«CAMPAGNE ÉLECTORALE: PERLES, CACOPHONIE & POPULISME!»

« Les campagnes électorales sont une excellente occasion de dire n’importe quoi » disait quelqu’un.
Je pensais que dans sa deuxième semaine, la campagne électorale allait atteindre sa vitesse de croisière et nous réserver des pans de programme à même de booster l’électorat. Malheureusement la déception est totale. Outre le désintéressement croissant du citoyen, la platitude publicitaire caractérisée par le vide constaté sur les tableaux d’affichage et des programmes à haute teneur propagandiste semblent dominer les débats. La surenchère dans les promesses les plus surréalistes génèrent les engagements les plus saugrenus, voire des inepties.
Ainsi, hormis la réduction de la durée du service national, tel candidat promet d’allouer une allocation familiale de 10 000 DA par enfant alors que la CNAS frôle l’asphyxie financière; tel autre d’instaurer une indemnité de chômage pour l’ensemble des jeunes, alors que le troisième promet de créer un millions d’emplois. Le plus loquace, c’est que personne ne nous dit d’où viendrait le financement des ces dépenses.
Par ailleurs, le ridicule est frôlé par les candidats dopés par la surenchère. On relèvera cette promesse de celui qui s’engage à créer un syndicat des magistrats, comme si la création d’une organisation syndicale relevait de la prérogative du Président de la République. Un autre promet de réhabiliter les ex-membres du FIS. Si l’on comprend la volonté des candidats de ratisser large dans les franges de l’électorat –celui de l’islamisme étant assez conséquent – ils doivent d’abord mesurer l’impact de leurs projets sur l’avenir de la Nation. En effet, il nous semble que la politique de réconciliation a déjà donné outre meure aux commanditaires et exécutants de la stratégie de terre brûlée, lors de la décennie noire. Reposer le problème équivaudrait à vouloir dire, rétablir le FIS en tant que force politique, le pas est vite franchi.
Celui qui a osé comparer son candidat à un «Dey» ne savait certainement pas que celui-ci à l’air de tout, sauf d’un ange. Les Deys de l’Empire Ottoman, étaient des «Gouverneurs» qui spoliaient, exploitaient et persécutaient les Algériens. C’est le Dey qui a offert les clés de l’Algérie à l’Armée Française. A moins que….
Promettre aux Algériens de re-nationaliser les entreprises privatisées dans le cadre d’un populisme désuet, alors que la Globalisation motive la libre entreprise, veut dire continuer à dépenser en rachetant à un prix plus fort ce qui a été bradé au dinar symbolique. Mais encore une fois, ce candidat ne nous dit pas comment financer ces opérations et comment convaincre de nouveaux propriétaires à vendre dans une économie de marché où le droit international est extrêmement rigoureux. L’affaire de Djezzy en est l’illustration parfaite.
Par ailleurs, il faut signaler également que l’ex-Suisse et néo-Algérien BENOUARI après avoir recouru à l’UE, se retourne vers le Secrétaire Général de l’ONU qu’il vient de saisir par lettre, pour le prier d’intervenir. Qu’il sache que les « casques bleus » sont beaucoup moins dangereux que BHL et consorts.
Il y a même un candidat qui se focalise sur la présence d’un membre du Conseil Constitutionnel à un meeting du représentant d’un autre candidat, remettant sacrément en doute la crédibilité et la neutralité de cette institution.
Ces attitudes sont à l’origine de la défection des citoyens de cette campagne. Il s’agit presque d’un non-évènement. Ainsi, des candidats ont annulé des meetings faute de «Peuple» D’autres utilisent tous les moyens possibles pour ameuter. Les stars du RAI, le transport, le cachet …. Le ridicule a été atteint par ce Directeur de la Santé qui invite les Médecins à une séance de travail sur la politique de santé et qui se retrouvent face au représentant d’un candidat.
Quand les candidats sont otages de la surenchère, outre les promesses et les engagements surréalistes, ils ne sont pas à l’abri de dérives certaines, parfois graves, frôlant souvent l’indécence, voire l’obscène. Tous les moyens deviennent bons. Ainsi, Le Fameux Colonel Benchérif ex-patron de la Gendarmerie Nationale pendant une quinzaine d’années, similaire au cas de Yacef SAADI, pliant sous une sénilité sans doute profonde, ose déclarer que le candidat Président n’obtiendrait pas 10% des suffrages, s’il n’y a pas fraude ; en précisant que même Boumediene n’avait obtenu en réalité que 12% ! Moi, ce qui me chagrine, c’est que tous – sans exception – retrouve la langue, une fois qu’ils aient fini de téter à la vache. Pourquoi, M.Bencherif n’a-t-il jamais dénoncé la fraude, plutôt que d’y participer en faisant bourrer les urnes dans les casernes des Gendarmerie. Je crois qu’il est très mal placé pour venir aujourd’hui, agiter un téléphone portable avec lequel il aurait appelé plusieurs fois le Président qui serait «inconscient!» et …. Appeler à voter BENFLIS qui serait un homme honnête. Il est de son droit le plus élémentaire de soutenir le candidat qu’il veut, mais il n’a pas le droit aujourd’hui de venir se refaire une virginité, lui qui doit avoir beaucoup de choses à se reprocher durant l’Etat policier dont il était l’instrument le plus efficace.
M. BENCHERIF n’est pas le seul rejeton du système qui se met en évidence. Il faut dire que ces Présidentielles ont eu le sacré don de faire parler y compris les membres de la «Muette»
Ainsi, outre les ex-officiers supérieurs qui se sont déclarés candidats avant de se retirer faute de signatures suffisantes, ils se mettent tous à découvrir que le Système qui les a faits, nourri, et rentés pendant 50 ans, est corrompu, sale et affreux.
L’exemple de l’ex-général Mohand YALA met en exergue ses dons d’épistolier en déclarant dans une lettre à J. KERRY le secrétaire d’état Américain : «Les gouvernements algériens successifs n’ont malheureusement pas réussi à créer les conditions d’une gouvernance démocratique pérenne et, aujourd’hui, les institutions de l’Etat sont construites sur la corruption généralisée et le mensonge. Le mensonge d’une démocratie de façade, qui ne respecte pas la volonté des citoyens de choisir librement la forme de leurs institutions et leurs dirigeants par le trucage systématique des élections L’absence de transparence totale dans la gestion des deniers publics, qui sont détournés massivement pour alimenter les corrompus et leurs corrupteurs, est au détriment du développement du pays. La fraude annoncée pour l’élection présidentielle prévue le 17 avril prochain en atteste encore une fois.» Sauf votre respect, Mon Général, ce Système est le même que celui qui vous a permis de gravir un à un les grades de la Hiérarchie Militaire de Capitaine, jusqu’à Général. Les modes de scrutin sont les mêmes et au même titre que votre collègue BENCHERIF, vous vous consacriez sérieusement à émettre des directives à l’intention des bidasses des casernes que vous commandiez, pour bourrer les urnes avec un seul bulletin.
Lui emboîtant le pas, un autre ex-Général, M. BENHADID déclare dans une longue analyse de la situation actuelle du Pays : «Une caste politico-affairiste met l’économie en coupe réglée et se maintient au pouvoir, recourant à des manipulations qui ont culminé pendant la terrible décennie noire des années quatre-vingt-dix, aux cicatrices encore à vif.» (sic)

Enfin trois petites choses qui attirent forcément l’attention :
– D’abord, aucun candidat n’aborde dans sa campagne, l’actualité. Ni les évènements de Ghardaïa qui pourtant sont à l’ordre du jour, suite aux prêches répétitifs d’un « cheikh » qui appellent sur la chaîne religieuse Saoudienne « IKRA » au meurtre des ibadites, en déclarant leur assassinat licite, étant selon lui des «khawaredj». Le plus bizarre, c’est qu’à chaque fois que le serment passe sur cette chaîne, les affrontements reprennent de plus belle. Ni les émeutes, ni la position sur les affaires étrangères et notamment le Sahara Occidental ;
– Ensuite, les programmes des candidats ignorent superbement la politique sportive qu’ils envisagent d’adopter.
– Enfin, rares sont ceux qui soulèvent le problème de l’éventualité de la fraude, ni du refus de l’UE d’envoyer des observateurs, prétextant l’information lui étant parvenue en retard.
– La seule distraction dans cette campagne, reste les « perles » entendues. Ainsi, une représentante d’un candidat nous annonce «notre parti se fixe deux objectifs principal» (je ne sais pas s’il faut mettre un « s » ou pas), alors qu’un autre veut améliorer la «formation universelle» (pour universitaire) et des «formations à « haut » valeur ajoutée»
En tout état de cause, «l’année transparaît à partir de son automne» dit l’adage arabe. La campagne est morose, trop morose. L’issue est donc peu sujette à l’euphorie.

djillali@bel-abbes.info.


le 03 avril 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
03 avril 2014

6 Commentaires pour “«CAMPAGNE ÉLECTORALE: PERLES, CACOPHONIE & POPULISME!»”

  1. Amirouche

    Bonjour
    La lutte à ses élections s’annonce acharnée et la chasse aux voix a commencé avec son lot de fausses promesses, des fois même insensées .Certains disent que le résultat est déjà plié mais je ne suis pas totalement de cet avis car l’effet de surprise est fort probable .
    Des “nouveaux visages ” je m’attendais à voir la créativité, l’inventivité et de vrais projets pour notre société. Hélas! je ne peux que constater l’absence de projets de société porteurs, de véritables lignes directrices de l’action politique aux multiples problèmes des Algériens au quotidien.
    Il faut que le peuple s’émancipe et ne reste plus un simple bétail électoral,
    d’autant plus que cette fois , le parti au pouvoir et ses supporters trouvent réellement des difficultés pour dicter, une fois de plus, leur loi du plus fort,
    AUX ALGÉRIENS LA DÉCISION DE LEUR AVENIR !! C’EST AVEC VOS MAINS QUE CE JOUE VOTRE FUTUR .
    Merci

  2. Boualem

    Salam mr Djilali les élections une occasion de dire n’importe quoi ? normal quand le peuple à qui on s’adresse est du n’importe quoi et ces sois disons politicards ? c’est aussi du n’importe quoi …..que pensez vous de ces ministres de ces députés de ces sénateurs c’est des pauvres types qu’on installe , qu’on balance , qu’on élimine qu’on achète et qu’on vend avec un rien et qu’on reprend au gré du vent et des circonstances ils sont tous les memes et changent plus vite que le caméléon ,le pauvre caméléon ? ils changent de vestes comme du papier mouchoir aucune conscience ni honneur ils ne pensent qu’à etre riche meme en vendant leur ame au diable et pourtant ils ne sont pas heureux il n’y a rien d’étonnant dans ces comportements c’est à l’image du peuple et ces personnes sont issus de ce peuple composés d’ignorants ,d’opportunistes , de parvenus , de n’importe quoi quant aux binationaux je les comprends pas ils ne savent pas d’ou ils viennent ni comment fonctionne ce pays se désister d’une nationalité européenne ? il faut etre fou pour agir de la sorte meme un fou ne le ferait pas l’ambiance et la vie en europe les a rendu irresponsable de leurs actes les pauvres ils doivent le regretter c’est sur à voir le dernier livre de Y.K ils vont tous se retrouver chez les psys dire ou ne pas dire est le meme devant un peuple perdu meme les forums de sites d’info sont devenus pour certains des lieux de distractions,, de blagues, d’histoires à dormir debout , du n’importe quoi et le malheur ils ne se rendent meme pas compte de leurs ?????? je suis étonné par certains ;;;; comme quoi tout ce qui se fait ou se dit dans ce pays est du N’IMPORTE QUOI ;N’IMPORTE QUOI ;;

  3. DZiri

    Sallamou Alaykum
    En effet M. Djillali, « Les campagnes électorales sont une excellente occasion de dire n’importe quoi » et même de le faire.
    Néanmoins, il y a lieu de constater comme vous le faites, que le citoyen n’est pas dupe. Il n’utilise plus son ouïe uniquement, mais également son regard et sa réflexion.
    Et pour paraphraser votre chronique, je dirais que le système nous sert toujours que l’ordinaire.
    Sallamou Alaykum

  4. zalamite

    pendant ce temps je dirais que pendant que l’agitation continu une autre agitation est en cours. l’agitation c’est le RG.
    RG c’est Monsieur registre de commerce. A voir le nombre interminable de locaux fermées mais sous numero RG personnes ne sait a qui appartient.
    Le directeur d’un adminsitration peut ainsi avoir 3 locaux et chaque local avec un cachet et chaque cachet un offre. Chez lui le vendredi pendant que sa femme prépare le Berkoukesse et lui en 3abaya et devant une télé muette, il a enfin tois cachet. Un cachet laisse le nom de boufeldja, le deuxième de Menguelette et le troisième de Saribari. Le moins chère est celui de Boufelja. Boufelja a remporté le marché de fourniture de 1000 cartons de papiers de 21×27, 1000 paquets listings, mille cartouche imprimante, mille paquet d’agraffes, 1000 sous chemise, 20 ordinateurs, 20 imprimantes..puisque c’est lui le trivendeurs et c’est c’est lui le directeur acheteur donc il est comme Vishnu avec mille bras. Il passe enfin de la main gauche 20 ordinateur et ne reçois que 2 de la main droite. Entre ce mouvement 18 ordinateurs sont évaporés…a force de faire cela depuis qu’il est devenus un trivendeur et un monoachetur avec 10 bras de vishnu, il est devenu un automate.
    Il vient de finir, sa femme lui appelle
    ”Saraibari ,
    Menguelate t’appele..
    faites le entrer
    je vais vous service un berkoukesse hami yargousse”
    il a 62 ans, l’année prochaine on le trouve avec des lunette épaisse a 5 heurs du matin, accroupie et endossant le mur, la cane entre ces genoux, il attend l’ouverture du bureau de poste. les salopards ils n’ont pas voulu que la caisse de retraite vire son argent chez banque privés qui le prévient par bip que son salaire de retraite vient d’être virer..ensuite vers 11 heurs la retraite dans la poche, il reflechi comment il va la cacher de ces enfnats et de sa femme. Il passe doucement devant la mosqué aboubakre. Sur la grille d’entrer on vient de fixer une jolie pancarte nécrologique. Aujourd’hui c’est
    Si Kaddour qui vient de partir et la janaza est a apres salate edouhre et dfina fi la cimetière de sidi abdel kader….combien elle a avalé de gens et elle n’arrette plus d’avaler.
    comme l’enfer
    ”wanakoulou li jahanamma ,
    hal imtalati?
    fatakoulou,
    hal min mazide”

  5. Dr D. Reffas

    Bonjour.

    Vous évoquez J.KERRY à travers la lettre qui lui a été adressée par l’ex candidat et général Mohand YALA. le secrétaire d’état américain n’a pas besoin d’une lettre manuscrite de l’ex officier pour mesurer la situation socio-politique qui sévit en Algérie.Pis encore, c’est de constater des organes de presse et des politiques s’interroger sur la venue du responsable américain pendant la campagne des présidentielles, jusqu’à évoquer un possible soutien américain au régime en place. Des supputations qui nous font jaillir du sang de nos oreilles.
    L’administration américaine entant que puissance économique et militaire possède des relations bien déterminées avec les pays et établies comme suit: Allié privilégié -Allié-Ami et partenaire.
    L’Algérie est considéré comme un partenaire en matière de lutte anti-térroriste.Dans ce sens, la stabilité de l’Algérie est importante dans la région du fait qu’elle possède le statut de puissance régionale militaire.
    Concernant la position de l’administration américaine et son choix vis à vis des régimes, il est clair qu’il est porté vers le maroc qu’il considère depuis 2003 comme un allié privilégié au même titre que l’Egypte, Israël, l’Arabie Séoudite, et à un certain moment la Tunisie.Le ballet diplomatique entre ces pays et les Etats Unis est très intense par rapport à notre pays où il demeure presque inexistant. D’autant plus que durant les trois derniers mandats présidentiels, l’administration américaine n’a adressé aucune invitation à l’Algérie pour une visite d’état, contrairement au maroc et à l’Egypte.La position de l’administration américaine a complètement changé par rapport à ce qu’elle a été au cours des années 70 et 80. Concernant le problème Palestinien, l’Algérie n’est plus consultée comme auparavant par la communauté internationale.Même les responsables Palestiniens se font très rares.De tout ce qui précède, je pense que la mission du responsable américain était bien programmée pour un but précis lié aux accords sur la lutte anti-terroriste sans aucune incidence sur les présidentielles.D’ailleurs,monsieur J.Kerry a été précis aujourd’hui en déclarant que les USA négociera à l’avenir avec le président qui sera élu. Net, clair et précis.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00