Le quotidien El Watan a accusé, ce jeudi 7 novembre, « les autorités politiques » du pays de lui avoir interdit d’organiser un débat prévu le 9 novembre dans une salle du complexe Riad El Feth à Alger. « Les autorités politiques ont interdit la tenue des “Débats d’El Watan”, prévus samedi 9 novembre 2013 », affirme le journal, qui dénonce une « grave atteinte à la liberté de la presse et d’expression

Le quotidien EL Watan dénonce dans un communiqué rendu public aujourd’hui , l’interdiction qui lui a été signifié par les “autorités politiques” du pays pour la tenue de sa rencontre “les débats d’El Watan”  qu’il organise régulièrement au complexe Riad El Feth. En effet, il cite que les “arguments  utilisés par l’administration pour interdire la tenue des «Débats d’El Watan» sont fallacieux. Cette interdiction intervient alors que le mouvement social est laminé, des journaux sont censurés, un jeune blogueur est jeté en prison, des menaces sont proférées par le ministère de la Défense nationale contre un journaliste d’El Khabar et que les atteintes aux libertés se généralisent.”

L’interdiction lui a été notifié  mercredi via un courrier de l’administration de  Riadh El Feth lui exigeant une autorisation de la wilaya d’Alger. ” Chose impossible à réaliser en 24h, à la veille d’un week-end » signale le responsable du quotidien El Watan.

Le ministre de la Communication Abdelkader Messahel, contacté par TSA,  a indiqué qu’il s’agissait d’un problème qui « a été mal géré par un directeur (de L’Oref)