La fête est totale ! Juste après un retour en ligue deux, une saison aura suffi au club fanion de la Mekerra pour retrouver l’élite. En tant que citoyens de la ville, nous avons tous été heureux – et le sommes toujours – de l’accession de l’USMBA. Nonobstant les dérives, les aléas de parcours, les luttes intestines, nous -supporters- ne retiendrons que le mot de la fin : l’accession ! Nous pensons déjà à notre bonheur d’accueillir la saison prochaine, le MCA avec le retour de l’inénarrable CHAOUCHI, la JSK et son EBOSSE, l’ESS et son DELHOUM, l’USMA avec son jeune prodige FERHAT.
Mais ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg. Car, quel bilan peut-on faire de la saison, hormis l’accession?
Essayons d’abord de voir du côté technique : Nous aurons constaté que dans sa première conférence de presse, le coach BIRA avait affirmé – et confirmé par la suite à plusieurs reprises – qu’il était venu à l’USMBA pour un projet à long terme et qu’il devait bâtir une grande équipe. Cependant, après une «lune de miel» qui n’aura duré en fait que le temps d’un rêve avec l’équipe de BENSENADA, les contours d’une direction à la « sétifienne » étaient dessinés depuis longtemps. BIRA continuera à souffler le chaud et le froid, tantôt c’était le moral des joueurs qui a été responsable des échecs, tantôt c’était la fatigue, tantôt c’était l’inexpérience.
BIRA ne nous dira jamais pourquoi, il a préféré garder titulaire le gardien FARADJI, alors que le jeune du cru Bel-Abbésien, ARGOUB aura été magistral dans les rencontres où il a été aligné, faisant un sans faute total, se permettant d’arrêter même un pénalty à la BUFFON. Mais dès le retour de FARADJI, ARGOUB retrouve e banc, sans aucune seconde chance ! Meilleur moyen de détruire la carrière d’un espoir prometteur, il n’y en a pas !
Par ailleurs, a-t-on vu BIRA procéder au remplacement d’un ACHIOU, pourtant ne tenant plus sur ses « pattes » notamment lors des dernières rencontres ? L’a-t-on vu remplacer BELKAID ? FARADJI est dans la même situation. Il semble qu’il a complètement mis en exergue son affirmation de début : « Ces joueurs ce sont mes amis ! »
Les tergiversations de BIRA ne s’arrêteront pas là, puisqu’il annonce déjà son départ. Juste après la fin de la partie nulle face à l’USMBlida, il déclara à la presse qu’il était « à 99% partant » tenant compte du «flou qui entoure la gestion du club » Retour à la case départ. Car, n’oublions pas que c’était ce qu’il répétait souvent, au début de saison, pour justifier certains échecs, c’est justement le « flou qui entoure la gestion du club!»
Sur le plan administratif, on retiendra que SERRAR aura fait des mains et des pieds pour être à la tête de l’USMBA. On se souvient du bras de fer qu’il a eu avec BENSENADA, allant jusqu’à s’excuser publiquement sur le plateau d’une chaîne télé privée et annoncer qu’il a renoncé définitivement à l’USMBA. Pourtant, un mois plus tard, il se retrouve intronisé ! Quel retournement de situation!
Mais depuis des choses, ce sont passées : D’abord, la réconciliation avec HAMMAR qui lui ouvre les portes de l’Entente pour une autre expérience. Cet évènement va compter beaucoup dan la décision de SERRAR. Il avait annoncé dernièrement que son retour à l’ESS était probable, et vient de confirmer juste hier (le dimanche NDLR) sur un plateau de télévision, qu’il ne continuerait pas l’expérience de l’USMBA. Cela voudrait dire tout simplement qu’entre l’USMBA et l’ESS, le choix est évident.
Quels enseignements tirer de tout cela?

1. Il y a de fortes chances que l’USMBA ne termine pas la saison comme champion. Ce titre n’est pas aussi honorifique qu’on le pense, puisque seul le champion percevra la gratification de la FAF (3 Milliards) Il faut dire que pour l’USMBA qui vivote avec les pinailles de l’APW et l’APC (Merci M. Le Wali !) en a bien besoin ! Alors, se balader toute la saison à la tête du championnat de ligue 2 pour se voir à la fin se faire coiffer par l’ASMO  et perdre cette prime conséquente, serait  vraiment dramatique. Et dire, que l’équipe avait les moyens de terminer avec un écart conséquent. D’ailleurs, estimons-nous heureux que le NAHD, l’USC, l’OM et USMB n’aient réagi qu’en retard, autrement, l’accession aurait été hypothétique !

2. Quand une équipe se fait tenir en échec à domicile par SAIDA, HADJOUT, le NAHD et BLIDA, quelle serait sa réaction demain face à la JSK, l’USMA, le CSC, l’ESS et le MCA ? Il est clair que ce n’est ni avec cet effectif, ni cet entraîneur que l’équipe pourra jouer son maintien ! Alors que l’on parlait déjà de « ligue des champions ! » Foutaises !

3. L’omniprésence du Wali et son soutien auront été très salutaires et donné du tonus et de la motivation pour atteindre l’objectif principal, mais le commis de l’État tenu par une réglementation stricte qu’il doit non seulement respecter mais aussi faire respecter, ne pourra pas faire plus. Les clubs huppés de ligue 1 sont gérés par de gros budgets tournant autour de centaines de milliards et ce n’est pas les subventions de l’APW et l’APC qui pourront permettre à l’équipe de fonctionner en ligue 1.

4. Le retour à la case départ et l’euphorie de l’accession, vont avoir un effet pervers sur le démarrage de la nouvelle saison, dans la mesure où il faut mettre en place une administration digne de ce nom, trouver un coach de renom – encore faut-il en avoir les moyens – et bâtir une nouvelle équipe. Vous en conviendrez avec moi, que ce n’est pas avec les ACHIOU, BELKAID et autres OUZNADJI et FARADJI que l’on pourra assurer le maintien.

Alors que le moment est propice pour penser à tout cela, il n’est plus permis de perdre du temps pour le regretter plus tard et se lamenter. Cela ne servira à rien. Le dernier coup de pouce de M. Le Wali, consistera justement à susciter les initiatives. Il aura déjà beaucoup fait, s’il arrive à trouver un sponsor principal public pour l’équipe, c’est ce qui la sauvera, à l’image du MCA avec SONATRACH.

Si cela se concrétisera, le supporter que je suis dira joyeusement : «BIRA bien qui rira le dernier!»

Djillali@bel-abbes.info