Delanoë : “Le respect du peuple algérien, c’est de dire la vérité” sur le 17 octobre 1961

M. Bertrand Delanoë, maire  socialiste Actuel de Paris a rendu hommage cet après-midi du 17 octobre 2012 aux victimes de la répression féroce qui a suivi  la manifestation pacifique dans un pays de droit ,enclenhée à quelques mois de l’indépendance de l’Algérie, c’était, il y a 50 ans. Elle fut réprimée dans le sang par la police Parisienne.Des cadavres furent balancés au dessus de la Seine ou abbatus et jetés ensuite dans la seine pour avoir crié haut et fort pacifiquement un droit à l’indépendance de leur pays.. M. Bertrand s’est dit confiant quant à la reconnaissance par l’État Francais de sa responsabilité dans ce “moment d’histoire tragique” et d’ajouter, “J’attends du gouvernement français, du président de la République  et j’attends avec confiance – des prises de position sur le 17 octobre 1961 qui soient très claires”. Surtout que le président socialiste Francois Holland a signé  “l’appel pour la reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961 à Paris”. L’ambassadeur d’Algérie à Paris, Missoum Sbih, qui déposait lui aussi une gerbe  de fleurs devant la plaque commémorative de cette journée sanglante , plaque inauguré par le Maire Bertrand en 2001. Il dit espérer que Betrand Delanoë soit “entendu” et ajoute que  “Les signes sont nombreux depuis l’élection du président Hollande et ils sont très encourageants”. Attendons la visite officielle qu’effectuera Francois Hollande en Algérie en Décembre 2012.

One thought on “Delanoë : “Le respect du peuple algérien, c’est de dire la vérité” sur le 17 octobre 1961

  1. bonsoir wlad bladi
    En 1961, François Hollande n’était pas à la tête de l’État Français alors il ne peut pas reconnaitre son implication, ni sa responsabilité dans ce “moment d’histoire tragique”. En 1961, François Hollande avait 7 ans. Delanoë il devrait réfléchir, il y en a beaucoup qui sont nés à partir du 18 octobre 1961 alors qu’il ne fasse pas de ces innocents des responsables de ce moment d’histoire tragique car il commettrait un autre moment d’histoire tragique.

    Mais, au nom du respect de l’Histoire, de la vérité et de toutes les victimes de cette horrible guerre, il faudrait également que les autorités algériennes reconnaissent enfin les innombrables crimes commis par le FLN [tueries d’Oléansville en 1955, massacre de Mélusa en 1957 je crois, assassinats multiples d’européens à Oran en 1962, massacre abominable des harkis en 1962 également etc. Etc. ].

Comments are closed.