Décès du président Ahmed Ben bella

Le premier président de la république Algérienne indépendante Ahmed Benbella vient de décéder à Alger « A dieu nous appartenons, à Lui nous retournerons ».

Ahmed Ben Bella est un des neuf « chefs historiques » du CRUA, futur FLN, parti indépendantiste algérien, il est arrêté pendant la Guerre d’Algérie, mais prend part à l’indépendance du pays à la tête du FLN et devient le premier président de la République algérienne démocratique et populaire le 15 septembre 1963, poste qu’il cumule avec celui de Premier ministre.

Le 19 juin 1965 il est destitué par un coup d’État militaire mené par son vice-Premier ministre, le colonel Houari Boumedienne.

Enfance et jeunesse

Ben Bella est né le 25 décembre 1916 à Maghnia dans l’Oranie, en Algérie. Il fait ses études secondaires à Tlemcen.

Il joue la saison 1939-1940 à l’Olympique de Marseille comme milieu.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il combat dans l’armée française au sein du 5e régiment de tirailleurs marocains de la 2e division d’infanterie marocaine (2e DIM).

En 1944, il participe à la Bataille du mont Cassino au sein du Corps expéditionnaire français commandé par le général Juin, puis aux campagnes de France et d’Allemagne au sein de la 1re armée du général de Lattre. Promu adjudant, il est cité quatre fois dont deux fois à l’ordre de l’Armée et décoré de la Médaille Militaire par le général de Gaulle en avril 1944 en Italie3,4.

Premiers engagements

Marqué par les massacres du 8 mai 1945, il adhère au PPA–MTLD, de Messali Hadj. Il est ensuite élu conseiller municipal de sa ville en 1947.

Membre de l’O.S, il a participé à l’attaque de la poste d’Oran de 1949.

En mai 1950, il est arrêté à Alger, jugé coupable et condamné, deux ans plus tard, à sept ans de prison. Il s’évade en 1952 et se réfugie au Caire auprès d’Hocine Aït Ahmed et de Mohamed Khider avec qui il formera plus tard la délégation extérieure du Front de libération nationale (FLN).

Guerre d’Algérie

Un des neuf chefs historiques du Comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA), il est arrêté une deuxième fois lorsque est détourné l’avion qui le conduisait du Maroc à Tunis en compagnie de Mohamed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Mostefa Lacheraf.

Algérie indépendante

Libéré en 1962 après son emprisonnement au Fort Liédot sur l’île d’Aix (France, département de la Charente-Maritime, tout proche du Fort Boyard), il participe au congrès de Tripoli où un différend l’oppose au GPRA. Après les accords d’Évian, il critique en effet la légitimité du gouvernement provisoire et s’affronte à Mohamed Boudiaf et Belkacem qu’il élimine rapidement[réf. nécessaire]. Il rentre à Alger et, le 27 septembre 1962, est désigné président du Conseil. Il installe alors un pouvoir sans partage.

Ben Bella a pour objectif de construire un socialisme typiquement algérien, tout en épurant le parti, l’armée et l’administration lorsqu’il devient secrétaire général du bureau politique du FLN en avril 1963. Après l’adoption d’une constitution, il se fait élire en septembre 1963 président d’une République très présidentielle et autoritaire, il réussit, dans la violence, à réduire les insurrections et les diverses oppositions politiques.

Partisan du panarabisme et admirateur du colonel Nasser, il entreprend une politique d’arabisation de l’enseignement et fait appel à des instituteurs égyptiens.

Renversement et exil

Il est renversé par le coup d’État de Boumedienne le 19 juin 1965, emprisonné jusqu’en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu’à sa libération en octobre 1980.

Exilé en Suisse à partir de l’année 1981, il revient en Algérie le 27 septembre 1990. Il assiste à la prestation de serment du président Abdelaziz Bouteflika en 1999.

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine.

Khidr Omar: Algerie1


le 11 avril 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
11 avril 2012

2 Commentaires pour “Décès du président Ahmed Ben bella”

  1. Abassia

    Ainsi va la vie.
    Une autre figure historique de la révolution algérienne qui disparaît, emportant avec elle une part de vérité tumultueuse de notre histoire. 50 années après, le peuple algérien se cherche encore, essaie de se construire avec beaucoup de peine, avec beaucoup de difficultés parce que ceux qui détiennent le pouvoir ne sont pas à la mesure des attentes de notre société.
    Allah yarham echouhadas qui ont libéré notre pays du colonialisme français.

  2. epsilone

    Allah yarmouh ou iwassa3 3allihe.Qu’il repose en paix dans son vaste paradis.

    1962 tahia el djazair Mme Epsilone

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 1 893
  • 7 311