Le délégué de l’agence des grandes catastrophes : créer une banque de données

Mr Mellizi Tahar est venu ce jeudi informer sur le rôle de l’agence nationale des grandes catastrophes et rapporter d’amples éclaircissements sur la gestion de la problématique des crues d’Oued Mekera. Il a fallu du temps depuis l’adoption de la loi relative aux grandes catastrophes, presque 10 ans.

Mais les victimes de Bab el oued en 2001, Ghardaïa, Ain Temouchent et sidi bel abbés non depuis tout ce temps jamais cessé d’interpeller les consciences et causer des remords. Les dangers en plus qu’ils soient matériels et humains, elles coûtent aussi très chère à l’économie du pays. Un montant de 2.700 milliards de dollars est dépensé chaque année pour subvenir aux exigences de ces dégâts, des dépenses inconcevables qui n’arrangent en rien les efforts fourni pour le développement du pays.

L’on apprend du représentant que l’agence prendra ses fonctions dans quelques semaines. Des commissions composées de différents cadres du domaine seront installées au niveau des wilayates pour suivre de très prés les catastrophes notamment les crues à l’image d’Oued Mekkera à sidi bel abbés, et anticiper les dégâts. Des techniques nouvelles sont envisagées, elles vont permettre d’annoncer 4 ou 5 heures à l’avance l’arrivée des crues, un temps suffisant, si les efforts se rassemblent pour éviter les drames « la collaboration des secteurs est indispensable », conclut Mellizi.

Mr Mellizi continu à expliquer que le développement de l’information contribue à éclairer le citoyen afin d’en faire de lui un acteur dans cette manœuvre. « Cela entre dans le cadre de l’anticipation et la prévention », dit-il.  Le citoyen ne doit pas ignoré sa zone et ce qui l’entoure, il doit connaitre sa région, être au courant des types de catastrophes qui peuvent touchées cette zone et comment prendre ses précautions. Cette mesure, dés le départ aide la commission à rencontrer moins de problèmes dans ses interventions et faire du citoyen un partenaire pour lutter contre les catastrophes.

Les dangers sont d’ordres technologiques, naturels et humains. Il faut se préparé minutieusement impliquant tous les institutions notamment la protection civile et les services de sécurités par des formations dans le domaine, prenant en évidence que certaines catastrophes ne respectent pas les frontières. C’est pour cela d’ailleurs qu’il faut opter pour une intersectorialité, conclu Mr Mellizi. D’une autre part, et afin de progresser dans la maîtrise des catastrophes, Mr Mellizi fait savoir qu’une banque de données serait créée pour les besoins de la gestion des catastrophes.

Djillali T.   


le 10 octobre 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
10 octobre 2014

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 4 339
  • 6 189