Abdelaziz Bouteflika prépare l’après-2014 !

Tayeb Belaïz a été nommé jeudi président du Conseil constitutionnel par Bouteflika. Gouverner c’est prévoir et en l’espèce le président Bouteflika ne laisse rien au hasard.

 

Abdelaziz Bouteflika.

Le futur se construit maintenant. La fin de son troisième et normalement dernier mandat se prépare à la veille des législatives ; si le scénario n’a pas été écrit il y a quelques mois déjà. Aussi, pour ne pas se retrouver sur une mauvaise pente, le président pose ses jalons un par un pour baliser la prochaine présidentielle, éviter les surprises. Et les petites portes de sortie. Pour cela, il vient d’introniser à la tête du Conseil constitutionnel un de ses plus fidèles ministres : Tayeb Belaïz (64 ans). Il prend la place de Boualem Bessaïeh. Cet ancien cacique du FLN, plusieurs fois ambassadeur, quitte, à 82 ans, ce poste stratégique de second personnage de l’Etat et le laisser à un des hommes de confiance du président. Dans un communiqué concis et sans tapage, la présidence de la république indique : “Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a pris, ce jour, un décret présidentiel portant nomination de M. Tayeb Belaïz, en qualité de président du Conseil constitutionnel conformément à l’article 164 de la Constitution, en remplacement de M. Boualem Bessaïeh”.

Né à Tlemcen, Tayeb Belaïz fait partie de ce clan qui détient les postes clé du pouvoir depuis l’arrivée de Bouteflika à El Mouradia. Ministre depuis 9 ans, le communiqué de la présidence ne précise toutefois pas qui le remplace au département de la Justice.

A travers cette nomination, il est manifeste qu’Abdelaziz Bouteflika n’entend pas voir le centre de gravité du pouvoir lui échapper. C’est d’ailleurs pour cela qu’il s’est très vite entouré d’une cour de hauts cadres, ministres qui constituent autant de rouages et de soutiens au système Bouteflika. Dès son arrivée il s’était employé à placer ses hommes à tous les étages du pouvoir. Des walis jusqu’à l’état-major de l’armée. L’homme est madré. Les ficelles de la politique, les jeux d’ombres, les tête-à-queue, les manœuvres, il en fait son miel.

Le président se sait ces dernières années diminué par la maladie et l’âge, mais ne veut rien lâcher. D’ailleurs son discours d’avril dernier est un concentré de fausses promesses en vue d’un coup d’état électoral.

2014 c’est dans deux ans avec toutes les surprises qui pourraient survenir, mais Bouteflika voulait avoir un coup d’avance sur ses adversaires. Le précédent de Chadli en janvier 1992 est encore dans les mémoires. Donc préparer l’après-Bouteflika à sa guise. Oui, après trois mandats et surtout une législative dont il semble avoir écrit les détails, Bouteflika entend rester seul maître à la barre Algérie jusqu’à la fin. Pour le président, il n’y a pas de pacte social, mais un pacte politique. Ou d’exercice du pouvoir. Le bilan des trois mandats attendra.

 

Yacine K.


le 30 mars 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
30 mars 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 5 599
  • 7 064