Algérie : la bataille de l’emploi au pays des méga-contrats chinois

Durant la dernière décennie, les entreprises chinoises ont remporté en Algérie des contrats dont le montant total s’élève à 20 milliards de dollars. Dans un pays où 30% de la jeunesse est au chômage, les investissements chinois ont-il  un impact sur l’emploi local ?

On a souvent parlé de la Chinafrique sur Terangaweb : l’impact environnemental de la politique économique étrangère chinoise sur le continent,  et plus généralement l’intérêt croissant du gouvernement chinois pour les ressources exceptionnelles dont dispose l’Afrique font régulièrement l’actualité. A l’occasion des 50 ans de l’indépendance algérienne, nous avons souhaité nous pencher sur le phénomène que certains n’hésitent pas à qualifier de « chinalgérie », autrement dit la présence croissante de la Chine en Algérie et son étonnante capacité à rafler presque tous les grands contrats publics. A l’heure où le pays vit une situation économique explosive, la présence chinoise en Algérie peut-elle faire émerger de nouvelles opportunités d’emplois que les entreprises locales peinent à créer ?

A Alger, difficile d’ignorer la présence chinoise. Les ouvriers chinois se relaient pour construire à vitesse grand V des logements sociaux dont la population a besoin. Le chantier de la troisième plus grande mosquée du monde située dans le grand Alger, d’une valeur d’un milliard de dollars, a été remporté par une entreprise chinoise  et a démarré en mai dernier. Cette main-d’œuvre immigrée est pourtant mal acceptée  par une partie de la population qui ne comprend pas pourquoi le gouvernement algérien accepte et encourage la présence de milliers d’ouvriers chinois alors qu’une grande partie de la jeunesse algérienne est au chômage.

La Chine s’est d’abord intéressée à l’Algérie en raison de ses ressources naturelles exceptionnelles. Progressivement, le gouvernement chinois prenant conscience des réserves de dollars confortables dont disposait le pays, ses investissements en Algérie se sont diversifiés, avec la signature de grands contrats dans le domaine des infrastructures, puis le développement des investissements dans le secteur secondaire : électronique, automobile et textile principalement. L’Algérie a ainsi accordé aux entreprises chinoises des contrats de construction d’une valeur totale de 20 milliards de dollars, qui concernent la construction de logements sociaux, de chemins de fer et de plusieurs tronçons de l’autoroute est-ouest. Ces méga-projets, pourtant fortement consommateurs de main-d’œuvre, n’ont pas puisé dans le réservoir de demandeurs d’emploi algériens. Au contraire, les promoteurs ont décidé de recourir à de la main-d’œuvre chinoise immigrée. Regroupée dans des logements près des chantiers de construction, cette main-d’œuvre est corvéable à merci, faiblement rémunérée et surtout.. très efficace. Il n’est en effet pas rare qu’un projet soit livré bien avant la date prévue de son achèvement. Les 30 000 immigrés chinois représentent aujourd’hui la première communauté étrangère d’Algérie.

Malgré l’indéniable productivité de ces travailleurs étrangers, on peut s’interroger sur l’efficacité de la politique actuelle de l’emploi menée par le gouvernement algérien, qui maintient à l’écart toute une partie de la population, au chômage malgré des études à l’université, et souvent surqualifiée compte tenu des emplois disponibles. Malgré la volonté affichée par le gouvernement de favoriser l’emploi local grâce à une fiscalité favorable, et d’encourager le transfert de connaissances et la formation professionnelle, les entreprises chinoises n’ont pas vraiment joué le jeu.

Une étude publiée par la Banque africaine de développement et intitulée Investissements chinois et création d’emploi en Algérie et en Egypte analyse l’impact des investissements chinois sur l’emploi local et montre que ce dernier est faible.  En effet, les énormes contrats remportés par les entreprises chinoises publics ont  rarement créé des emplois locaux, les investisseurs chinois préférant faire appel à de la main-d’œuvre chinoise immigrée. Les travailleurs algériens recrutés sont eux peu qualifiés, et les perspectives de promotion sont quasiment inexistantes. La presse algérienne se fait souvent l’écho de faits divers liés au non-versement des salaires par les entreprises chinoises aux ouvriers algériens, ce qui contribue à alimenter le ressentiment d’une partie de la population.  Quant aux Algériens les plus diplômés, ils se heurtent souvent au plafond de verre les empêchant de rejoindre les équipes de direction, uniquement composées de cadres chinois.

Face à cette situation déséquilibrée, le gouvernement algérien a modifié la législation du travail, afin de favoriser l’embauche de travailleurs algériens au sein des entreprises chinoises, en contraignant ces dernières à s’associer à des partenaires locaux. Ces mesures ont une efficacité limitée, car elles n’impactent pas le niveau de qualification auquel les demandeurs d’emploi sont recrutés.

Les réticences chinoises à embaucher localement sont donc réelles, mais les investisseurs chinois ne peuvent être tenus responsables de la situation de l’emploi en Algérie : ce chômage est structurel, et touche davantage les travailleurs les plus qualifiés, 50 000 diplomés de l’université se retrouvant chaque année sans emploi. Les investissements chinois pourraient dorénavant être redirigés vers le secteur tertiaire, afin de favoriser l’embauche massive d’ une main-d’œuvre qualifiée locale, et d’encourager le transfert de connaissances entre investisseurs étrangers et équipes algériennes. Reste à savoir si ce type de projets sera aussi attractif que les méga-projets payés comptant en dollars par le gouvernement algérien.

Leïla Morghad

 


le 07 décembre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
07 décembre 2013

2 Commentaires pour “Algérie : la bataille de l’emploi au pays des méga-contrats chinois”

  1. zalamite

    L’emploie n’est pas un prorogatif de politique mais bien d’un club de professionnel.
    L’Algérie souffre encore de l’addiction du FLN. Jusqu4a maintenant sur le plan de l’idéologique et du lexique on n’a pas encore balayé les entassements de 120 années de lutte contre le colonisateur pas le français. Le français comme l’espagnole comme le marocain comme le sénégalais du coté laïc et comme l’égyptien syrien iraniens du coté religieux..Car le colonisateur ‘’par cerveau’’ et non par les ‘’Bottes’’ utilisent plusieurs pores d’entrée afin de neutraliser sa victime. Le colon en Algérie n’était pas facile a cerné et surtout a identifié.
    Ici le FLN exploite le mot état et agit en couverture. Il est entrain de faire n’importe quoi sans être identifié. Lorsque la nation veut identifier le l’origine du mal fonctionnement on bute devant le Mot Ets..c’est l’état qui fait ceci c’est l’état qui fait cela c’est l’état qui est a l’origine de tous les maux.
    On éclaircir un peu le lexique c’est tout d’abords c’est un état et c’est quoi un parti politique ??
    Un état selon ma définition et un ensemble de structure organisé pour garantir les grandes bases de la vie universelles. L’état c’est donc en principe, le ministère de la justice, le ministère de la défense nationale, le ministère des affaires étrangères, et le ministère de l’intérieur. Dans ces derniers siècles l’enroulement des enfants dans les guerres l’exploitation des enfants illégitimes et leurs ventes nécessite l’émergence d’un autre ministère celui de la protection des Mineurs.
    Si on identifie l’état par ces 4 ministère on se demande ou est la responsabilité de l’état si un entrepreneur ne construit pas bien un immeuble ou si il ya inondation ou le fait d’un trébuchement d’une vielle femme ou la mort d’un hadjis..
    Pour les partis politique en l’occurrence le FLN ou autre leur responsabilité est engagée car ils ont exploité les doléances des gens pour prendre en charge un problème sérieux qui se pose au niveau des localité. Dans ce contexte si une vielle femme trébuche à cause du trottoir non réfectionné après une réparation, la responsabilité du FLN est pleinement engagée. On s’attaque au FLN pour le renverser et proposer d’autres parties plus compétentes plus enclines aux respects des engagements prie la vielle des élections. Si l’école ou l’université est coincé c’est a cause du FLN car l’université comme l’école comme l’hôpital est gangréné par des gens affilié a tel ou tel partie et que la politique de l’université est soumis a la a majorité, donc la catastrophe que connait l’Algérie est l’origine du FLN et non de l’état. Les quatre ministères de l’état font leurs travail correctement et vieille au stricte respect de la constitution. Du fait que le FLN se cache derrière l’état et du fait que le FLN est gangréné par des gens qui ne partagent pas ces constance fait que l’état algérien ne trouve pas de soupape dans les grandes crises. Le président dissous le gouvernement et appelle a de nouvelle élections et le FLN sera mis de coté avec sa gangrène. Soit il se débarrasse de sa mauvaise graine soit il disparait a jamais. Dans ce cas au niveau des école des lycées des hôpitaux et des universités les gens auront l’occasion de bouleverser le statut quo imposé par de la gangrène affilié au FLN sans aucune parage ni du risque ni du devoir. Ils profitent du FLN et lorsque le vent tourne il le quitte pour se loger dans le futur parti donné gagnant. Chaque parti doit donc exiger 1 millions de centime lors de prise de carte. Si il n y aura que 20 personnes, le parti ne fonctionne qu’avec ces 20. ..
    Le FLN et sa gangrène cherche le soutient de Bouteflika. Le future président doit être un algérien tout court ni affilié a x ni affilié a Y.. Si une personnalité st connue dans un parti ou un autre ou même issus des 4 ministères il a le devoir de se présenter mais en coupant court avec ces antécédents. Il doit déposer sa démission définitive. C’est-à-dire qu’après avoir proposé sa candidature le type ne retournera plus a son clan d’origine il sera bannît du travail politique partisan. ..
    Le FLN n’a qu’une chose à faire retourner contre sa propre maison pour opérer un nettoyage de fond. Et il ne sera plus dans l’état. Ce n’est plus lui l’état. Il ressemble à tous autres parties. Et le ministère de l’intérieur avec le ministère de la justice doivent faire des enquêtes approfondies sur l’origine et l’existence ou non des caisses noires de partie. Car certain du FLN sont entrain de faire du détournement des deniers publiques pour payer des Votants.

  2. le cygne

    Tiens, on se demandait à quoi ressemblait la violence et la non violence…???
    Entre la violence des oncles Sam et François et la non violence de l’oncle Mao, qu’est ce que vous préférez…??? Sachant que le résultat est presque le même, c’est la main mise sur les ressources naturelles et les réserves de dollars….!!!! Bien entendu avec une légère différence…..!!!

    “La petite biche est aux abois
    Dans le bois se cache le loup hou hou hou hou
    Mais le brave chevalier passa
    Et prit la biche dans ses bras la la la la

    Les anegériens pourront toujours chanter:

    Passe la dormette
    Passe vers chez nous
    Pour endormir Minette
    Jusqu’au point du jour

    Allez, finissons en beauté par:-

    Y’a des rêves en couleur
    De gendarmes et de voleurs
    Y’a des rêves inquiétants
    Qui font grincer les dents
    Y’a des rêves pour les vaches
    Qu’elles ruminent
    Et qu’elles mâchent
    Y’a des rêves pour tout le monde
    On peut en faire une ronde

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00