Les Archives de Bel-Abbes.info

Place Carnot: Un purgatoire au cœur d’une ville

La place Carnot est un purgatoire au cœur de la ville de Sidi Bel Abbes.

Coincée entre une prison, un bar, trois cafés et trois banques, cernée par l’oisiveté (1) le vice (2), la luxure (3) et l’avarice (4), c’est une scène à ciel ouvert où se jouent des partitions écrites par la main du destin, inlassable dramaturge, ou s’entremêlent le comique et le dramatique. Paysage unique où sont mis face à face un temple de l’irréel ou des comédiens jouent à simuler les joies et les peines de la vie quotidienne et un temple aux réalités dramatiques ou des hommes ont choisi pour métier de condamner des hommes. Un tribunal face à un théâtre ! Des hommes masqués qui se moquent de l’injustice des hommes en soutanes.

Cinq milles mètres carré bordés de quelques palmiers stériles, quelques platanes sans ombres, témoins oculaires de différentes cultures, de dizaines d’années de joie et de malheur, des musiques jouées, des valses dansées, des marseillaises, des kassamane, des alayha nahya, des têtes qui chantent, des discours de guerre, des têtes qui s’enflamment, des bombes qui éclatent, des têtes qui tombent, d’histoire que peu de personnes cherchent à se rappeler.

Un kiosque plus que centenaire, amnésique, oubliant, à la longue, les notes de musique militaire pour lesquelles il était conçu, devenu terrain de jeux pour des morveux qui pissent sur l’œuvre Champigneul et sur les fantômes des colonisateurs qui en jouissaient seuls et qui interdisaient la belle place à leurs ancêtres. Cœur trop petit pour contenir tous les malheurs de la cinquième ville du pays. Espace exigu où s’assoient, rodent et courent des gens qui n’ont rien à faire, ou tout à gagner, ou tout à perdre ; des retraités oisifs, des courtiers et auxiliaires de justices hâtifs, des inculpés et leurs ayant-cause qui jouent à la roulette russe ; ou la belle liberté ou la lourde peine. Y circulent toutes les rumeurs, les vraies et les erronées. S’y font les affaires, les honnêtes et les escroqueries. S’y exposent les richesses et s’y exhibent les biceps.

Et quand le jour s’en va, que la ville se vide, que le tribunal cesse de condamner, que les banquiers arrêtent les comptes, que le bar cesse de servir et que finalement vient la nuit, la place Carnot se libère. Enfin Insouciante et neutre. Débarrassée, le temps d’une nuit, des pas et des poids lourds qui la chargent le jour. Seuls quelques ivrognes ou quelques fous perturbent son sommeil. Elle en rit et elle en pleure, puis elle s’endort, trop lasse, sous les yeux qui ne se ferment pas des gardiens de paix du tribunal, des vigiles des banques et des videurs du bar.

Tous les petits matins la place Carnot se réveille en douceur par le roucoulement de la multitude de pigeons qui ont en fait une résidence principale et qui la disputent aux hommes. Seule fausse note le vingt quatre de chaque mois, le jour rendez-vous matinale des vieillards, retraités en file de misère. Spectacle honteux devant le centre postal de la place Carnot, sise à Sidi Bel Abbes, elle-même sise en Algérie, ce beau pays que l’on survole avec émerveillement, qui ne sait quoi faire de sa fortune et qui tourne le dos à ses vieux incapables de bruler des pneus, trop faibles pour se révolter et qui ne peuvent que maudire, à chaque virement, l’autre catégorie de retraités bourgeois qui ne connaissent pas le centre postal de la place Carnot, au nom du « premier novembre » trahi, qui décidaient pour eux, qui bénéficiaient du statut royale de cadre supérieur de la nation, riches retraités souvent obnubilés par le nord. Le vingt quatrième est triste pour les pigeons de la place Carnot qui ne roucoulent pas ce jour. Comment chanteraient-ils alors que leurs voisins du moment gémissent ?

Tous les jours, un vieux retraités, béret bas sur tête haute, fière sous ses loques, vient rendre la politesse aux pigeons; de sous son manteau il sort un sachet et sème sur la place Carnot le surplus de pain écrasé que certainement des plus nantis que lui n’ont plus daigné manger. Entourés par les ailés, il accomplit son geste auguste et il s’en va sans parler aux hommes. Quelques pigeons lui courent derrière comme pour le remercier, au nom de tous les autres, pour sa belle charité de pauvre.

La place Carnot a ses habitués. Des vieux matinaux, chassés dehors par la terrible solitude de l’âge qui avance, la promiscuité de l’habitation et, parfois, le désamour de la femme et de l’enfant. Certains se permettent une chaise et un café, d’autre, pour qui s’est cher, choisissent de soumettre leur fesses à la rudesse des bancs en fente auxquels ils restent collés des heurs durant. Dieu sait à quoi ils pensent. Mais à quoi peut bien penser quelqu’un qui n’a d’autre à faire que de rester coller à un banc en fente si ce n’est à son malheur ?

A huit heures du matin la place Carnot reprend son air officiel ; les banques, le tribunal, et la prison s’ouvrent au public. A chacun son lot du jour, à chacun son destin : la banque, le tribunal et la prison. Au mal chanceux qui veut noyer son chagrin le bar est toujours ouvert.

A neuf heures, l’audience du tribunal est ouverte, au nom du peuple, pour le jugement du peuple malheureux de la place Carnot, envahie par des mères, des épouses et des sœurs qui attendent la fin du carrousel des délinquants. Elles sont souvent habillées en noir. Est-ce pour conjurer le sort tant redouté qui attend les leurs, est-ce un simple effet de mode orientale ou est-ce une imitation-défiance pour ceux qui vont juger, comme pour leur dire : pitié, vous n’êtes pas différents, le noir sied à tous les malheurs?

Que le temps est long et triste pour qui attend une sentence. Pendant que les inculpés défilent à la barre, les parents qui n’ont pas eu accès à la salle d’audience poirotent sous le soleil de la place Carnot. Le regard figé et fixé à l’entrée du tribunal, le cœur suspendu à la voix qui tarde à dire le droit, à abréger la souffrance des mères des enfants et des épouses.

Au début de l’après midi sonne le glas. Commence alors un déferlement de cris, de pleurs, d’injures, de gros mots, de blasphèmes, de syncopes, vraies ou simulées, de menaces, de rixes entre parents des inculpés et les victimes. Cela dure jusqu’à ce que la température tombe et que tombe le rideau.

C’est quoi ces scènes sauvages, me disait un jour un ami qui à passé le plus gros de sa vie à la place Carnot. Ne valait-il pas mieux cacher la misère, transférer les sections pénales et les spectacles qu’elles provoquent à la périphérie de la ville pour cacher ces mauvais spectacles et ne garder au centre que les sections civiles. J’ai répondu que dans ces scènes dramatiques moi je ne vois que la condamnation d’une justice qui n’apaise pas, qui ne satisfait pas, trop molle ou trop sévère, imprévisible et versatile. La justice est toujours elle-même soumise au jugement du peuple. Et si tout jugement, pour être valide, doit être public, le lieu public, par excellence, pour juger la justice est la place Carnot.

A seize heure le tribunal, la prison, la poste et les banques ferment, mais pas les trois cafés ni le bar. Moins de voitures parquées, des bancs en fente libres, les chérubins, qui échappent à la loi aux soucis et la misère des grands, envahissent le kiosque à musique. Plus de pigeons à la place Carnot. Tombe la nuit, quelques ivrognes et quelques fous.

1 : les cafés    2 : la maison d’arrêt    3 : le bar    4 : les banques

28 juillet 2015

le 28 juillet 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
28 juillet 2015

8 Commentaires pour “Place Carnot: Un purgatoire au cœur d’une ville”

  1. Amirouche

    Sallam

    Si Mekidèche

    Je suis de l’avis de Mémoria pour vous vous dire que j’ai adoré votre “billet” sur la place Carnot .
    Certainement plus jeune que vous ; de cette place du 01 Novembre et de tout Sidi Bel bbès, je ne garde que le souvenir des travaux d’aménagements et de restaurations ,”soit disant” dans le but de retrouver son attrait d’autrefois ! (Ma3liche ,on va les croire) .Au fil des années , cette place a eu plusieurs “visages” , fleurie juste après l’indépendance ,puis au fil des années , elle se retrouve carrelée en rose ,en marron et en gris ,puis bétonnée avec d’horribles dalles ,ensuite ces dalles enlevées pour y mettre du pavé , puis marbrée en noir ……. Bref , des travaux qui n’en finissent pas ,alors qu’ elle ne demandait qu’à la laisser comme jadis avec son espace vert , ses rosiers , ses Gazania et ses pensées ……Cet espace fleuri qui ne demandait que de l’arrosage au lieu de différentes opérations de “gaspillage” .
    Si Mekideche ! qu”en est-il de l’autre réalité des autres places de la ville ( faubourg Thiers, Tahtaha …etc ?!!N’ont-elles pas besoin d’un autre regard , d’un autre billet aussi ?

    Fraternellement

    • Mekideche A.

      Bonsoir si Amirouche. Vous avez raison de souligner, avec Abdelkader 2015, qu’il n y à pas que la place Carnot qui mérite qu’on la regarde de prés et de la décrire comme la superbement dit Memoria. Sauf que la place Carnot à cette particularité d’avoir perdu sa vocation au fil du temps. Elle est devenue un réceptacle des malheurs de Sidi Bel Abbes, alors qu’elle pourrait être un lieu de joie et de gaité. L’idéal serait que le théâtre prenne le deçu sur le tribunal et la maison d’arrêt. Ne croyez vous pas?
      Quant à l’affirmation que vous êtes plus jeune!!!! reste à prouver! Etes vous capable de faire 5 fois le tour du Lac sidi M’hamed Benali? J’y serai demain.

      • Amirouche

        Bonsoir khayi Mekideche
        Allez chiche ! je serai même capable de finir les cinq tours avant que vous finissiez le premier , mais j’aurai fait exprès de perdre le pari afin de vous payer un thé à la menthe à la paillote du lac (rires) .Hélas, je suis actuellement de l’autre rive en crise de manque de l’air du Bled !

        • Memoria

          Bonjour !
          Je reste inquiet et surpris par des informations signalant un sosie de Amirouche dans la baie d’Ain El Turck ces derniers temps !!! Et comme notre frère affirme à notre cousin Si Mékidèche être de l’autre côté de l’autre rive,il y a lieu de s’inquiéter….de ne point être…..un parmi d’autres !!! Mes Amitiés à tout le Monde ! Djoumouâa Makboula !

          • Amirouche

            Memoria

            Bonjour
            La localisation géographique de mon adresse IP est une preuve incontestable et incontestée que je me trouve pas loin de Paname , d’ailleurs il fait un peu frais et le soleil nous manque …..Tu sais bien que je te dois un café chez …..chuut ! je ne dis pas le nom du bar et surtout fais gaffe si un usurpateur se présenterait en mon nom sans te donner le mot de passe ……rires
            Joumou3a moubaraka et bon weekend à tous

  2. Memoria

    Bonsoir Sir Mekidèche !

    Jamais Place Carnot (1er Novembre 1954) ne fût aussi bien restituée au lectorat et à la presse en général que cette trame qui combine et synthétise histoire diachronique et description synchronique à la limite d’une prise de vue très impressionniste.Caméra thermique ou outil de géologue qui fixe les symptômes du Temps sur l’architecture haussmanienne indifférente aux us et coutumes d’une population préoccupée et stressée par son appropriation d’une urbanité passée sans cahier des charges…Enfin la moralité de l’….Histoire et la finesse de Si Mékidèche que je salue pour cette mise à disposition et interprétation par le lectorat de son très bel article,avec ces …pigeons
    qui restent la constante très volatile du décor de la Place Carnot !!!

  3. Abdelkader 2015

    Un condensé d’enseignant socratique, qui voit sa cité à travers ses comportements dans la place ‘des actes’ si on ose appeler ça comme ça,ici la fameuse place 1er Novembre ex place Carnot ( théâtre, arts,histoires, loisirs, et justice ), ce texte parcourt la vie dans la cité en 24 heures. Dans cette arène qu’est cette place où tout se mêle et se démêle, se fait et se défait, la ‘légende’ veut aussi nous dire que bon nombre de dirigeants sportifs ont été soient hissés aux cimes soient envoyés au purgatoire, il est de coutume que des hommes politiques jugent leur côte aux abords de cette place, puisque souvent les rumeurs les plus folles circulent et peuvent ébranler le plus sûr des apparatchiks. Je noterai qu’au passage que la vie à Sidi Bel Abbès ne peut se résumer à ce condensé de mouvement à la place, les quartiers périphériques sont tout autant animés, reste que cette place reste le thermomètre principal de ce qui se passe dans la cité.

  4. yahia.s

    Bonjour mon ami Mekidèche.

    Je reviens pour un laps de temps dans mon lycée d’autrefois , pour répondre à une question de composition: Quelle est la morale que vous pouvez tirer du texte de l’auteur?
    Réponse:” A travers la place Carnot, l’auteur a fait ressortir l’image réelle de notre société post-indépendance. Cette place est l’image des échecs des programmes entamés par le pouvoir qui commande les destinées du pays à ce jour à savoir:
    -L’école;
    -La culture et la justice.
    Pour la note, c’est à l’auteur de la quantifier.
    Amicalement.

Les commentaires sont fermés

Visites :

  • 1 450
  • 5 652

HORAIRE TRAIN ( site : sntf.dz)

Départ - Arrivée

ORAN - SBA
07h30 - 08h35 (*)
08h40 - 09h44 (**)
15h20 - 16h25
16h00 - 17h05 (*)
17h00 - 18h22
19h40 - 20h43(***)
22h40 - 23h45(***)
23h30 - 00h35(***)

(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar

SBA - ORAN
03h30 - 05h00 (***)
05h40 - 07h00
06h12 - 07h25 (***)
07h06 - 08h09 (*)
07h42 - 09h00 (***)
08h30 - 09h30 (**)
11h20 - 12h22 (*)
16h29 - 17h26 (*)
18h51 - 19h57 (**)
(*) venant de Tlemcen
(**) Venant de Saida
(***) venant de Bechar

ORAN ALGER

06h10 - 11h15
08h00 - 12h00(*)
12h30 - 18h00
15h00 - 19h30(*)
17h00 - 21h07

(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 - 11h25
08h00 - 12h00(*)
10h00 - 14h10
12h30 - 18h00
15h00 - 19h00(*)

(*) rapide

ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51

TLEMCEN - ORAN
05h50 - 08h09
10h30 - 12h49
15h30 - 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 - 16h22

MAGHNIA - ORAN
08h50 - 12h22
14h05 - 17h05

TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 - 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 - 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 - 07h15
13h30 - 14h31
17h02 - 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 -- 08h14
09h30 - 10h34
15h05 - 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 - 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 - 07h15
ORAN - SAIDA
08h40 - 11h17 nouveau
15h30 - 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 - 07h30
17h20 - 19h57 nouveau
ORAN - BECHAR
19h40 - 05h50
22h30 - 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h40 - 04h50
22h00 -7h16 (Sam,lun,mer)
WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com