POURQUOI MON LIEUTENANT?

Lorsque l’on est né de sexe masculin en Absurdistan, on se prépare aux épreuves de la vie du berceau au linceul. Nous ne les craignions pas. Les belles saisons nous dilataient les bronches et l’été semblait faire couple avec un printemps presque éternel. Devenir homme passe tout d’abord par l’épreuve de la circoncision qui donnera à chacun l’occasion de surmonter sa peur en sacrifiant au douloureux rite de passage qui vous bannit de l’insouciance . Je crois que le jeune garçon pleure surtout son expulsion du paradis de l’enfance, sa proximité avec l’univers féminin fait de caresses maternelles et de réprimandes, de compliments et de punitions qui ne durent jamais longtemps, de bains pris au hammam dans un halo d’irréalité. Le passage par la circoncision vous arrache à ce monde mystérieux et redouté pour naître à la vie d’homme. Plus tard, du moins pour les gens de cette génération , une épreuve autrement plus inquiétante passait par la conquête d’un précieux sésame, de la clé magique qui ouvrira des portes mirifiques ou cantonnera certains dans des haltes forcées, passagères ou définitives. Le baccalauréat en ces temps-là sanctionnait la naissance d’une vraie aristocratie du savoir convaincue de sa bonne fortune et s’interrogeant sur l’étage auquel l’ascenseur social s’arrêtera.

Chafik, surnommé Guilano Gemma à cause de sa forte ressemblance avec l’acteur Italien qui faisait résonner son colt dans des westerns spaghettis peu comestibles, leva timidement un doigt. Tous les regards se tournèrent vers lui, surpris. Chafik était le garçon le plus doux et le plus timide que la terre d’Absurdistan ait porté. A l’estrade, carré derrière son bureau, la mise soignée, la chevelure lustrée, se trouvait Le Professeur G…, l’ogre craint entre tous.
Professeur agrégé et anarchiste de droite, il avait tenu à enseigner dans ce lycée Algérien alors que le lycée Français de la ville le courtisait sans relâche.
Son nom qui associe souvenirs d’effroi rétrospectif et respect absolu vient instantanément à tous les élèves dont certains sont devenus généraux ou professeurs de médecine reconnus.

” Qu’est-ce qu’il y a jeune homme?
Un filet de voix, étranglé devant sa propre audace, finit par murmurer:
-“Je voudrai aller en permanence pour réviser mes maths monsieur.”
– Ah bon? Quelle était ta note avec moi?”
” un sur vingt monsieur.”
– ” Et bien tu sera augmenté. Tu aura deux mais je refuse que tu quittes la salle. tu es le seul blond de ma classe et ton départ ruinera la perspective.

Pourquoi diantre ce souvenir si lointain surnage t-il avec tellement
de précision? Cette année là, tous les élèves de la classe terminale eurent leur
baccalauréat-sésame et trois d’entre-eux furent distingués par des
mentions, les seuls dans toute l’académie. Cette réussite exceptionnelle valut au proviseur une promotion exceptionnelle: il devint Doyen de l’université.

Le professeur G…. tira de ces résultats une fierté plus grande que les récipiendaires et alla narguer ses collègues du lycée français dans leur belle enceinte toute proche du front de mer. Des nuages de nostalgie assombrissaient le visage solaire de notre condisciple Chafik à intervalles réguliers. Longtemps , j’avais crû qu’ils étaient dus à la terreur de l’échec et au courroux d’un père que je savais despotique et puissant.
L’année scolaire s’écoula rapidement dans l’attente de la terre promise et par une bizarrerie inexplicable, je ne peux qu’évoquer la magie du tableau noir et la promptitude avec laquelle laquelle Chafik et Samir, largués dans beaucoup de matières se montraient si prompts et curieusement doués pour les mathématiques. Leur rapidité à résoudre des énoncés tortueux nous émerveillait, même si l’on se rassurait de tenir notre revanche dans nombre de
disciplines. Sans le vouloir, je fus le témoin du secret de Chafik. A chaque sortie, car il était interne, une femme drapée dans un haïk immaculé venait l’attendre pour échanger quelques mots et lui glisser dans les mains un billet froissé. Il finira par m’avouer qu’il s’agissait de sa mère répudiée pratiquement à sa naissance qui avait retrouvé sa trace. Tout indice de son existence avait été gommé dans la maison du père tout puissant. Mère et fils vivaient ces moments fugaces comme une parenthèse enchantée et éphémère, terrifiés à l’idée que leur secret soit éventé.
Je ne revis Chafik que quelques années plus tard et par le plus grand du hasard.
Mon vieux complice se tenait devant moi, sanglé dans son bel habit d’officier de gendarmerie. Il était instructeur à Sidi-Bel Abbes et deux étoiles luisantes ornaient ses épaulettes. La prise de poids excessive et le regard éteint m’inquiétèrent au plus haut point.
J’ai peur de me raser. Je vois mon visage coupé en deux dans le miroir” me livra-t-il en confidence en tournant d’un air absent sa cuillère dans la petite tasse de café pour diluer un morceau de sucre.
J’eus un pressentiment terrible et un mot s’imposa à moi: schizophrénie!

Un ami commun m’apprit au téléphone sa disparition, la trentaine à peine entamée.
” Tu sais pour Chafik?”
Pourquoi mon lieutenant?

AL HANIF

 


le 23 juin 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
23 juin 2013

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00