APC : Exploitation criminelle des employés dans le cadre de la DAS et l’ANEM

Certains cumulent 20 ans et plus dans le cadre de la DAS sans qu’ils bénéficient d’un recrutement. D’autres dans le cadre de l’ANEM enregistre plus de 11 ans. L’équivalent de toute une carrière, un âge consommé par l’oubli et l’injustice. Une véritable exploitation qu’il n’est pas regretté de la dire criminelle, de l’homme par l’homme. Ces employés, dont une grande majorité femme, savent qu’ils sont lésés de leurs droits, mais leur espoir de dénicher un job un jour, et leur crainte d’être chassé à tout moment, les empêchent de manifester leur désarroi, de crier autrement que par la voie règlementaire qui est malheureusement sentie et vu comme une faiblesse, dans l’absence de respect du règlement. On les voit à cet effet supplier de rester anonymes malgré toute ces souffrances.

DAS, ANEM, APC. L’employé se trouve égaré entre ce trio. Ni le règlement de la direction de l’action sociale ni celui de l’agence de l’emploi ni d’ailleurs de l’assemblée populaire communale ne semble épargner ces hommes et ces femmes qui attendent impatiemment un droit prévu dans le règlement depuis des durées imaginaires. L’on se demande parfois ou passes ces services de contrôle ? Ou est cette autorité compétente qui devrait veiller au respect des lois et du règlement intérieur de chaque administration et entreprise ?

Des questions qui n’en finissent pas, à quoi toutes les réponses du monde ne pourront dédommager ces employés qui ont vieilli à attendre, attendre et attendre. J’entends déjà des voix qui disent, qu’ils tentent des procédures judiciaires, qu’ils aillent voir les services de l’inspection de travail. À ceux-là je me trouve dans l’obligation de répondre : combien de jugements restes inappliquées. S’ajoute à cela leurs maigres revenus qui ne pourraient satisfaire le moindre pas vers cet inconnu. Certains préjudices restent irréparables. Comment dédommager un/une employée recruté dans ce cadre qui a attendu depuis plus de 20 ans, après qu’il est tout près de la retraite ou même atteint l’âge. Ces employés continuent d’appeler les autorités locales compétentes en toute discipline et grande politesse, malgré ce qu’ils endurent d’injustice depuis de longue durées, à trouver un moyen de les rétablir dans leurs droits les plus absolus, préservés par la loi et le règlement.  

Djillali Toumi


le 22 mars 2021


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
22 mars 2021

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 6 556
  • 7 083