Le cessez-le-feu en Algérie commémoré ce jeudi 21 juin, à Villiers-en-Cauchies

 Marcel Prouveur n'a jamais manqué une commémoration.Marcel Prouveur (ci contre) , 72 ans, ancien appelé du contingent se souvient de l’Algérie.

Quand êtes-vous parti en Algérie ? « J’ai été appelé en juillet 1960. Je suis d’abord allé faire mes classes à Arras au 16e BCP. J’ai rejoint ensuite l’Algérie au 128e RI à Sidi Bel Abbes jusqu’aux accords d’Évian en mars 1962, ensuite au 21e  RI à Oran pour le maintien de l’ordre jusqu’à la quille, fin septembre. »

Votre départ pour l’Algérie, vous vous en souvenez ? « À vingt ans, on n’était pas heureux de partir, de quitter la famille, son travail, mais on n’avait pas le choix. Y avait-t-il du danger ? J’ai cru un moment que je ne reviendrais pas. »

Qu’elle était votre fonction là-bas ? « J’ai été affecté aux renseignements, recherches et interrogatoires des prisonniers en tant que secrétaire. »

Vos relations avec la population ? « Bonnes avec les autochtones, un peu moins avec les colons, mais il fallait faire avec.

» Qu’avez-vous ressenti le jour des accords d’Évian ? « Pour nous cela voulait dire que c’était fini et qu’on allait rentrer chez nous. Les gradés, eux, n’étaient pas très heureux de l’abandon de l’Algérie. Ça ne s’est pas passé comme on l’espérait. Les combats ont continué quelques mois avec les fellagahs et ensuite c’était l’OAS. »

Cet abandon de l’Algérie, y voyez-vous une ressemblance aujourd’hui avec l’Afghanistan ? « Ce n’est pas la même chose, mais on y a laissé à chaque fois, et encore récemment, des hommes sur le terrain. On n’y a rien gagné mais il faut bien qu’une guerre se termine un jour. La question demeurera toujours : pourquoi tant de morts ? »

Quelles étaient vos conditions de vie là-bas ? « On a eu des conditions difficiles de logement, de confort, d’hygiène, de nourriture. Un steak de bourricot était toujours bon à prendre. Je ne souhaite pas que les jeunes d’aujourd’hui vivent ce que nous avons connu là-bas, mais il ne faut pas qu’ils oublient que des hommes sont morts dans ces conflits. » Marcel Prouveur n’oubliera jamais cette période de sa vie. C’est souvent un sujet de conversation familiale. Depuis son retour à la vie civile, il n’a jamais manqué une commémoration. •

 

La Voix Du Nord


le 20 juin 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
20 juin 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 4 857
  • 6 484