La vérité des chiffres et la réalité du terrain

La richesse nationale est mal répartie, selon de nombreux observateurs.
Le taux global de pauvreté en Algérie a connu une baisse au moins de 6%, a annoncé le Centre national d’études et d’analyses pour la population et le développement (Cneapd) dans son rapport rendu public jeudi dernier. Cette étude, réalisée à la demande du ministère de l’Emploi et de la Solidarité nationale, a pour but d’étudier le niveau de vie de la population et le calcul de la pauvreté en Algérie.
Toutefois, les observateurs de la scène nationale estiment que ces données restent loin de la réalité du terrain. Selon eux, la société algérienne est constituée de deux couches sociales: les riches s’enrichissent davantage et les pauvres s’appauvrissent de plus en plus. Justifiant leur point de vue, ces observateurs avancent, comme premier argument, que la richesse nationale est mal répartie. Selon eux, beaucoup de régions sont oubliées dans le plan de la relance économique.
Car, ajoutent-ils, une grande majorité de la population rurale et les zones enclavées n’ont pas bénéficié des aides de l’Etat, ni de la dynamique économique que vit le pays. Commentant les justifications avancées par le Cneapd, selon lesquelles le recul de la pauvreté en Algérie est dû, «à la diversification des activités et des projets économiques qui a ouvert de larges perspectives à l’emploi», les mêmes observateurs estiment que les employés rémunérés à 2500 DA/mois et les travailleurs du préemploi ne peuvent être comptabilisés parmi les Algériens qui ont résolu le problème de pauvreté, du seul fait du caractère précaire et du niveau «ridicule» de leurs rémunérations. Pourtant l’étude intègre les salaires comme un facteur de lutte contre la pauvreté. Et pour cause, les observateurs s’appuient sur un argument «imparable» contenu dans le dernier rapport du Conseil national économique et social (Cnes), qui retient que 7000 universitaires ont accepté des emplois rémunérés à 2500DA/mois. Selon leur logique, on ne peut contribuer à la régression de la pauvreté en rémunérant les travailleurs à 2500 ou 6000DA.
Dans une déclaration rapporté par l’APS, le directeur du Cneapd, M.Tahar Hocine, a précisé que cette étude, menée à la base avec une famille algérienne comptant une moyenne de 6,5 à 7 membres, a révélé que «les dépenses quotidiennes dépassent aujourd’hui les deux dollars», et ce durant la période comprise entre 2004 et 2006 sur un échantillon de 5000 familles algériennes réparties sur 43 wilayas du pays.
En outre, la même étude a révélé que près de 70% des familles algériennes sont nucléaires, (soit composées des parents et des enfants). La même source a affirmé que «la société algérienne tend à s’orienter vers la caractéristique de la famille nucléaire, notamment dans les villes.» S’expliquant sur les raisons de cette nouvelles tendance, M.Tahar a précisé que cela est lié essentiellement au niveau d’instruction, au revenu familial et au logement.
Cet état de fait renseigne paradoxalement sur la fragilité des familles urbaines face au phénomène de la pauvreté. En effet, les mêmes observateurs prennent cette évolution de l’organisation sociale comme un autre argument illustrant que les chiffres de la pauvreté annoncés par le Cneapd ne reflètent pas la situation réelle de ce phénomène en Algérie. Car, contrairement aux familles étendues, dans le monde rural, caractérisées par la solidarité traditionnelle, cette nouvelle tendance de la famille nucléaire, basée dans les villes, est moins solidaire. Elle est, donc, la plus touchée par la pauvreté, analysent-ils. Même le directeur des études au Cneapd a précisé que la famille algérienne dans les régions rurales entretient toujours «les traditions de la cellule familiale».

Tahar FATTANI


le 05 mai 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
05 mai 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00