Le P/APC, accusé d’avoir commis de graves dépassements durant le précédent mandat, a failli être agressé physiquement, n’était-ce la présence des éléments de la Gendarmerie Nationale qui ont dû déployer beaucoup d’efforts pour contenir la colère de dizaines de citoyens réclamant son départ immédiat et inconditionnel.
Dès l’arrivée de la délégation accompagnant le Wali, les contestataires ont proféré toutes sortes d’injures à l’adresse du maire et d’un député FLN, accusé, lui, de l’avoir placé en tête de liste aux dernières élections municipales malgré l’opposition farouche de la population.

Fait inhabituel dans cette région conservatrice, même les femmes se sont mises de la partie, n’hésitant pas à sortir dans la rue pour crier leur désarroi face à la situation de quasi-paralysie provoquée par le maintien de cet «élu» à la tête de l’exécutif communal. Oued Sbâa, qui connaît un blocage total depuis plus de six mois, a été secoué par plusieurs mouvements de protestation qui se sont traduits, notamment, par des sit-in permanents devant le siège de l’APC.  Ces dernières semaines, la situation s’est détériorée, et de manière inquiétante, poussant certaines parties à menacer d’éliminer physiquement le maire et d’embraser toute la région de Oued Sbâa où, faut-il le souligner, les susceptibilités tribales sont régnantes.

«Pour l’intérêt de la commune et afin d’éviter des affrontements qui risqueraient d’être sanglants, le maire doit démissionner sans trop tarder», ont indiqué des notables de la région, tout en se déclarant confiants quant à la capacité des responsables de la Wilaya à œuvrer pour un dénouement consensuel de la situation. Selon des députés FLN interrogés à ce propos, le départ du maire s’avère inéluctable pour préserver l’ordre public et relancer le développement de cette localité déshéritée, laminée par la corruption et la rapine. «L’éviction du maire, qui se fera d’une manière ou d’une autre, devrait intervenir dans les jours prochains, si ses protecteurs acceptent, bien sûr, de faire prévaloir l’intérêt général», ont-ils expliqué.

Abdelkrim Mammeri
One thought on “Le maire FLN de Oued Sbâa a été violemment pris à parti, lundi, par plusieurs citoyens.”
  1. quels sont ces dèpassements de ce maire pour que les citoyens du village s’en prennent à lui? peut etre les mèmes problèmes que connaissent les autres APC du pays!

Comments are closed.