Un patrimoine qui a fait la gloire de Beni saf

Le quartier historique de la ville de Beni saf est baptisé de quatre sobriquets. Chacun de ces pseudonymes porte en lui une histoire qui est issue du terroir Beni safien .La consécration est la suivante :
*1- « Darb El Aabid » 🙁 rue des esclaves), les colons l’appelait « quartier des nègres », la nuance est minime, mais en réalité, il y avait une population importante de couleur noire parait- t- il, venue du Soudan et dont le nom Soudani( figure symbolique) faisait allusion au pays cité.
*2-« Zenzella » :( tremblement de terre) ; l’existence de tunnels aux environs, édifiés dans le cadre du passage de train servant à transporter uniquement le minerai de fer. Le passage du train faisait vibrer les parages du quartier par de petites secousses qui se ressentent à un tremblement de terre de faible intensité.
*3-« Fillage Cartonne » :( village Carteau) il est signifié comme un village et non comme un quartier dont le nom « carteau » doit être une probable personnalité française de surcroit coloniale.
*4-« Quartier Chinois » : le taux de fécondité des familles habitant ce quartier était considérable d’où le terme chinois pour insinuer l’importance de la forte densité humaine.
Ce quartier aux quatre noms,  est oublié, délaissé, négligé et même soustrait de la commune de Beni-saf peut être même du terroir de la culture quotidienne de Beni-saf. C’est toute une rupture consommée entre ce patrimoine historique d’une part, la société civile et l’état qui fait que l’absence criarde de l’état, pour au moins penser à la sauvegarde de ce patrimoine qui a assisté à une histoire locale et même nationale.
Dans les années 1970, ce quartier a été baptisé officiellement par l’état algérien « Bentalha Driss », sans écriteau indicatif , actuellement c’est rare qu’un Beni safien reconnait ce nom su-cité ?.
Ce quartier composé d’une vingtaine de bercails, ressemblant à des fermettes à « toiture en tuile rouge », ce « Fillage »(quartier) fixé sur le flanc de la montagne, fait la jonction entre le plan- II- un autre grand quartier populaire dont il avait bénéficié au temps de la colonie du plan de Constantine du 03octobre 1958 et la ville proprement dite ; qui représente le centre de la ville de Beni-saf.
Ce petit quartier à appellations diverses ; de la ville de Benisaf, en géographie urbaine, il se caractérise de façon général de part sa contenance et son originalité qui lui est singulière, car elle le discerne de son environnement. La physionomie de ce quartier fait ressortir différentes types de particularités :
-*de part sa situation : un genre de bourgade accrochée sur le flanc de la montagne, sur son coté gauche, une superbe pinède de sapins marins genre « cyprès touffus » qui commence à calancher. Par-dessus le quartier, un sentier de rail ou jadis passé un train tirant des wagonnets pleins de minerai de fer, il transportait le minerai de fer vers son lieu le port ou sa destination l’étranger. Le quartier culmine l’ex. Compagnie « Mokta El Hadid », puis vient Sonarem en suite Ferphos à ce jour et fait front au centre de la ville.
*. De part de son bâti non urbanisable, le quartier ressemble à un dortoir ; point de commerces, point de lieux ou place de détente, ni espaces de rencontres, de petites ruelles de passage non carrossables ; il faut dire qu’à un jet de pierre se trouve le plus beau et merveilleux jardin public aujourd’hui, ce jardin ne peut être qualifié aujourd’hui d’espace vert sinon de dépotoirs. Ce jardin devenu vestige est mitoyen au marché hebdomadaire qui fonctionne informellement au quotidien.
*de part son accointance, ce quartier fait un trait d’union entre le centre ville et le plan-II- mais aucune activité commerciale, culturelle ou autre n’existe tout se faisait dans la clandestinité. Ce n’était pas un quartier mort mais un grenier de révolutionnaires rebelles et vivants face à la colonisation.
* de part son image d’hier et d’aujourd’hui, la différence se cristallise en ce nouveau vestige, ou le malheur s’est abattu sur lui, car pas un centime du budget communal n’a été investi dans ce haut lieu historique pour ne pas dire quartier. L’ingratitude des responsables locaux n’a point de limite…
Il faut dire et le répéter plus fort que ce quartier à enfanter des personnalités qui ont fait l’histoire de Beni-saf, mais aussi l’histoire de l’Algérie .Ce quartier mérite par conséquent, une considération à la hauteur de la ville, mais aussi du pays.
*SOUDANI l’international joueur de basketball qui a fait sortir Beni saf de son anonymat mériterait au moins que son lieu de naissance et son quartier soit un endroit, un lieu d’attention, de méditation et de recueillement et pourquoi pas un musé sportif. Pour tout touriste, visiteur qui transite par Beni saf ,ils sauront que SOUDANI ; une figure Beni safienne, était une grande star internationale qui su par son art et son savoir-faire fait venir de loin les basketteurs Américains, Chinois et Russes. Ces touristes ou visiteurs connaitront certainement par les parages l’histoire de ce grand quartier (symbole) de la ville. Les ressources diverses alimenteront la collectivité locale via une économie issue de cette richesse mais….
*De ce quartier ont émergé également beaucoup de moudjahidines, comme les prestigieux chouhadas tels :Benallal Si ElMissoun – Sidi Yacoub Moulay, Kadour et sa femme disparus à ce jour, les frères « Carlo » ( Sidi Yacoub Mohamed qui a été exhibé mort devant la place de Sidi Boucif- Sidi Yacoub Mohamed, Ouled El Fatmi …. Et des moudjahidines qui viennent de quitter la vie juste apres l’indépendance tel : les Brahim Kada Benkhaled, Zenasni Kouider dit « Tarzan », Aicha Ben Zouaoui qui avait rejoint son mari, qui faisait parti du groupe de Soudi Boucif mort enseveli dans la grotte de Sidi Yacoub , …..Et bien d’autres, n’oubliant pas que beaucoup de femmes faisaient partie de ce lot. Chaque moudjahid que je viens de citer avait en lui une bibliothèque historique sur les évènements qui se sont produit dans la région. Malheureusement nous les avons oubliés.
Ce quartier rebelle était un réservoir riche et digne de moudjahidines de l’ALN, du FLN et de l’OCFLN. La première cellule FLN, ALN et l’OCFLN était issue dans ce même quartier. Le quartier subissait quotidiennement le calvaire des visites musclées de l’armée française par des ratissages ou les légionnaires que nous appelions à l’époque « Lalijou », les tirailleurs sénégalais « Saliganes », les blousons noirs qui mettaient des bombes un peut partout…
Les opérations de ratissage et de contrôle pendant le temps des colonies se faisaient régulièrement et spécialement dans ce quartier à la recherche des moudjahidines. Aujourd’hui, les anciennes maisons (patrimoine) sont presque toutes détruites, aucune mesure à la hauteur de ce que quartier qui a tant enduré, n’a été avancée. L’absence de l’état, de la société civile, de l’organisation des anciens moudjahidines et des enfants de chouhada est une insulte à ce patrimoine historique et à tous ceux qui ont fait cette belle et douloureuse histoire.
Ce quartier historique est bien menacé, de même que la mémoire collective de la révolution qui est en train de s’effacer en face de la matière que la rente nous a déshonorées, avilies et diffamées…
BENALLAL Mohamed- Fils de Chahid-
*certains chahids et chouhadyates ; moudjahids et moudjahidates n’ont pas été cités dans ce bref récit je m’en excuse, les lecteurs du voisinage géographique les reconnaitrons certainement.


le 24 octobre 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
24 octobre 2014

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00