Farid Bédjaoui, l’homme par qui transitent les milliards

Soupçonné par la justice italienne d’avoir joué un rôle capital dans l’affaire des commissions versées par l’entreprise Saipem, Farid Bédjaoui se retrouve au-devant de la scène médiatique. Installé à Dubaï, le neveu de Mohamed Bédjaoui a réussi à bâtir une fortune considérable grâce à l’argent de l’Etat algérien.
La justice italienne a fini par faire tomber son masque. L’enquête menée par les magistrats du tribunal de Milan, dans l’affaire Saipem, a fait sortir au grand jour un personnage tapi dans l’ombre : Farid Bédjaoui. L’homme est soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire entre des dirigeants de la filiale du groupe pétrolier italien et de hauts responsables politiques algériens. Le montant des commissions est estimé à 198 millions de dollars américains par la justice italienne. Une somme qui pourrait être revue à la hausse à mesure qu’avanceront les investigations des magistrats italiens. Il faut dire que l’efficacité de Farid Bédjaoui a permis à Saipem de remporter de très nombreux contrats dans le secteur des infrastructures énergétiques. Une réussite qu’il doit avant tout à sa proximité avec l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil.
Empires
Qui est Farid Bédjaoui ? Né le 20 septembre 1969 en France, Farid est le fils de Nourredine Bédjaoui, frère de l’ancien ministre des Affaires étrangères et ex-président du Conseil constitutionnel, Mohamed Bédjaoui. C’est au Canada qu’il passera l’essentiel de sa jeunesse avec ses frères Ryadh et Réda. Diplômé d’HEC Montréal (Hautes études commerciales), Farid se lance dans le négoce de produits alimentaires. Ambitieux, il sait tirer profit de l’influence de sa famille pour monter plusieurs opérations d’exportations vers l’Algérie. Mais sa réussite, il la doit surtout à sa belle-famille : les Dalloul. Farid est marié à Raïna, la fille de l’ancien ministre de la Défense libanais, Mohsen Dalloul. Homme politique puissant, il a bâti un véritable empire financier en investissant dans le secteur de la téléphonie mobile. En 1994, la tête du groupe Omium, son fils Nizar est chargé de lancer LibanCell, le premier opérateur de téléphonie mobile du Liban. Omium décrochera par la suite les licences GSM au Liberia, Gambie, Sierra-Léone et en Côte-d’Ivoire. Ziad Dalloul, son autre frère, se lance dans la prestation de services de télécommunications en créant Lintel. Pour réussir en Algérie — pays où il ne s’est rendu que très rarement — Farid Bédjaoui a juste appliqué le système mis en place par sa belle-famille : user de son pouvoir pour amasser plus d’argent. Le pouvoir, Farid en dispose suffisamment en Algérie depuis l’arrivée de Abdelaziz Bouteflika. Son oncle, Mohamed, est une personnalité respectée. Le jeune homme profite des connaissances du président de la Cour internationale de justice pour mettre en place ses réseaux. Avec l’envolée du prix du pétrole, il sait que l’argent se trouve dans le secteur des hydrocarbures. Le pouvoir, c’est en la personne de Chakib Khelil qui le trouve. L’alliance entre les deux hommes va s’avérer redoutablement efficace.
Actions
En 2002, Farid Bédjaoui et son beau-frère Zyad Dalloul créent Rayan Asset Management. Basé à Dubaï, Rayan est le représentant exclusif pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de Russell Investments, un des plus importants fonds d’investissement américain. Presque simultanément, Chakib Khelil, qui était alors ministre de l’Energie et président-directeur général de Sonatrach, décide de confier à Farid et Zyad la vente des actions que détenait la compagnie nationale d’hydrocarbures sur les compagnies américaines Anadarko et Duke Energy. Pour l’Etat algérien, ces actions ont surtout une valeur politique puisqu’elles ont été obtenues au terme d’une longue procédure d’arbitrage engagée dans le cadre de l’affaire de vente de gaz aux Etats-Unis, la fameuse affaire El Paso. Par la simple volonté de Chakib Khelil, Rayan Asset Management se retrouve à gérer un portefeuille d’actions de plus d’un milliard de dollars américains. «Les fonds ont été restitués et on fait un gain de 600 millions de dollars sur un investissement d’un milliard de dollars. Donc on a gagné pratiquement 60% sur ces fonds (…) Ce qui est important à retenir, c’est que nous avons gagné 600 millions de dollars sur un milliard de dollars de placement. Et vous pouvez imaginer si on avait un peu plus d’argent, on aurait pu gagner un peu plus», s’est enorgueilli, en 2010, l’ex-ministre de l’Energie. Des propos tenus deux jours avant qu’il ne quitte définitivement le gouvernement. Aujourd’hui, grâce au coup de starter impulsé par les fonds publics algériens, Farid Bédjaoui et Zyad Dalloul gèrent pour plus de huit milliards de dollars d’actifs au Moyen-Orient et en Asie. Dans le secteur des hydrocarbures, Bédjaoui a fait en sorte d’être présent à plusieurs niveaux. Ainsi, il aurait fait en sorte de «privilégier» la sélection d’entreprises spécialisées à chaque contrat remporté par Saipem. Il s’avère que ces sous-traitants sont originaires de Syrie ou du Liban. Selon certaines informations, l’épouse d’un ministre était même actionnaire dans l’une de ces sociétés. Le circuit de la sous-traitance aurait rapporté des dizaines de millions de dollars par an à ses initiateurs. Farid Bédjaoui aurait également suivi de très près le projet de la nouvelle ville de Hassi-Messaoud. Usant de son influence au ministère de l’Energie et des Mines, il aurait géré le processus de sélection de l’entreprise chargée de réaliser l’étude du futur Hassi-Messaoud. Avec un contrat de plus de 300 millions de dollars à la clé, la bataille a opposé deux bureaux d’étude, un Nord-américain et un Asiatique. Mais ni l’un ni l’autre ne l’emportera puisque le marché a finalement été résilié. Hyperactif, on retrouve également sa trace dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest. Un scandale dans lequel son oncle Mohamed Bédjaoui, alors ministre des Affaires étrangères, est impliqué. Farid aurait joué un rôle important au côté de Pierre Falcone puis de Jean-Yves Ollivier, deux personnages-clés dans cette affaire.
Investissements
Aujourd’hui, Farid Bédjaoui est à la tête d’une fortune colossale. En l’espace de quelques années, il serait parvenu à détourner plus de 800 millions de dollars dans ses activités en Algérie. Une grande partie de cet argent a été investie dans l’immobilier. En France, en Espagne, au Moyen-Orient et surtout au Canada. A Montréal, la gestion du patrimoine a été confiée à Ryadh et Réda. En 2011, Ryadh a été chargé, via une société écran, d’acheter trois lots de terrain à Westmount, le quartier le plus huppé de la ville. Une transaction de 3,7 millions de dollars canadiens qui avait attiré l’attention des autorités et de la presse locales du fait de la surévaluation de ces biens. Actuellement, Farid Bédjaoui vit Dubaï dans une propriété de 3 000 m2 située à Emerites Hills, une des zones les plus prestigieuses de l’émirat. Il est également propriétaire d’un jet et d’un yacht immatriculé à Saint-Vincent-etles- Grenadines. Des biens acquis grâce à l’argent des contribuables algériens.
T. H. Le soir


le 11 février 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
11 février 2013

3 Commentaires pour “Farid Bédjaoui, l’homme par qui transitent les milliards”

  1. ADMIN

    Nous publions la lettre de Mr Ziad Mohsen Dalloul qui nous a été adressée par son assistante pour une mise au point telle que souhaité par son auteur.Suite à l’article du Soir d’Algerie paru dans les colonnes de BAI.
    La rédaction.
    Cliquer pour lire

  2. le cygne

    Ce Farid Bedjaoui ne représente qu’un tout petit maillon de la chaîne des corrompus qui s’étend depuis 1962 jusqu’à ce jour…….La toute petite partie superficielle de l’iceberg ; si on brise la glace, on tombera sûrement dans les vaps de ce qu’on va découvrir……!! Et dire que des billions de dollars sont partis en fumée de quoi éradiquer la misère sur toute la planète………!!
    Quant à la justice Algérienne qui met tout en veilleuse en laissant le temps au temps, cette affaire connaîtra le même sort que celle de Khalifa et compagnie……..car ses spécimens ne sont que des sous-fifres……… jamais une personnalité n’a été compromise ou accusé sans l’accord préalable du pouvoir et le coup de fil qui va avec…..!!!
    Au fait ces gens là, on les classe dans quelle catégorie de Diaspora…… ????? La diaspora des « sous-sous »….. qui est en mèche avec les Ours polaires de tous bords…… !!!!!

    J’ai cru savoir que quelqu’un a parlé de la moralisation de la société….. ????

    En attendant buvons du thé et grignotons des amuses gueules car le cauchemar n’est pas prêt de se terminer.!!!

  3. zalamite

    il y a des actualités plus proche plus interessantes et plus plus passionnantes et un peu scandaleuse..
    Des faux étiddiants avec de faux bac à Oran qui font Medecines…combien cette faculté et la faculté de sidi bel abbes et surtout de Tlemcen ont fabnriquées de faux medecins et les ont lachés libres dans la nature???
    aujourdhui le torchon brule a l’hopitale de sidi bel abbes…des medecins qui ont eu le grade de proff et parrait il n’ont pas encore fait la moindre opération…et le directeur qui veux exercer son pouvoir administratif sur le technique, esperant qu’il a un diplome en medecine et non en science sociale, et a eux un jour la carte d’adherant dans un partis poltitique Fln OU hamas..dans le premier il fait licence en mouvement revolutionnaire et dans le seconde il devrait logiquement faire ”makamate el hamadani 3la awkari el jahiliya el oula” et commence a donner ses ordres aux medecins..”mais tu dois coudre l’ouverture avec ce fil pas avec cela”ce fil est originaire de l’intestin de Porc c’est harame…
    En attendant de faire l’ordre dans les facultés et les hopiteaux et enfin donner un coup de pieds dans le derrière des politiques qui s’infiltrent et commande, o doit voter une mlois ministerielles qui oblige l’administration de mettre en ligne le CV de tout le monde…
    >nom prenom
    >date et lieu de naissance
    >ecole:cem;lucée et eventuelemnt ecole ou université
    >metier des parents
    >origine des parents
    >authentification des diplomes

    on raconte qu’un jour qu’une directrice a senti du faux elle a envoyé le diplome de l’interessé en france pour authetification…le diplome etait un faux..deux jours apres…on n’a plus retrouver 3 autres employés..ils ont disparue sans donner signe de vie..jusqu’a maintenant on ne sait plus la raison de leurs abondants..Merci madame la directrice…bonne journée avec le Libanais

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00