Conférence de presse de M. BEKKARA Djamel PDG ENIE

10626512_807802739325027_7235379438327596272_n

 

Le Forum d’Ouest.Info a été organisée, ce jour lundi 22 février 2016 cet après-midi à 14h 00 au siège de la Maison de l’Enseignant à Sidi Bel Abbès, concernant le plan de développement en cours de réalisation et des activités futures, en plus de la présentation des nouveaux produits. Le forum a été animée par le P-DG de l’ENIE, M. Bekkara Djamel, utilisant des moyens audiovisuels et autres outils de communication. L’intervenant a commencé par un rappel succinct des conditions difficiles qu’avait traversées l’entreprise durant plusieurs années, surtout sa perte de vitesse et la faillite, n’était-ce le récent plan de sauvetage gouvernemental. Ce plan était la mise en œuvre d’une politique offensive de réindustrialisation où l’Etat a versé pas moins de 15 milliards de DA, destinée à la relance de l’entreprise, notamment l’acquisition de nouveaux équipements.

Pour ce faire, l’ENIE s’est lancée dans plusieurs créneaux dont celui des cellules photovoltaïques. Le plan de relance porte également sur l’activité intégration électronique et la fabrication de cartes électroniques, considérées comme le cerveau de chaque produit électronique ou machine moderne. L’ENIE, qui a signé des conventions localement. L’ENIE, forte de son label, ne craint pas la concurrence mais redoute tout ce qui est déloyal, poursuit l’orateur, visiblement contraint d’user de comparaison entre les moyens et les opportunités, voire les facilités offertes dans le secteur privé et tous les concurrents potentiels. Mais il a tenu, néanmoins, à rassurer que le marché est stable et surtout en développement et ce, malgré d’innombrables contraintes de taille.

Otage des lois en vigueur, l’ENIE tient le coup malgré la rude concurrence déloyale. L’ENIE maintient le cap de la bonne qualité et de la technologie, a martelé le P-DG, M. Bekkara Djamel, qui a insisté sur la conservation de la notoriété de l’ENIE, un de ses chevaux de bataille, qui est celui de tous les acteurs de ce fleuron qui concrétise dans la sérénité et sans problème majeur de gestion financière. L’ENIE n’a aucun problème dans ce volet-là, comme elle a assuré une augmentation des salaire de 22% à ses travailleurs, a-t-il indiqué. Méthodologiquement, le P-DG a dressé un état des lieux de l’entreprise et exposé les perspectives du vaste programme d’action, tout en faisant part des nouveaux produits. L’ENIE tient à jouer le rôle de pionnier dans le monde numérique, se consacrant donc au développement des technologies, souligne le conférencier, citant au passage le montant de 15 milliards de DA alloué aux projets que compte lancer l’ENIE, notamment l’usine de panneaux solaires. L’intervenant citera plusieurs projets en étude, tel celui notamment des panneaux de signalisation électroniques, entre autres. Le P-DG de l’ENIE a également dévoilé que l’ENIE s’investit dans ces divers projets, c’est un segment stratégique et, surtout, important et à l’entreprise et au pays, a-t-il souligné.

Le responsable de l’ENIE s’investi dans des créneaux considérés comme générateur de plusieurs emplois. Il indiquera qu’une étude de faisabilité a été entreprise. Abordant les nouveaux produits, il présenta les arguments relatifs aux produits chers, soulignant que l’ENIE n’enregistre pas de plaintes vis-à-vis de la qualité de ses produits commercialisés. Donnant des explications supplémentaires sur les coûts des produits qui font de l’ENIE un label de qualité, malgré la pénétration du marché algérien par des firmes internationales et la montée en puissance de concurrents locaux. Pour peu que la concurrence soit loyale et que les contraintes soient levées pour cette entreprise qui reprend du poil de la bête avec une part de marché de 10 à 12%, , la société publique, fierté locale et nationale, ambitionne d’augmenter sa part de marché. L’intervention du PDG a également porté sur la technologie IPS (In-Plane Switchning) qui permet d’obtenir de bonnes performances.

L’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) vise, à travers un ambitieux plan de développement, à augmenter ses parts de marché dans la filière de l’électronique grand public à au moins de 35%, a indiqué le PDG, Djamel Bekkara “Notre objectif est de devenir un véritable pôle industriel spécialisé dans la recherche et le développement de la filière électronique et élargir ainsi notre part de marché qui avoisine actuellement les 20% des ventes “, a déclaré M. Bekkara lors du forum. Ce programme porte notamment sur la modernisation de l’ENIE, la généralisation de téléviseurs LCD, la production de cartes électroniques, de régulateurs, de faisceaux de câbles et de solutions d’énergies nouvelles (photovoltaïque) ainsi que le lancement d’un vaste plan de communication et marketing et assurer un service après-vente meilleur. Cette entreprise publique compte également élargir sa gamme de produits et diversifier ses investissements en fonction de sa stratégie d’expansion.

L’ENIE compte concrétiser cet ambitieux plan grâce à l’aide octroyée par le Conseil de participation de l’Etat (CPE) évaluée à 15 milliards de DA et le rachat par l’Etat de plus de 23 milliards de ses dettes. Cet objectif résulte des différentes études engagées par le ministère du Développement industriel et de la promotion de l’investissement dans le cadre de la nouvelle stratégie de développement industriel de l’Algérie, a expliqué le PDG de l’ENIE. Ces objectifs devraient permettre d’asseoir des bases requises devant permettre à l’entreprise de valoriser l’outil de production et s’investir dans la recherche et l’innovation technologique et faire face à la rude concurrence observée sur le marché, a-t-il estimé.Parmi les principales activités de l’entreprise, créée il y a une trentaine d’années, figurent l’électronique grand public, les composants électroniques, les composants métalloplastiques, l’électronique médicale…L’ENIE s’est lancée dans la fabrication et l’installation de panneaux solaires.

La solution solaire semble conquis les responsables de la wilaya de Sidi Bel Abbès qui viennent de donner leur accord pour l’installation, à titre expérimental dans le domaine de l’éclairage public, des premiers équipements photovoltaïques made in Algeria produits localement par la nouvelle unité ENIE-Solar. Selon le PDG le programme retenu à ce titre avec les responsables locaux portera sur la fourniture et la pose de quelques échantillons de lampadaires solaires photovoltaïques au niveau de cinq principales intersections routières de la capitale de la Mekerra, avant d’être étendu par la suite à la future rocade nord devant contourner le faubourg de Sidi Djillali jusqu’à la localité de Sidi Lahcene sur une longueur de quatre à cinq kilomètres. Le même responsable tiendra à rappeler que différents organismes et collectivités publiques du territoire national ont manifesté leur intérêt pour les formules photovoltaïques (éclairage public, pompage solaire, thermique solaire…) proposées par l’unité de Sidi Bel Abbès, dont les élus locaux ont décidé d’opter pour la source photovoltaïque en matière d’éclairage public et de signalisation routière ainsi que plusieurs corps constitués pour l’acquisition de diverses solutions solaires. Estimant que le marché algérien est fortement demandeur de ce type d’énergie renouvelable, et ce conséquemment à la promulgation des textes relatifs à la protection de l’environnement et l’utilisation des énergies renouvelables.

Le PDG de l’ENIE révèlera, par ailleurs, l’existence d’un carnet de commandes négociées ou en voie de l’être avec d’autres clients potentiels relevant, notamment, des secteurs de l’environnement, de l’industrie, des travaux publics, de l’hydraulique, de l’agriculture, … Pour le seul marché national, nous confiera-t-il à ce propos, les besoins en panneaux photovoltaïques, toutes gammes de puissance confondues, se situent aux environs de 100 Mwc pour les cinq années à venir… Ce qui représente, en termes de rentabilité, un chiffre d’affaires d’environ 15 millions de dollars/an pour atteindre un niveau de croisière de 135 millions de dollars dès la cinquième année d’entrée en production de la nouvelle unité solaire de Sidi Bel Abbès. Vers l’effacement de la dette, dans le cadre de l’assainissement des entreprises publiques, le gouvernement vient de procéder à l’effacement total de la dette de l’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) de Sidi Bel Abbès évaluée à plus de 16 millions de dinars. Cette salutaire décision des pouvoirs publics ne manquera pas ainsi de réconforter le staff dirigeant du géant de l’électronique grand public en Algérie appelé, désormais, à jouer un rôle moteur dans la nouvelle stratégie industrielle du pays avec le projet de mise en place d’une future plate-forme électronique à Sidi Bel Abbès.

Le programme arrêté vise le rajeunissement des effectifs, suite au départ en retraite de quelque 700 employés. L’ENIE, qui compte plus de 1 860 travailleurs, s’attelle à relever les défis, grâce à plusieurs partenariats en vue avec des Français, pour mieux conquérir le marché local et même étranger. Cependant, et sur le plan financier, l’ENIE n’a bénéficié d’aucun crédit et vit grâce à une production entièrement vendue. Parallèlement, cette entreprise vient de mettre sur le marché des solutions solaire avec un ensemble de produits visant la fabrication de cellules photovoltaïques, en partenariat avec des firmes étrangères. Cela constitue l’un des axes de développement tracé par l’Entreprise nationale des industriesélectroniques (ENIE) à long terme. Déjà, elle a procédé à la commercialisation de panneaux solaires, de 500 KW, et, elle mettra en service des panneaux de 4 mégawatts. Le programme visera la fourniture et la pose d’un nombre appréciable de spécimens de lampadaire solaire photovoltaïque au niveau des carrefours principaux de la ville de la Mekerra, au nombre de cinq, pour cibler ensuite la future rocade nord, allant de la cité Sidi Djillali jusqu’à la commune de Sidi Lahcene distante de 5 kilomètres. Le responsable de l’Entreprise nationale des industries électroniques a cité plusieurs wilayas, qui ont décidé de se doter de cet équipement d’éclairage et de signalisation. Cela explique, selon le responsable, que ce type d’énergie est fortement demandé et que toutes les gammes de puissance confondues se situent aux environs de 100 Mwc pour les années à venir.

Kamel Hadri


le 22 février 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
22 février 2016

3 Commentaires pour “Conférence de presse de M. BEKKARA Djamel PDG ENIE”

  1. alger-newyork

    le probleme de l’industrie n’est pas dans les machine mais dans les esprits des gens qui planifient.
    apres la chute du socialisme l’industrie chez nous avait comme but
    ”lutteR contre le chômage” c’est a dire le but ce n’est plus de produire une télé mais de recruté 1000 ..la télé comme la machine a laver comme le vehicule n’ont aucune valeur qu’ils se vendent ou qu’ils se jettent ce n’est pas le probléme des hommes politiques..donc khalouta
    question simple pour résumer
    ou a passé son enfance le PDG de l’ENI ??

  2. Memoria

    “L’ENI qui a signé des conventions localement”… lit-on suite à la conférence de presse de son DG .Le lectorat serait mieux informé pour le marketing de cette entreprise d’Etat si il pouvait connaître ces partenaires et acteurs conventionnés…localement ! L’Université UDL devait faire partie de cette intégration multisectorielle avec certains de ses départements et filières….déconnectés du monde de la recherche appliquée et du bassin d’emploi local qui auraient du justifier le maintien de la place de capitale de l’électronique à Sidi Bel Abbès.
    Comment parler de concurrence déloyale subie par une entreprise “stratégique” d’ un Etat souverain avec ses institutions de contrôle sur place alors que Bordj Bou Arreridj (BBA),une wilaya comme SBA, lui a raflé la place tant avec un secteur privé que public dans le domaine électronique???
    La dépolitisation du monde ouvrier(e) et ses syndicats y est-elle pour beaucoup ou la féminisation des effectifs des unités n’aurait-elle pas donné raison à une planification sournoise d’apprentis sorciers des années 70 ???
    Bonne soirée !

    • Memoria

      Rectificatif : Lire ENIE(ex Sonelec) à la place de l’ ENI de l’illustre Enrico Mattei tué par la Main Rouge(Services secrets français) en octobre 1962 pour avoir collaboré avec le FLN dans la planification de l’exploitation des hydrocarbures au Sahara Algérien après l’Indépendance ! Mes excuses d’avoir fait dans l’amalgame …non sans une pensée pour un chahid…Italien !!!

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00