ESPAGNE AVANT DANS UN CARREFOUR HISTORIQUE

Depuis plus de 40 ans dans l’arène politique de l’Espagne deux parties ont été dominants, le Parti Populaire et le PSOE Parti (Parti socialiste ouvrier espagnol), qui ont alterné au pouvoir. Les dernières élections catalytiques du 20 Décembre 2015 ont entraîné un affaiblissement important de ces forces politiques traditionnelles et l’émergence de nouveaux partis anti-regimes. Ainsi, le Parti Populaire de Mariano Rajoy a obtenu les pourcentages les plus bas depuis 1993 (28.72% des votes et 123 sièges sur les 350 du Parlement, par rapport à 44.6% des votes et 186 sièges en 2011), tandis que le Parti PSOE de Pedro Sanchez a enregistré le plus mauvais résultat de son histoire (22% des votes et 90 sièges, comparativement à 28.73% des votes et 110 sièges aux élections précédentes de 2011).

L’émergence du parti gauche Podemos de Pablo Iglesias – produit de la soi-disant mouvement des « Indignés » – et du parti de centre-droit Ciudadanos de Albert Rivera (qui a été soutenu par certains médias de masse), dans la troisième et quatrième place respectivement avec des pourcentages élevés (20.6% des votes et 69 sièges et 14% des votes et 40 sièges), montre la fin du bipartisme de quarante ans et marque une nouvelle période pour l’Espagne.
Ce résultat, bien sûr, est largement due à la crise économique en Europe. La politique d’austérité anti-populaire qui a été fidèlement mis en œuvre par le gouvernement de Mariano Rajoy dans les quatre dernières années, combinée à un scandale de corruption concernant son parti, a transformé la carte des partis de l’Espagne et a conduit à l’émergence d’une nouvelle scène politique de quatre partis.

La nouvelle réalité parlementaire, où aucun parti n’a la majorité absolue, conduira inévitablement soit à un gouvernement de coalition que la majorité des Espagnols semble préférer ou à des nouvelles élections. Après quatre années de gouvernance avec une forte majorité, l’Espagne est maintenant face à la perspective de certains type de l’instabilité politique qui tourmente les autres pays européens aussi, puisque les coalitions gouvernementales
fragiles et les partis traditionnels qui ont dominé la scène politique pendant des décennies, se sentent fortement les effets pressants des années de difficultés économiques et la vague croissante de l’immigration. Le nouveau gouvernement espagnol, chaque fois que cela peut se produire, avec ou sans nouvelles élections, est immédiatement confronté à de très graves problèmes et défis. Bien que cette économie européenne est sortie de la récession et est entré dans la voie de la reprise, il faudra plusieurs années, sans régressions, de récupérer le terrain perdu. Sinon, si l’économie espagnole se fait en mode inverse à nouveau, cette reprise précaire ressemblera
au pas suspendu de la cigogne.

Le pays est en proie par le deuxième taux de chômage le plus élevé (21.18%) dans la zone euro suit la Grèce, et les Espagnols chômeurs sont plus de cinq millions. La pauvreté augmente sur une base quotidienne et menace de désintégrer le web social du pays. « La pauvreté est la pire forme de violence », une fois Mahatma Gandhi
déclaré. Avec les vastes politiques néolibérales appliquées l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de croître. En 2013, 22.2% des ménages, basée sur les données les plus récentes des statistiques nationales Institut (INE) de l’Espagne, vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit leur revenu était inférieur du 60% du revenu national moyen. Beaucoup de gens vivent aujourd’hui sans chauffage et sans électricité, d’innombrables familles sont face à l’expulsion et ne pas avoir d’autre résidence (34.680 premières maisons, qui est de 95 par jour, ont été confisqués en 2014 par les banques à être vendus, selon l’INE), de nombreux retraités ne peuvent pas payer pour leurs médicaments.

En outre, plus d’un enfant sur trois – soit 2.6 millions – sont maintenant confrontés au risque de pauvreté et d’exclusion sociale, selon les données les plus récentes de la Commission Européenne. Les pourcentages élevés des chômeurs de longue durée, combinées avec les coupes drastiques des dépenses en santé et l’éducation, ont plutôt conduit plus de familles et d’enfants à la pauvreté que d’un redressement financier.

La dette publique continuellement montre une tendance à la hausse et sur la base des derniers chiffres officiels, est à 98.8% du PIB, se rapprochant du niveau élevé de 100% du PIB qui a atteint ou dépassé dans les années 1900 et 1909. L’ « économie informelle » est estimée à 25% du PIB, soit 235 milliards d’euros qui ont pas été déclarées, privant ainsi l’État espagnol de certains moyens financiers très importants.
Pendant ce temps, le nouveau gouvernement espagnol aura à aborder la question urgente de la Catalogne. L’élection du séparatiste Carles Puigdemont, qui sera responsable pour le démarrage du processus d’indépendance, à la présidence de la Catalogne, est un retentissant réveil. « Nous ont besoin de commencer le processus pour créer un Etat indépendant en Catalogne, de sorte que les décisions du Parlement catalan sont souveraines », at-il déclaré
dimanche 10 ème Janvier 2016, sous les acclamations des membres, quelques heures seulement avant le Parlement catalan lui élu à la tête du gouvernement local et successeur d’Artur Mas.

Les conséquences directes de la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne, qui est la région la plus riche d’Espagne avec un produit d’environ 200 milliards d’euros, sont sans aucun doute extrêmement douloureux: sans Catalogne, Espagne perdra 16% de sa population, 25% de ses exportations, et 19% de son PIB, selon l’OCDE.
Plus de 586.000 entreprises sont basées en Catalogne – de ces 2.150 grandes entreprises employant plus de 200 travailleurs chacune, comme le Gaz Natura et le géant de vêtements Mango. En Catalogne aussi, il est l’usine du groupe Volkswagen qui produit des voitures de la marque Seat.
En outre, Barcelone est de loin la première destination touristique à travers le pays et l’un des leaders mondiaux, avec un produit net de l’arrivée et le séjour des touristes atteignant énormes hauteurs. Pendant ce temps, à la fois dans le secteur commercial et le secteur industriel, Barcelone est peut-être le pilier le plus fondamental de l’économie espagnole.

La tendance de la Catalogne pour l’indépendance, cela devrait être souligné à ce stade, est né et a pris des dimensions gigantesques en raison des politiques d’ austérité imposées par Bruxelles et principalement par Berlin sur l’Espagne et bien sûr dans toute la zone euro. Ceci est la raison principale pourquoi les Catalans veulent devenir au moins autonome. Ils veulent avoir leurs propres lois et leurs impôts ne pas aller à Madrid pour payer les programmes d’austérité. Les raisons de cette apparente rupture sont donc essentiellement financières, mais aussi culturelles.

En conclusion, les politiques d’austérité extrême ont blessé évidemment et fortement Espagne, comme d’autres pays de la zone euro. Par conséquent, il est nécessaire par le nouveau gouvernement espagnol, qui sera confronté à un carrefour historique, de formuler une politique progressiste très clair que sera construit sur le réexamen de la Constitution, la direction des réformes sociales populaires spécifiques, l’inhibition de la privatisation incontrôlée, et entre autres choses, des questions de transparence, de la protection du premier logement à des groupes à faible revenu.
Le combat efficace contre l’évasion fiscale et la criminalité financière est également nécessaire, ainsi que la restructuration appropriée du modèle de production et l’assouplissement significatif de déséquilibres structurels majeurs, tels que le chômage, les déficits budgétaires et la dette publique.

Isidoros Karderinis, est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et économiste avec d’études de troisième cycle en Économie du tourisme. Ses articles sont republiés dans journaux, magazines et sites dans tout le monde. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et sont publiés dans revues littéraires et aux pages littéraires des journaux. Il a publié sept livres poétiques ainsi que deux romans; cinq parmi eux ont été publiés aux États Unis et en Grande Bretagne.


le 12 mars 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
12 mars 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00