain de l’endurer avait prit pied dans le domaine de l’économie  ne dit on pas en science sociale que le politique détermine en dernière instance l’économie quand la vision de l Algérie  se fondait sur la récupération des richesses nationales  au profit du développement du pays par une révolution industrialisant créatrice d’outils de production et d’accumulation du capital  suivant une stratégie et une planification qui pouvaient nous   faire décoller vers plus de prospérité , il y avait de grands holding , mais le stock de la ressource humaine était déficitaire ,l’Algérie envoyait ses enfants acquérir le savoir ailleurs , même les ouvriers ont bénéficié de la formation à l’extérieur.

 En 1980 , le politique  avait éliminé tout concept qui se conjugue avec le savoir,  l’incompétence et la médiocrité  sont devenu le credo de la nouvelle politique économique prônée par un ex. ministre nommé  Brahimi « la science »,spécialiste dans la désintégration du tissu  des entreprises créatrices de richesse, les   entrainant  vers une situation apte à épouser la faillite  ce qui a ensuite permis à Hamrouch et Ouyahia à s’en débarrasser par un système de bradage  sous les yeux du docteur FMI . C’est cette stupidité du politique  de l’époque ou le génie des intellectuels  progressistes sous la révolution de H. Boumediene  se sont banalisés dans l’option de la petite bourgeoisie  qui les a chavirée  vers un populisme dégradant préférant et hurlant la consommation par des crédits extérieurs une autre stupidité à mettre au crédit  des médiocres. La dette et son service nous ont soumis au dictat de  l’extérieur ; ne dit –on  pas que celui qui donne ordonne  .Depuis la situation de l’Algérie s’est dégradée  dangereusement au point ou la mafia politico financière s’en est accaparée de la rente ,de la politique, du commerce extérieur  mettant le peuple hors du jeu  et dans une situation déplorable, misérable et humiliante à la fois. Par conséquent  devant cet état de fait tout manquement du génie et de l’intelligence  qu’on pouvait avoir, a été compensé par la stupidité et l’absurdité sinon   ce manque est qualifié de crétinisme qui s’est fait  croitre avec l’ intelligence  soumise. Aujourd’hui nous saluant l’incompétent  et le médiocre qui régentent la roue politique économique, sociale, culturelle et sportive du pays, c’est le nouveau système de  qui on avait isolé  l’idéocratie  pour se mettre au diapason de  « l’idiocratie » « ki el hama- ki ra aada » un dicton bien de chez nous  ou le choix reste le même,  «  très douloureux » :  exactement comme ce choix  « entre la peste et le cholera » qui nous a pousser vers le paradoxe du singe savant un nouveau théorème mis de l’avant……

                       « L’absurdité des raisonnements économiques » 

 Par ailleurs, nous avons les yeux bandés personne ne voit rien de bien et personne ne s’en étonne du mal qui se fait. En économie algérienne, personne ne comprend ce que font nos dirigeants,  encore moins ceux qui l’enseignent  dans les instituts et facultés.

La raison en est pourtant très simple : on a changé le sens, la forme et la composition  du PIB( le produit intérieur brut) en nous faisant croire que c’est un produit, alors que ce n’est qu’un échange  spéculatif à sens unique  mis au profit des prédateurs qui se mesure en la monnaie issue de la rente et de la planche à billet non conventionnelle. C’est un achat pour l’acheteur, une vente pour le vendeur. L’achat peut être désiré  selon les besoins du ménage ; Il peut aussi être imposé comme l’assurance  voiture ou les frais du compte  bancaire et postal obligatoire. Il peut être subi comme les soins ou les réparations  suite à un accident et bien d’autres opérations.

 Tous ces cas de figure font parti  du PIB  comptabilisé ainsi

– la somme de tout l’argent qui a été dépensé au profit des prédateurs.

– la somme de tous les biens et services qui ont été vendus en les calculant au mieux.

 Et la somme de toutes les transactions,

 Les trois modes de calculs donnent évidemment la même chose

Cela avait un sens tant que l’argent dépensé était le fruit d’un travail déjà effectué car si le PIB a toujours été la somme de toutes les dépenses publiques. Cela est resté vrai tant que les prêts étaient des prêts sur un petit gage, réservés aux prédateurs.

. La fabrication de fausse monnaie légale était enclenchée  voulant imiter  un certain Nixon qui  s’est emballée  en 1971, lorsqu’il a déconnecté le dollar de l’or alors que les accords de Bretton Woods liaient toutes les monnaies au dollar.

Le calcul est resté le même pour le PIB, il est resté la somme de toutes les dépenses publiques et privées issues de la rente et des impôts et taxes. Mais il a cessé d’être la somme des productions utiles.   En quelque sorte  Ouyaha avait additionné la réalité et l’ imaginaire pour en faire une fausse réalité  diffusée  par un discours économique, politique et médiatique. Cela a un sens quand le PIB était une création de richesse reconnue, depuis le 4ieme mandat  cela n’en a plus aucun sens depuis que le PIB n’est plus qu’une somme de toutes les dépenses.

« Qui osera  s’éclater de rire avant et se scandaliser par la suite telle est cette stupidité  que nous vivons depuis ».

La croissance économique est une croissance virtuelle fondée sur une monnaie non conventionnelle dite de singe, l’augmentation du PIB n’est qu’une augmentation des dépenses. C’est un mauvais politicien qui ne cesse de rabâcher que seule la croissance peut nous sauver. Un mauvais Enarque ne peut comprendre que si l’on règle nos problèmes socio-économiques  par la dépense d’une monnaie de singe, cela ne fait que reporter les problèmes en les aggravant.

 Alors qu’une dépense  du par la création de richesse, tout devient possible la prospérité devient réelle. Telle est la nouvelle vision que nous devrions y mettre en pratique.

Il est aussi stupide d’entendre les économistes libéraux s’offusquer de voir l’État dépenser de la richesse produite alors qu’il ne fait que dépenser de la dépense globale, la dépense par le privé, toutes les dépenses étant de plus en plus financées parla planche à billet qui fonctionne, fonctionne ,fonctionne stupidement…

Comprendre que le PIB n’est plus un produit en dépit de son nom et que la croissance n’est que l’augmentation des dépenses financée par la monnaie non conventionnelle, devient le premier devoir de ceux qui s’intéressent au sauvetage de ces stupidités car tout le reste en découle incompétence, médiocrité, injustice, corruption, humiliation dictature despotisme népotisme…… que seul le HIRAK peut sauver de cette stupidité et ce marasme.

BENALLAL MOHAMED

-Le paradoxe du singe savant : est un théorème selon lequel un singe qui tape indéfiniment et au hasard sur le clavier d’un PC pourra «  presque surement » écrire un texte donné. Dans ce contexte, «presque surement » est une expression mathématique ayant un sens précis, et le singe n’est pas vraiment un singe mais une métaphore pour un mécanisme abstrait qui produit une séquence aléatoire de lettres à l’infini. Le théorème illustre les dangers de raisonner sur l’infini en imaginant un très grand nombre, mais fini, et vice versa. La probabilité qu’un singe tape avec exactitude un ouvrage complet est si faible que la chance que cela se produise au cours d’une période de temps de l’ordre de l’âge de l’univers est minuscule, bien que non nulle.

Facebook Comments
30 mai 2019

le 30 mai 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
30 mai 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 6 855
  • 6 819

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez