« La cité des Clous », le Bidonville de l’acceptation est né!

Mon inspiration pour cet article, m’est parvenue grâce aux interventions de  Messieurs Akkou et Abbès qui à travers leurs  commentaires, combien  visionnaires, m’ont orienté,  vers la prospection  au sein du sujet et ses dysfonctionnements que nous ne cesserons d’en exprimer nos vomissements en raison de leur tacite reconduction. Combien  parfois ces situations dramatiques  paraissant, comme voulues en des périodes ou peut-être les raisons, sont les récoltes de futures voix. Certains que  nos fidèles commentateurs, expriment leur  inquiétude et leur amour pour  leur ville, que des élus et responsables de structures semblent  en faire un objet de convoitise personnel au mépris, de ceux qui n’ont que leurs yeux pour pleurer..

Je voudrais, une tête pensante, une oreille et une bouche auprès desquelles,  me délivrer de cette question qui me ronge ! A qui incombe la responsabilité de cet envahissement de nécessiteux et de ceux, qui prétendent  l’être dans cette zone de géographie de notre ville que l’on pensait servir  pour d’autres expansion  industrielle ou touristique, mais l’absence d’une vraie  politique de la ville  a favorisé le développement de l’habitat « non réglementaire », ou « gourbis » ou  « bidonvilles » où une importante population  venue très souvent d’horizons inconnus, s’apprête à s’entasser dans les taudis qui vont s’étendre de plus en plus dans les périphéries, au point d’empiéter sur les terres agricoles .

Arrivé sur les lieux, l’on m’invitait à pénétrer, et constater de par moi-même,, leur nouvelle   résidence, des parcelles de lot dument  tracées pour chacun  d’entre eux, des maisonnettes déjà construites et ces plus démunis ou ces « occasionnels »  qui possédaient à l’intérieur des  gourbis  en roseaux et toiles cirées, mais ce qui  attirait  beaucoup plus mon attention et créa  en moi la peur, fut une plaque de signalisation, « Danger-Interdit de Fumer » avisant  qu’à tout moment, la négligence ou « l’action volontaire » pouvaient causer la catastrophe. C’était  « la station-Relais de gaz » (Sonelgaz ou Sonatrach) située derrière le bosquet de l’hôtel Béni-Talla et que le bidonville cachait.

Je me disais alors, que ceux qui ont réfléchi à l’installation de ce bidonville dans cet endroit précis, avait songé à la gravité supposée de la « Bombe » que les taudis entourait et de l’impact qu’elle pouvait créer auprès des autorités et également , ils ont  pensé  à la « vue » qu’il offrait aux  probables touristes  de l’hôtel Béni tala.  Ce merveilleux  hôtel inviterait son patron  à exiger le retrait bénéfique  de cette  catégorie de la société  « Sans logis »

Ces  urbanisables qui s’engagent à résister aux pouvoirs publics sont des individus venus pour obtenir grâce à cette manière de persuasion, un logement et mes yeux ne se sont pas trompés, j’ai vu sortir de  leurs  voitures neuves, les envahisseurs de  « la cité des clous », j’ai déduit que les vrais nécessiteux ,dont le nombre au départ  était réduit, ont ouvert la portes, aux faux nécessiteux, aux spéculateurs et autre maux, qui s’annoncent dans cette  partie  de la ville que les autorités prévoyaient pour autre chose surement

Où se trouvait -il notre Maire lorsque quelques champignon délogeables naissaient dans cet endroit ? Que faisaient ses services pour évacuer cet envahissement illégal  d’un monde qui actuellement défit l’état ? N’avait-il pas  eu connaissance qu’une gangrène pourrissait le paysage  quelque part dans la ville ? Ou  alors, es-ce-que cet état de chose fait partie du plan  conçu en prévision des futures élections ?

Pourquoi que dans des situations semblables les décisions  deviennent  lentes à prendre par l’ensemble des hauts responsables  qui dirigent notre ville ! L’on dirait qu’ils sont incapables de trouver  les solutions à ce problème dans son début ! M. le Maire attend l’aval de M.  le Wali. Mr le Wali  attend à son tour l’avis  de Messieurs  les ministres  ou alors l’avis de M. le  chef du gouvernement ou  alors celui de M. le  Président de la république- Dans ces cas, les téléphones rouges ne fonctionnent plus !

Je ne peux qu’exprimer de la stupéfaction devant la naissance de  ces champignons, prenant une dimension galopante et à  la vue de cela, je me répèterais, que cette opération a été murement étudiée et préparée avant d’être lancée. Il fut décidé par ceux qui prirent en charge cette scandaleuse opération

Aucune ville  comme Sidi-Bel-Abbès, en Algérie,  n’a  peut-être bénéficié d’autant  d’avantages en logement par rapport à sa population. Cependant « les magouilleurs », « les spéculateurs » et autres vils personnages sont la cause de ce qui se produit en mal, chez nous et qui malheureusement  ne  servent  que ceux qui ne craignent  point l’Etat et les lois, en agissent contre l’ordre public !, Quel type d’Algériens sont-ils ? »

Quand aux  citoyens qui sont réellement dans le besoin, ils demeureront toujours les mal servis, parce qu’ils agissent selon ce que recommande la  loi et tant pis pour eux, notre administration leur exprime à chacune de leur sollicitude des difficultés. Et parce qu’ils  refusent le désordre, ils subissent les conséquences  d’une bureaucratie qui ne tolère pas le correct mais préfère l’incorrect.

L’honnête citoyen respecte les lois, mais en les respectant il est bousculé par celui qui n’est pas honnête- Parce que je le précise, il existe des citoyens honnête et respectueux de l’état et des citoyens malhonnêtes qui déstabilisent l’ordre des choses pour s’enrichir davantage et obtenir des avantages

Cette catégorie d’individus qui osent s’opposer à l’état par les menaces et le désordre est créée par l’absence et l’indifférence de l’état et sont parvenus au stade de s’affronter à des maires ! Oui c’est vrai que nous avons des maires corrompus ! Oui c’est vrai que nous avons des maires injustes ? Oui c’est vrai que nous avons des maires nullement responsables vis-à-vis de leurs citoyens ? Oui c’est vrai que certains maires ont mis le paquet pécuniaire pour bourrer les urnes qui les ont placés ? Mais nul n’est en droit de s’opposer par les manières fortes et les menaces au premiers responsable de la localité !

La citoyenneté comment se mesurerait-elle dans ces situations, ou le citoyen profite des  conditions internationales qui font douter sur le devenir, pour régler leur montre au cadran de la déstabilisation qui peut permettre de faire obtenir des avantages exceptionnels mais dans cette situation certaines institutions de l’état contribuent directement ou indirectement à faire partie de la partie.

Je tente de vous en parler mais il m’est vraiment difficile de trouver des expressions suffisamment puissantes pour présenter la situation quotidienne des nécessiteux que nous supposons, ceux qui réellement se trouvent dans le besoin d’être relogés. Et pour trouver des réponses cohérentes sur le problème que pose  malheureusement la condition de vie de beaucoup de citoyens qui continue à se dégrader davantage, mais nous devons être conscients que parmi eux, il existe des intrus.

Aujourd’hui, encore, et une fois de plus, les autorités qui se trouvent confrontés à ce délicat problème,  essaient de  revoir les stratégies pour tenter  d’éradiquer ce fléau, qui à chaque fois apparait en force, en raison, bien entendu de l’absence de l’APC et de la police de l’urbanisme et de l’environnement qui n’accomplissent pas leurs missions des l’apparition du mal qui va s’étendre…Et cette autorité qui construit des logements prétendus sociaux et qu’elle attribue aux cas supposés être dans le besoin, pour que ces derniers continuent à maintenir le cap de la corruption, qui ne faudra jamais cesser, et continuer à perpétuer , car c’est la raison de vivre de beaucoup de corrompus. Notre constatation  sur le terrain a beaucoup à dire à ce sujet.

Refusant  d’être trop pessimiste, cependant l’expérience des fois passé révèle que ces types de stratégies ayant pour objectif de « réduire » les sans logement  n’arrivent pas ou assez souvent, à la destination finale. Les  mal logés se plaignent parce que leur situation du point de vue socio-économique se détériorent, Cet état de détresse que les envahisseurs, nouveau habitants de bidonville, baptisé « Cité des Clous »

Les conditions sanitaires et de vie s’annoncent comme déplorables et les habitants  vont  en souffrir  notamment par de graves affections, La pollution de l’environnement de cet endroit deviendra si la situation persiste, un problème de santé publique et de sécurité qui devra être rigoureusement suivi… Aussi, les difficultés existent au sein des bonnes volontés des structures de l’état qui désirent changer la condition de vie de ces concitoyens, en difficulté, sachant qu’ils se demandent à chaque instant s’ils verront un jour, le jour  d’être relogés et jouir avec leur famille du bonheur que procure la sécurité  d’un toit, de la remise en état de leur santé physique et morale.

Les approches sur ce fléau suscitent pas mal de commentaires du côté des Bel Abbésiens, tant chez les gouvernants que du côté des gouvernés. Bon nombre de personnes  disent que les sans logements  sont les artisans de leur propre malheur, parce qu’il l’on voulu volontairement faire face aux difficultés de toutes sortes, en particulier, intempéries, problèmes d’eau et de sanitaire, insécurité, communication, santé, etc. ?

Lorsqu’on essaie d’identifier les causes de l’apparition systématique, en différents endroits de la ville de ces bidonvilles, et de la situation socioprofessionnelle de leurs locataires en particulier, l’on comprendra qu’il est difficile de trouver certaines pistes de solutions dans la démarche de la lutte contre  ce problème. Ces gens  deviennent vraiment réticents à partager des informations, par crainte de dévoiler la vraie nature de ce qu’ils sont

La démolition devrait se faire et les enquêtes sur les gens qui ont pris place également, parce qu’il serait injuste, de toujours blâmer  l’état, comme « état arbitraire », parce que certains citoyens sont également, des « citoyens de l’arbitraire » en osant défier les institutions de l’état censées rester dans le cadre  permettant de sécuriser le citoyen et ses biens- Quand à ce citoyen de l’arbitraire, il ne songe qu’à se faire des affaires, avec les verreux qui se trouvent au sein des institutions de l’état.


le 15 janvier 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 janvier 2012

Pas de commentaire pour “« La cité des Clous », le Bidonville de l’acceptation est né!”

  1. akkou

    Mr Benkhelouf à travers vos articles mon influence révise l’histoire de cette merveilleuse plaine depuis sa création d’après certaines sources nous avons appris que Sidi-Bel Abbés fut construite qu’à travers ses environs l’installation des villages qui l’entourent sont le poumon respiratoire de son économie l’actualisation du progrès a été conçu à partir de ses caractéristiques qui ont mentionnés une concertation avec les collectivités qui ont mis en œuvre un programme étudié , combiné qui a donné un résultat autour de la ville (ses environs) et donner un moyen d’évolution vers la belle cité une analyse statique aujourd’hui ce n’est pas le cas l’exode rural a crée de grandes cités tertiaire a perturbé systématiquement l’économie de la région donc le programme d’une wilaya pilotes n’a fait qu’alourdir la situation qui est devenue maintenant désespérante tous verse sur l’oued Makerra même les assainissements les statisticiens ont montés le baudet à l’envers tout le monde est venu s’installer un eldorado sans source . cette euphorie a crée tous les fléaux qui ne cesse de générer de jour en jour .C’est l’heure du DOHR c’est ma priorité. .

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00