Le concours du doctorat 3ème cycle LMD fait peur aux candidats

Le règlement du déroulement du concours affiché à la connaissance des candidats est théoriquement cadré de rigueur et doit normalement rassurer les candidats des dépassements multiples  qui coulent dans le flot de la terreur du monstre immortel de la ‘’TRICHE’’.

Désormais, l’université n’a pas encore convaincu d’une mesure transparente à rassurer les candidats aux déférentes épreuves des cursus des 3 cycles.

Les échos publicitaires tonitruants faisant état de présence de triche dans les concours ont affreusement pesé sur le moral surtout des meilleurs étudiants qui ont pendant leur parcours des deux avant cycles, été les premiers à occuper la place équivalente à leurs grands efforts.

Pour eux, toute triche versant dans la déloyale proportion altère sérieusement leurs bonnes volontés et peut même causer une indignation au bon vouloir de suivre ses études pénalisant ainsi tout le système éducatif par l’écartement des potentialités annihilant toute intention de promouvoir dans les secteurs de la vie sociale, culturelle et économique.

Les épreuves écrites du concours de doctorat 3éme cycle dans la filière ‘’Biologie Moléculaire et Protéomics’’ se dérouleront le lundi 28 octobre 2013 à 9 heure du matin au siège de la faculté des sciences de la nature et de la vie de l’université de sidi bel-abbes.

Reste tout simplement à éradiquer les défaillances par des mesures draconiennes sans merci et concocter un climat déontologique qui rassure les candidats et préserve une concurrence loyale pour le seul but d’amorcer l’élite de l’éducation en général et supérieure en particulier.

Pour se faire et s’impliquer davantage, il y’a lieu de bien comprendre que les différents secteurs notamment de la recherche seront affectés par ce que l’université va produire de bon ou de mal. Sauf qu’il ne faut plus pleurnicher les retombées de ses propre magouilles et résinions-nous à vivre normalement dans l’absolue anarchie.

Djillali Toumi 

Djillali.T@bel-abbes.info


le 25 octobre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
25 octobre 2013

7 Commentaires pour “Le concours du doctorat 3ème cycle LMD fait peur aux candidats”

  1. Abassia

    @ONEA
    Salam
    Pauuuuuuuvres étudiants !!!! Même les quelques enseignants honnêtes qui ne cessent d’interpeller par écrits les responsables pour leur dénoncer toutes les escroqueries, les fraudes avec des preuves à l’appui, ne trouvent pas de réponses à leurs requêtes.
    Que peuvent -ils ces étudiants devant la “mafia” ( je pèse mes mots) qui a sévi au sein de la faculté des sciences et qui sévit encore dans les nouvelles facultés.
    Le mutisme de ces responsables n’a d’égal que leur incompétence

    • ONEA

      @Abassia
      Salam
      Oui, pauvres âmes errant dans ce géhenne d’établissement.
      Pour l’info, la thèse de Master de l’un de ces étudiants, Mr Derrer Hicham, a obtenu le 1er Prix dans un colloque maghrébin.
      Nous espérons faire tomber ce mutisme si la presse nous y aide.

  2. ONEA

    Nous venons aujourd’hui d’être sollicités par 4 titulaires d’un Master en “Biologie de la Reproduction et Physiologie” de la Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie de l’Université Djillali Liabes, classés parmi les meilleurs de leurs promotions, dont les demandes de participation au concours de Doctorat 3ème Cycle LMD “Biologie, Physiologie de la reproduction” (en bonne et due forme et déposées dans les délais) viennent d’être rejetées par les mêmes responsables du Département de Biologie et de la Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie ayant signés leurs attestations et diplômes, pour cause qu’ils ne devaient pas en réalité être autorisés à s’inscrire en Master (donc que le diplôme qu’ils ont obtenu n’était pas valable au sein de l’établissement qui les leur à délivré et où ils ont étudié!?!). A noter que ces étudiants n’ont pas reçu à ce jour une réponse administrative écrite à leurs doléances et recours).
    Messieurs les responsables de l’université Djillali Liabes et surtout de la Faculté des SNV, vous êtes schizophrènes? Démissionnez si vous n’êtes pas à la hauteur au lieu de faire perdre du précieux temps et d’efforts à des étudiants qui n’y comprennent plus rien à vos agissements.

  3. Memoria

    L’Université de Sidi Bel Abbés est la seule institution académique et éducative d’Algérie qui oblige ses étudiants externes à faire carême à …midi à défaut de leur fournir repas dans le cadre des œuvres universitaires !Cela dure depuis des années ! Pourquoi cette pénitence et exclusion qui n’existe pas dans les autres Cous d’Algérie et du monde entier ;
    Calentika(pain moulu sans pois chiche) et examens n’ont jamais fait bon ménage !

    • ONEA

      Exactement. Tous les étudiants ont le droit au déjeuner dans un restaurant universitaire. A Sidi Bel Abbes, non seulement il n’y a pas de restaurant central au niveau des structures pédagogiques, mais même les restaurants au sein des résidences universitaires sont inaccessibles aux étudiants externes (surtout après l’instauration des cartes magnétiques). Autrefois, les étudiants externes prenaient leur déjeuner au niveau des cités universitaires (“Fac centrale”–> Ibn Rochd & Ahmed Beddad/Khawarizmi, “Fac des Sces Eco–> Cité 2000 CPR, “Habitat”–>Attar Belabbes, Fac de Médecine–> Cité 1500/Cité 500 Médecine..etc), alors que maintenant malgré la magnifique évolution de l’université Djillali Liabes, tant pédagogiquement qu’en matière d’infrastructures, la planification et la gestion reste très très en deçà des espérances: un nouveau pôle universitaire “Campus” avec 5 résidences universitaires (8500 lits mais à presque 50% vides) (donc 5 restaurants) mais toutes de filles. Les garçons sont “stockés” comme des sardines dans 4 résidences (Ibn Rochd ~2000 lits, Attar belabbes ~600 lits, Silm 500 lits et Mohamed Amine Zighout 1000 lits) alors que les filles bénéficient de 9 résidences (5 au niveau du campus + Khawarizmi ~2000 lits, Hassiba Benbouali 2000 lits, 19/5/1956 1500 lits et Ahmed Beddad ~500 lits).
      Un autre point, le droit au transport universitaire dont doit bénéficier les étudiants externes dans le cadre des oeuvres universitaires est complètement spolié par les responsables de l’université (tant les directeurs des 2 DOU que le Rectorat). JUSQU’A QUAND?

  4. Abassia

    La peur manifestée à tout examen ou concours est une émotion vive totalement légitime. Le problème qui se pose est que cette peur a dévié de son caractère primaire. Au lieu d’avoir peur de rendre ”la feuille blanche”, les candidats ont peur du favoritisme, du piston , de l’injustice. Ce n’est plus les performances pédagogiques et scientifiques des étudiants qui sont mises en avant mais les performances privées, personnels….
    Les nombreux dépassements qui caractérisent cette évaluation scientifique permettant aux étudiants d’acquérir honnêtement une place académique .pour leur avenir est un scandale sans précédent.
    Que faire face à cette prolifération de la triche quand ce sont ceux qui sont censés respecter les règles d’éthique et de déontologie universitaires, la bafouent totalement. L’immoralité gagne de plus en plus beaucoup d’ universitaires; cette partie de la société qui soit disant au passage est l’Elite du pays.
    Pourtant, la législation algérienne est riche et nombreuse, elle punit tout universitaire qui fait fi des codes de conduite éthique et déontologique qui guident la vie universitaire.
    Une question se pose: où sont les responsables intègres, honnêtes qui refusent la corruption sous toute forme??? Où sont les responsables ayant une conscience professionnelle qui exercent leur autorité avec objectivité et transparence???
    Nulle part, malheureusement puisque nous assistons ébahis à une recrudescence de la triche, des fraudes etc…
    Les commissions d’enquête désignées ça et là se suivent et se ressemblent sans conséquence sur les tricheurs, sur les fraudeurs qui se pavanent en toute impunité au sein de l’université ou se délocalisent insidieusement en changeant d’université . Pourtant, toute la communauté universitaire est au courant de ces malversations mais elle reste passive, complaisante et même complice.
    C’est très grave ce qui se passe au sein de l’université. Nous avons perdu confiance en nos autorités qui font la sourde oreille et qui vont même jusqu’à promouvoir ces fraudeurs, ces tricheurs en leur octroyant des postes de responsabilité. Exemple, un faux docteur en chimie de l’UDL a fait son transfert dans une autre wilaya . Malgré les différents écrits alertant le directeur de ce centre universitaire, ce fraudeur est devenu directeur de l’UFC.
    Tandis que ceux qui sont restés étaient un vice doyen de la pédagogie et l’autre chef de département de chimie. Quel scandale??????????????

    • le cygne

      Vous avez raison de crier au scandale et de dénoncer la tricherie et la corruption sous toutes ses formes….Elles sont devenues monnaie courante, jusqu’au point où rares sont les personnes qui réagissent face à ces fléaux….ces pratiques font partie de nos mœurs maintenant, ils les ont inculquées à tous les niveaux……Le plus beau c’est que certains disent…: on n’a pas besoin de leçons de moral….!!!! Ils ont raison quelque part, car ils savent tout, mais ils se font un plaisir de brûler les feux rouges….croyant qu’ils sont éternels sur cette terre……!!! Gare à la contravention, d’ici et de là haut….! ‘On n’a que ce qu’on mérite’

      Quant à la législation Algérienne, elle fait partie des meilleures au monde, mais c’est l’application qui manque le moins dirait le laboureur à ses enfants…! C’est aussi, une législation à double tranchant, elle te met en prison comme elle peut te laisser libre….Tout dépend de l’interprétation du même texte, par qui et pour qui…d’ailleurs, les failles…….c’est fait pour ça….NON…????!!!!! Quel Monde à l’envers…!!!!

      Avant, quand l’enseignant touchait une paie de misère, personne ne se bousculait pour enseigner à la fac ou au lycée, maintenant que les choses se sont améliorées, l’université est devenue , un nid des affaires, de la triche, de la corruption, de la médiocrité, de la bureaucratie, du clanisme, du Beni3amisme, du régionalisme et j’en passe…(sauf quelques exceptions qui ne font pas la règle)…..??? J’ai cru que vous aviez parlé de “savoir” Mr Benallal…!!!!

      Espérons que ce Ministre ‘Belabbésien’ fera bouger les choses dans l’autre sens….!!! Lequel….?

      Les concours….Oh! Quel cauchemar…!!!!

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00