UN GROS TEMPS DANS UNE PLAGE

« Être en vacance, c’est n’avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire » citation

 L’été arrive, la canicule, dans sa dimension atmosphérique et climatique s’empare du contexte géographique et social ; les personnes habitants hors du littoral méditerranéen pensent trouver un espace idéal pour se rafraichir  d’eau  de mer un peu trop salée dans son gout et son cout. Les plages gardées non gardées et sauvages sont envahis par des familles, des individus, par des barbues ; par des jeunes, pas pour se reposer mais bien pour atténuer  l’effet de la canicule en période  estivale. Avec la forte canicule de  juillet- aout et les vacances d’été, beaucoup de remous   se font  découvrir et provoquent dans l’opinion public des singularités et des particularités distingués suivant un nouveau esprit egocentrique ou tout est a moi.

 Depuis des années déjà, l’été  est devenue une période de vacances scolaires mais aussi période de vacances préférées par les travailleurs ,     l’ été, cette tranche du temps de l’ année ramène en plus de la canicule , mais aussi le besoin pressant de se rafraichir par tout moyen, surtout devant la mer que ce soit d’ici ou d’ailleurs, bien que la montagne est belle , comment peut-on s’imaginer en voyant l’eau de mer au lieu d’un vol, d’hirondelle. Les gens pensent se baigner  plus à la mer que dans des piscines oubliant le vol d’hirondelle.

« On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’on voit tous les jours »

Devant une telle situation, le coté environnemental ne rime plus avec la conception estivale et vacancière car les dépotoirs de saleté se multiplient avec le nombres de visiteurs, de passagers d’ailleurs venues en bus , en voiture ou en train, des mouettes quittant la mer pour se sustenter au niveau des dépotoirs, un fait nouveau à Benisaf « by beach » .

 Par ailleurs, des tenues de vacanciers, vacancières et des comportements insidieux des visiteurs et visiteuses   font germer des polémiques perfides sur :

– Les tenues de bain au milieu de l’ espace public  très hostile   même au milieu du champs de la plage que les parasols dissimulent en tentes interposés par un tissus sale, seule les yeux publics orchestrent sous le couvert des us et coutumes ou bien encore le rite religieux permet de faire jouer certaines cordes sensibles d’ordre sociales pour mieux « amalgamer » certaines conceptions  de la tolérance commune vis-à-vis du style nouveau vestimentaire relevant d’une culture venue d’ailleurs  virtuellement par la TV satellitaire.

 Ailleurs,  se sont les medias tendancieux à vinaigre politique, ils nous font connaitre  le style vestimentaire pour la baignade , l’ex Bikini du sexe féminin séparant les parties qui incitent la sensibilité des yeux au cœur   du male  dans des plages ou même dans les piscines abstraction faite aux endroits du nudisme ou du monokini de Djerba ,ile en plage  . Une nouvelle version aquatique  vient de voir le jour c’est le « burkini » qui empêche les yeux de faire de la pénétration sentimentale. Ailleurs dans les contrées dites démocratiques les « burkinis » se sont vu interdire l’entrée  en piscine et même  dans des plages, des lois ont été établies pour   le port du « burkini » se rapportant au « Burqua » autorisant le « nonokini » et le bikini se rapportant à la minijupe et à l exhibition du corps féminin.

 Quand a nous plus précisément à Benisaf –Plage du puits –Rachgoun –et autres, dans un passé très récent le règlement communal datant de la période coloniale ne permettait guère aux estivants de se balader en maillot de bain pour les hommes et femmes surtout en dehors des plages, il y avait même des plaques de signalisation sur les rivages des plage indiquant cette interdiction formelle.

Avec le temps va, tout s’en va, l’ancien règlement ne fait plus partie des us et coutumes laissant la plage aux romantiques. Aujourd’hui, le maillot de bain et la culotte de bain pour homme, le maillot simple, le bikini, le « burkini » et un autres genres de « monokini »,des « djaltitas » mouillée( sous robe) elle devient transparente,  font le nouveau décors  lors  des ballades sur les rivages et sur les avenues commerçantes sans aucun scrupule, de peur de dénoncer dans cette  intrusion au nouveau  « droit  de l’ homme » par sa culotte et le « droit de la femme » par son bikini ou « monokini » au lieu de porter un maillot conforme aux règles de la société dans un cadre dimensionnel ou le respect se fait valoir .

Il est vrai que derrière l’ombre de cette image, il ya une idiologie menaçant  nos valeurs  à nous en tant que pays musulman et les valeurs démocratiques d’ailleurs refusant  la tradition d’autrui.

                     « J’aime la plage et j’aime le soleil »

Le vacancier, le touriste et le visiteur venu  pour bénéficier dans un contexte   de géographie spécifique pour détente de fraicheur et surtout de plaisir par les bienfaits de la fraicheur de l’eau de mer, du sport et du soleil se conjuguent au verbe de la vie sociétal temporairement sous une canicule  explosant des comportements dépassant la logique du cadre  du vivre ensemble dans le domaine de l’ hygiène, du respect, du commerce ,de l’inflation exagérée due au plaisir de la plage ou le « parkingueur » fixe son prix fort au soleil, le solariums ne te permet pas de disposer d’une place au milieu de la plage publique  pour planter ton parasol personnel sans lui payer  un bail de mauvaise propriété que l’état n’ose pas intervenir , chômage des jeunes exigent….

Enfin personne n’est astreint de prendre la route vers la mer pour se baigner en période de chaleur ;on peut rester chez soi dans sa tenue de son choix, si l’ on estime que se dénuder  en public par le port d’un « nonokini » , un bikini ou encore une « djaltita » transparente sinon une culotte d’homme transparente  est immorale, de grâce que messieurs en culotte ou madame et mademoiselle en « nonokini » ou bikini ayez la décence de ne pas imposer vos critères de vertu a une société masculine qui de ces comportements leur est parfaitement étrangère « H’chouma » et celui qui narre devient retro.

 Le respect de l’un vient du respect de l’autre en général  et la norme commune du vivre ensemble dans la quiétude ne permet pas d’exposer surtout le corps faible féminin à la lumière du jour car la santé publique repose sur le respect des valeurs issues des us et coutumes de notre société. Il a été fait en abstraction  volontairement de beaucoup  de circonstances relèvent du domaine de la collectivité locale pour  mieux rentabiliser les effets et phénomènes sociaux pendant la période d’été dite estivale ou les bonnes âmes font s’exposent dans un marché de communion  estival.

 BENALLAL MOHAMED Ancien président de l’association de la plage du puits- auteur-  


le 06 juillet 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
06 juillet 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 934
  • 6 043

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h35 - 08h58 (*)
12h50 - 14h05 (*)
16h30 - 17h50 (*)
17h15 - 18h38
19h40 - 21h15 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
06h15 - 07h31
06h50 - 08h09
11h30 - 12h49
16h30 - 18h57
ORAN ALGER
06h25 - 11h30
08h00 - 12h00 (*)
12h30 - 17h36
15h00 - 19h00 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 11h30
08h00 12h00(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - BECHAR
19h40 05h10
BECHAR - ORAN
20h25 16h16
aez