« CES PREMIERS MARTYRS……»

La Guyanne  et la nouvelle Calédonie sont  d’autres colonies Françaises. Elles le sont toujours. Quel rapport avec la chronique ?

Le bagne de Cayenne ! Ce bagne où étaient  « affectés » les prisonniers de droit commun condamnés aux travaux forcés, a « abrité » aussi des Algériens, qui étaient assimilés aux premiers, et traités beaucoup moins. La situation en Algérie où la revendication de l’indépendance n’a connu aucun répit depuis la résistance de l’Emir et d’El Mokrani, jusqu’à l’explosion de Novembre.

C’est là,  une situation qui a engendré un grand nombre de “révoltés” individuels en Kabylie dans les Aurès et en Oranie.  

Le bateau qui transportait les condamnés algériens mettait quinze jours pour joindre le Bagne. Un monde hostile les accueille: une forêt vierge où subsistent tous les dangers, des travaux forcés, la discrimination entre les détenus français et algériens. Outre qu’ils soient tous assimilés aux prisonniers de droit commun (la grande majorité coupables de meurtres crapuleux) alors qu’eux  étaient des Combattants de la Liberté, des prisonniers de guerre, statut que la France n’a même pas accordé   à Larbi Ben M’ hidi.

“Nous autres Algériens faisons carême pendant le mois de Ramadan et enterrions nos morts dans nos propres cimetières”, révèle un témoin, parmi ceux qu’on appelle communément « El Caladouni » Dans chaque ville ou village, il y avait quelqu’un qu’on appelait ainsi. C’étaient les rares rescapés de l’enfer. Quand j’étais jeune, je croyais naïvement que c’était son vrai nom patronymique, « El Caladouni » de notre village. La légende  répétait qu’il était ami avec « Papillon » et qu’il s’est évadé en sa compagnie.

……………………….

Sète est unesituée dans le département de l’Hérault et la région Languedoc-Roussillon . Ses habitants sont appelés les Sétois. Par sa population, Sète est la 152e commune de France, et la troisième de l’Hérault.

Appelée « l’île singulière » (expression due à Paul Valéry ), Sète est une ville à part, possédant une identité culturelle forte, avec ses traditions, sa cuisine, son jargon. Ville d’artistes comme Paul Valéry,Georges Brassens ,Manitas de Plata ,Jean Vilar,Pièrre Nocca ,les frères Di Rosa, elle oscille inlassablement entre tradition et avant-gardisme.(1)

Mais pourquoi parlerai-je aujourd’hui de Sète, la Commune Française ? Qu’a à voir Sète dans la chronique du jeudi de BAI ? Le manque d’inspiration est-il à ce point traître ?

En fait, c’est le nom que porte une rue de cette ville et le sujet évoqué, que j’ai croisé au fil de mes lectures (2) qui a attiré mon attention

La rue de la «RAMPE DES ARABES»   On l’a appelé d’abord –autre bizarrerie-   la «Montée des Bédouins».   Cette «Rampe des Arabes» est un témoin de l’époque coloniale. Les «Bédouins» en question sont les fantômes des hommes qui ont édifié ce raidillon il y a un siècle et demi. Des hommes prisonniers. Prisonniers de guerre. Incarcérés à la prison du Fort Saint-Louis, située au bout du Môle, ou au fort Saint-Pierre, dont les remparts abritent désormais le Théâtre de la Mer. Des hommes qui étaient condamnés aux travaux forcés. Astreints à casser des cailloux dans les carrières voisines et à les empiler pour construire cette chaussée. Tous ces forçats, ou presque, étaient Algériens. » Les deux forts en été construits exprès pour eux !

« Ces Arabes emprisonnés à Sète faisaient partie de «la masse» des déportés sans importance, des indésirables sans intérêt que «la politique» ordonnait toutefois «d’éloigner d’Algérie» (2)

D’où viennent-ils ?  La révolte en Algérie n’a jamais cessé dis-je. Le 1er Novembre était le couronnement. Pendant la résistance de l’Emir abdelkader,  d’El Mokrani et même bien plus tard, les militants du MNA ont fait partie des déportés aux bagnes. Les premiers furent les prisonniers consécutivement à la   prise de la Smala d’Abd El Kader par le duc d’Aumale, entre 1846 et 1855.   « Ces captifs sont affectés à la construction d’une voie unissant la rade au seul chemin existant pour rallier les plages et le petit port voisin d’Agde. La réalisation de cette voie a été d’une telle utilité que depuis, elle est dénommée «Montée des Bédouins» ou «Rampe des Arabes».

Premières victimes de la première guerre de la France en Algérie, premiers martyrs des premiers combats des Algériens pour l’indépendance, tous ces laissés- pour-compte de l’histoire ont fini «à la fosse commune du temps» qu’évoquait dans ses chansons le poète sétois Georges Brassens, sans penser à leur tragique destin. La «Rampe des Arabes» est désormais leur mémorial.(2)  

 C’est aussi des martyrs. C’est les premiers qui ont lutté et été tués pour que l’Algérie vive libre. Tous ont été traités comme des sous-hommes, moins que des animaux, exploités jusqu’à la mort par des travaux forcés que la force humaine ne peut supporter. C’étaient des esclaves. Beaucoup sont morts parce que leurs corps meurtris par  l’exil et  la malnutrition n’ont pas supporté. Mais beaucoup sont morts aussi pour leur dignité, car ils ont refusé de vivre dans l’esclavage et l’avilissement, ils se sont laissé mourir de chagrin.

Tous comme leurs successeurs, les Chouhadas de novembre, ils sont morts pour que vive l’Algérie. Ils sont morts pour que leurs enfants vivent de la richesse de leur Pays. Ils ne sont pas morts pour que leurs enfants s’immolent par le feu et l’essence. Ils ne sont pas morts pour que leurs petits enfants se suicident en pleine mer cherchant cet exil qu’Eux redoutaient tant. Cet exil qui les a tués……

 Rendons leur hommage. Prions pour leur mémoire. Ne les oublions pas. C’est le moins que l’on puisse faire pour eux !

 

 

(1)     Wikipedia

(2)     El Watan du 18 juillet 2011.

 

 

 

 


le 21 juillet 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 juillet 2011

2 Commentaires pour “« CES PREMIERS MARTYRS……»”

  1. juste un bémol cher ami djilali C

    Si les « kaladoni » étaient les premiers bagnards ou prisonniers politiques de la résistance algerienne .

    Les « »premiers martyrs « »sont les gens paisibles et simples des tribus pacifiques du littoral algérois( voir Description par Barchou de Penhouen sur Wiki ) exterminées en entier sans pitié ( femmes , enfants et vieillards) par la soldatesque de la chrétienté qui a débarqué à sidi fred, un certain « 14 juin 1830″ leur seul tort « défendre leur patrie contre ses envahisseurs »

    Les nobles tribus du Bordj-el-Arrach en sont témoins .

    depuis plusioeurs sont tombés dans le champs d’honneur jusqu’à il y a quelques jours dans l’algerie souveraine qui n’en finit pas de panser ses blessures et d’alimenter le paradis de justes et de patriotes .

    Salem alikoum wa rahmatou allah
    Envoyé le 22/07/2011 à 11 h 41 min
    ————————————————————–
    bonjour et bon vendredi saint cher ami djilali C
    C’EST UN GRAND PLAISIR DE vous LIRE
    merci de parler de ces “bédouins” ou “arabes” que je chérissais depuis toujours .
    Merci aussi de les avoir exhumés de leur lointain exil .
    La légendaire “CALADONIA” ou nouvelle Calédonie .

    Par ce rappel vous venez de souligner ce que je reproche à l’histoire officielle qui n’est étalée que pour des besoins opportunistes du pouvoir imposteur en place .

    ILS ne sont pas les seuls oubliés pour comptes : il ya aussi “bouziane el kal3i” mimoun el gate3″ tous ces bandits d’honneur qui ont pris le maquis bien avant 54 .

    J4ESPERE SEULEMENT QU4ON n’oublieras pas les martyrs du devoir auquels on doit la RADP .

    Il faut écrire et ne jamais arrêter d’écrire ; il en resteras toujours qq chose pour nos enfants et leur petits .
    Pour ma part ! j’ai émis un essai “intitulé ” les nobles bédouins qui n’arrive pas de finir tellement le sujet est fécond .
    Ce n’est pas la seule cause : je ne cesse de changer d’epaule mon fusil pour répondre aux ahuris qui détestent d’être appelés ” arabes ” hilaliens “ou taxés de “moslims” pour paraitre civilisés ou démocrates devant les feux occidentaux et la chaire du pape des chrétiens et des crétins homosexuels .

    Les raisons de cette occultation dans leur “histoire à deux sous ” c’est que la majorité des historiens sont d’obédience colonisatrice ou de décolonisés si ce n’est carrément “orientliste paternaliste “.
    Peu d’entre eux proviennent des classes de ces martyrs : car ne sachant ni lire ni écrire dans la langue du colon , ils sont seulement dans la leur et ses traditions , c’est à dire : la rébellion , les mœurs ;de liberté de bravoure ou d’honneur sans oublier la poésie arabe qui est orale .

    que peut faire cette oralité réductrice devant tant de chiffons littéraires appuyés des lobbys géants d’intérêts personnels et stratégiques .

    Notre devoir de mémoire est nécessaire et ne cesse d’être obligatoire si on a un zeste d’honneur ou un mano gène de nos origines .
    Le constat est là !
    qui lit ou écrit sur le sujet dans la langue de voltaire ?
    même pas le 1 millième de ce peuple ou de ces tribus arabes hillaliennes et musulmanes .
    Les quelques lettrés d’entre eux se prostituent avec la bêtise ambiante voulant à tout prix ecraser et formater à leurs moules la majorité ! certes analphabete .
    mais non ignorante et profondément attachée à ses traditions et ses origines .
    Je m’arrête là pour ne pas m’étaler inutilement sur un sujet qui mérite d’être pris à bras le corps par les intellects jaloux de cette nation qui ont fait une entrée fracassante dans la langue de moliere : cause de colonisation imposée bessif et longuement subie , non pour devenir “immortels ” de son académie ? MAIS qui sauront en profiter pour damer le pion à l’islamophobie et la haine de l’arabe .
    joumou3a makboula li jami3

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00