«EL KOURSI YEDDOUWWAKH!»

« El koursi yedouwwakh» autrement dit « Le pouvoir corrompt.» C’est en ces termes, souriant, que le Président Bouteflika a répliqué à une question de journaliste, lors de sa première conférence de presse internationale, en 1999.
M. Bouteflika n’est pas un cas unique. Il y a eu Nasser, Franco, Saddam, Pinochet, Assad père, Gueddafi, Boumediene…. Il y a toujours Mugabé, Assad fils, Le néo dictateur Nord Coréen, et….
Juste avant la guerre du Golfe, une délégation des services Algériens se serait rendue chez le Président Saddam pour lui demander de se retirer du Koweit, pour éviter une invasion de l’Irak par les GI, action programmée, avec preuves à l’appui. La réponse du leader Mésopotamien aurait été sans fioritures : «Je préfère mourir!» Et il mourut !
Gueddafi a préféré un lynchage dans des conditions des plus humiliantes que de se retirer. Bachar El Assad préfère la disparition entière de son Peuple que celle de son pouvoir.
L’Homme au Pouvoir est ainsi fait. Il doit y demeurer. Ni l’intelligence, ni la raison, ni la sagesse, ni l’intérêt du Pays ne sauraient primer sur la nécessité absolue du Pouvoir.
C’est pourquoi, les « pourquoi » d’un quatrième mandat ne sauraient se justifier. C’est dans la logique de l’exercice d’un certain pouvoir. Quand je lis sur la toile cette question ironique d’un jeune :« Bouteflika sait-il qu’il se représente pour un quatrième mandat ?» je rigole. Je rigole, parce que c’est lui d’abord qui le voulait. La période de suspense qui a prévalu n’était pas destinée à le convaincre par son entourage, mais plutôt le contraire. C’est lui qui devait convaincre son entourage de sa capacité à continuer à exercer ses missions, y compris sa sœur qui n’a rien pu faire pour l’en dissuader.
Bouteflika, au même titre que l’ensemble de ses prédécesseurs sur la planète, est né pour le pouvoir. Ministre à 23 ans, il ne peut que vouloir construire sa carrière pour y finir au sommet du Pouvoir. L’ambition humaine est largement dépassée par les symptômes de la mégalomanie où le leitmotiv devient: « Nul autre que moi, ne conviendrait ». Déjà, à la mort de Boumediene, en 1978, l’échec de prendre la direction de Pays, lui reste au travers de la gorge. Revenir par la grande porte, alors qu’il est sorti par une lucarne, être investi des pouvoirs par celui-là même qui dut le condamner ; quelle belle revanche sur le sort! N’a-t-il pas exigé un score record au scrutin ? Non, une telle «stature» ne saurait se contenter d’un 51, 52%!  «Il m’avait avoué qu’il était fasciné par le pouvoir et que nul ne pouvait le lui ravir, si ce n’est la mort» Yacef SAADI n’a surement pas été victime de sa sénilité en attribuant cette phrase au Président.
Ce type d’exercice de pouvoir développe d’innombrables effets pervers. D’abord, il inhibe toute existence d’élite politique de par l’absence de Partis avec assise populaire large, exerçant une mission d’opposition. L’ensemble des partis existant prêtent allégeance au Leader incontesté. De par cette manière de percevoir l’exercice du Pouvoir, aucune élite ne saurait se dégager. L’exercice du Pouvoir se caractérise au niveau des postes électifs par la «cooptation», la «chkara» et autre népotisme. Au niveau des postes de l’exécutif et administration de l’Etat, c’est l’allégeance et l’appartenance qui déterminent les nominations.
Dans ce type d’exercice de pouvoir, on ne trouvera jamais un homme politique qui émerge d’un Parti après avoir gravi l’ensemble des échelons de la base au sommet au bout d’une longue carrière de militantisme. Dans ce type d’exercice du pouvoir, les partis ne sont pas une expression d’une volonté populaire pour tenter d’imposer un projet de société, mais sont généralement «fabriqués» pour apporter un soutien au Pouvoir en place.
Par ailleurs, les seuls possibles « leaders » produits par ce type d’exercice du pouvoir, s’avèrent être des « transfuges » du système. Des personnes reproduites par le système, élevées en son sein et qui soudain, se découvre des desseins d’opposants. Ainsi, naquirent Benflis, Hamrouche, Bahbouh, Ghozali….. Des exceptions, dans des partis authentiques, ont fait leur apparition, mais l’hermétisme imposé par le Système mu par le Pouvoir en place ne leur permet pas, à brève échéance, de pouvoir le concurrencer ; tel est le cas de Said SAADI du RCD et de Louiza HANOUNE de PT.
Ce type d’exercice du pouvoir, à l’aune des évolutions géostratégiques actuelles, ne peut légitimement aboutir qu’au chaos. C’est ce qui s’est produit en Irak, en Libye, en Syrie. La Tunisie et l’Egypte sont en train de peiner pour s’en sortir juste par le fait que les armées de l’OTAN ne se sont pas impliquées directement.
Ce type d’exercice du pouvoir est en train de continuer à prouver sa non efficience à l’exemple du Venezuela et de l’Ukraine.
L’Algérie qui revient encore d’une décennie de guerre, d’une situation économique ayant flirté pendant une longue période avec la cessation de paiement, isolée, a besoin d’un Président disponible, alerte et plein d’allant. Elle a besoin d’un Président qui doit la relancer de par sa présence physique dans les grandes rencontres internationales. D’un Président apte à présenter son bilan et son programme lui-même. Un Président comptable devant son Peuple directement et non par procuration.
Si à aucun moment je ne saurais mettre en doute les capacités intellectuelles de M. Le Président, il est de mon droit élémentaire de ne pas croire ceux qui parlent en son nom. Il est de mon droit élémentaire d’exiger d’écouter le Président me parler directement. Il est de mon droit élémentaire de douter. Enfin, il est de mon devoir de craindre pour l’avenir de mon Pays. Il est de mon devoir d’appréhender le chaos…
djillali@bel-abbes.info.


le 27 février 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
27 février 2014

5 Commentaires pour “«EL KOURSI YEDDOUWWAKH!»”

  1. Karim10

    Le silence radio dans la classe politique est lui-même un signe révélateur de ce « vertige ».Pourtant une inusable technique qui dit long du pourquoi de votre politiquement correct Mr DjilaliC ? Le Pourquoi ? Est-il toujours convenable qu’il prétend l’être ? Lors de la proclamation du 1 novembre 1954, les neuf historiques ont décidé « un choix » décisif celui du déclenchement de la révolution. Mais ils ont aussi fait le choix de le diffuser sans « le signer » ! Peut –on dire la même chose a/s de la proclamation (il s’agit d’une proclamation …Voir le délai ! )de la candidature de Mr le Président ? Votre pourquoi de la « personnalisation » et le « Je » -« Nous » d’une décision ? Il est là !
    Pourquoi ? A La réponse est simple mais pas simpliste. Normalement le détenteur du pouvoir est le peuple.(Dixit Larbi Ben M’hidi).Pour qui fait-on une PROCLAMATION ? Ainsi la route est barrée pour les opportunistes …et autres. A l’époque les détracteurs de la NATION algérienne n’ont vu que du feu ! Seuls les vrais porteurs du projet national ont passés à la phase finale très bien défini après dans le discours du « 18 fév » 2008 à Blida.

  2. zalamite

    Incorruptible
    c’est une caricature que vous donnez ici. l’Espagne n’a jamais connu de stabilité et croissance que lorsque le Khalifat les a entretenu.
    Un système politique qui dure 5 siècle sans être bougé c’est un exploit.
    les colons en algerie n’ont pas dépassé 1 siècle. la colonisation a commencé qu’en 1890..en 1962 ils ont plié bagage.
    Essaye sur un paier A4 de concevoir un système politique stable apres toi de 4 siècle
    essayes..impossible tu ne pourra pas concevoir un systeme qui ira au dela de 4 ans et encore

  3. Incorruptible

    Les arabes depuis l’ère de Khalifa ont été toujours comme ça : des dictateurs , ils arrivent par la terreur et partent par le même chemin, il y en a ceux qui utilisent les mouvements populaires pour parvenir à leur fin et il y en a ceux qui arrivent au pouvoir suite à des coups d’état après avoir anéanti ses prédécesseurs en place.Athman bnou Affan (3eme khalifa) a été assassiné en 656 par Ali Ibn Abi Taleb son opposant direct ensuite ce fut le tour à Mouaawia et çà a continué jusqu’à nos jours.
    Assad pere et fils, Saddam , Guaddafi , Benali , Boumedienne, nasser et des milliers d’autres dictatures arabes se sont tous installés sur le koursi durablement.
    Les dictatures arabes créent le clientélisme , le pillage, la corruption en vue de construire et de se maintenir au pouvoir. La démocratie parfois utilisée de façade ou simplement indexée comme kofr n’est évoquée que pour amadouer ou servir les occidentaux.Il est indéniable que deux mandats présidentiels suffisent à tout homme de mener à bien son programme et laisser par la suite le champ à la génération montante. Mais pourquoi les arabes et à quelques degrès moindres quelques asiatiques et sud américains sont comme ça ? serait-ce la mentalité tiers mondiste?

  4. OULED BOUL

    Le cours évenementel de notre parcours historique s’est révelé au fil de notre demi-siécle d’indépendance une suite d’érrement et d’échecs .Pour comprendre le present et ses enjeux ,il est necéssaire de faire le lien avec l’histoire ,de prendre une distanciation par rapport a l’actuelle ,faire apparaitre ses conditions de formation,sa complexité et ses ambiguités..Ainsi ,la décolonisation a acouché une autre forme de colonisation ,avec les memes préjuges ,les memes reflexes et le meme modus operandi .La seule différence , est que les nouveaux colons sortent de nos rangs , de nos seins !!! Nous Avons fuit un thanatos europeen pour adorer un thanatos indigene ,nous sommes sortis d’une aliénation pour tomber dans le piege d’une autre aliénation!!

    Souvent dans l’histoire ,l’avangardisme de la révolution ,s’est révélé qu’un exutoire pour des individualités cyniques et monstrueuses ayant la nevrose de l’assassin ,l’instinct de prédation et la ferme intention de se substituer aux colons et juir eux memes des privileges qui étaient les leurs avant l’indépendance. Ils mobilisent les passions et emotions au nom d’un chambardement ,d’une utopie , qui finisse toujours contre le peuple et aggrave le sujetton qu’il ait supposé combattre.

    Bouteflika est un dictateur qu’il faut situer dans le contexte de sa famille idéologique ,ce que l’on appelle par épheumisme famille révolutionnaire .Sa montée,rappelons la, n’est nullement due a son genie politique mais a un coup d’état dont il était l’instigateur …..Aujoud’hui,par un narissisme freudien ,il faconne la réalité selon sa vue personnelle en comméttant de érreurs d’optiques
    suicidaires.il a réinstallé le totalitarisme dans toute sa laideur avec une methode de gouvernance propre a des gangs de bas quartiers.
    Qu’un individu comparable a un cadavre dans un baignoire desirant la présidence a vie, n’est pas remis en quesion ,la question est la suivante ; es ce lAlgerie est de devenue une monarchie ?

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00