Les champs électromagnétiques produits par les téléphones portables sont classés, par le Centre international de Recherche sur le cancer, comme facteur oncogène et cancérigène, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de 2014.

Des chercheurs ont mis en évidence le risque accru de tumeurs pour les utilisateurs, dépassant les trente minutes par jour, notamment les tumeurs du cerveau.

Le même rapport souligne que l’utilisation fréquente des téléphones portables augmente le risque de gliome de 40 % (tumeur cérébrale la plus fréquente et virulente ) et de méningiome de 15% (tumeur extra-axial se développant à partir du revêtement méningé).

Les scientifiques ont suivi un groupe de 450 personnes atteintes du cancer du cerveau et les ont interrogé sur la fréquence de l’utilisation du téléphone portable, a précisé le rapport, ajoutant que chez l’ensemble des personnes atteintes de gliome, le temps passé, quotidiennement, au téléphone dépassait les 30 minutes ou quinze heures d’appels par mois.

L’étude révèle également que se sont les personnes faisant un usage professionnel de leurs téléphones, en milieu urbain, qui sont le plus exposées au risque.

Il est donc avéré, d’après les résultats de l’étude, que le cerveau n’est pas immunisé contre les ondes électromagnétiques, émises par les téléphones portables.

Sur le même sujet, le Dr Djamel Eddine Oulmane, consultant en communication de la santé, a expliqué à l’APS que les ondes émises par les téléphones portables sont des ondes artificielles, précisant que l’interaction avec le liquide céphalo-rachidien présente un danger pour la santé.

Le Dr Oulmane pointe également du doigt la responsabilité des antennes relais dans l’émission d’ondes électromagnétiques et les effets négatifs sur l’organisme.

Il a aussi expliqué que les ondes transmises par les portables attaquent les cellules et perturbent leurs fonctionnements, conduisant à des mutations aux seins de leurs génomes, à l’origine des cancers.

Le risque le plus élevé est enregistré chez les enfants, a ajouté le spécialiste, notant que leurs cellules sont plus sensibles et en pleine croissance.

En plus de la responsabilité dans les cancers, le Dr Oulmane a cité d’autres effets négatifs sur la santé, comme la dépression, les migraines, les troubles du sommeil, les vertiges, les troubles cardiaques, les maladies de la peau et autres.

Pour limiter les désagréments des téléphones portables, le consultant en santé a suggéré d’utiliser les kit mains libres, de réduire les temps de communication, d’éviter l’utilisation du portable chez les enfants de moins de 12 ans, de ne pas porter le téléphone sur soi et de privilégier l’envoi de SMS (messages) aux communications téléphoniques.