USMBA : Un avenir incertain du à un dilemme triptyque de gestion

Un besoin d’un fond de fonctionnement du club estimé à une cinquantaine de milliards pour cette saison, Manque de leadership dans la gestion de la SSpA, des supporteurs en déroute ne sachant plus sur quel pied danser, tels sont les difficultés observées ou relevées autour de l’équipe créant une situation déjà alarmante qui ne cesse de s’aggraver ou de mettre en danger l’avenir de l’USMBA et dans son sillage, une “place Carnot” bouillonnante depuis la débâcle “at home” face à l’OMédéa, en ce début de saison.

En effet, il y a, à peine quelques jours, on pouvait lire dans les réseaux sociaux sans qu’il y est de communiqué officiel à la TV ni dans les journaux, le retour de M. Hasnaoui Okacha à la tête de la SSpA alors que deux semaines auparavant, il avait annoncé son retrait des affaires de l’USMBA pour tout d’abord des raisons de santé et que son «engagement personnel en tant que pourvoyeur de fonds, a ses limites et ne pouvait, indéfiniment, continuer à subvenir, à lui seul, sur fond propre» a-t-il fait savoir le dimanche 26 Août 2018 à la presse.

Les plus avertis ont, semble-t-il avancé que c’était un retrait stratégique pour, d’une part se soustraire au fardeau financier pesant sur le club et l’exigence de la rue, tout deux devenues insupportables et de vouloir mettre devant le fait accompli, d’autres parts, les autorités locales, en particulier le Wali avec qui, le torchon n’a cessé de brûler depuis sa désignation à la tête de la wilaya jusqu’à en priver officiellement l’organisation d’une fête en l’honneur de l’USMBA, une équipe championne qui venait tout juste de hisser très haut les couleurs de toute la wilaya de Sidi Bel-Abbes en remportant la coupe d’Algérie 2017 et que même les joueurs n’arrivaient pas à comprendre cette ingratitude. Mais pour d’autres, ce retrait était également ressenti et allait venir suite à une déclaration inopportune de Okacha Junior qui a enflammé les réseaux sociaux.

Ironie du sort ou calculs politiciens, au moment où M. Okacha Hasnaoui avait annoncé son soi-disant retrait des affaires de gestion du club dans les réseaux sociaux, le wali de Sidi Bel Abbes réunissait tout son armada entre exécutives et élus de la wilaya pour les instruire à prendre toutes les mesures nécessaires en vue d’aider le club Phare de la Mekerra qui s’apprête à représenter sa wilaya et le pays en Général aux échéances Africaines. Mais c’était aussi une réunion qui a fait monter d’un cran l’ire des industriels locaux lorsqu’ils ont eu vent des menaces déguisées sous forme de représailles via les services fiscaux proférées à leur endroits en cas d’injonction aux souhaits d’aider financièrement l’USMBA.

Entre temps, joueurs et supporteurs ne savaient plus à quel saint se vouer ni sur quel pied danser après que le comité de supporteurs qui avait été créé, en ce début de saison pour la gestion des stades mais surtout et selon ses initiateurs pour drainer des fonds à même d’atténuer les charges importantes prévues du club à défaut d’une aide de l’état, a revu ses prévisions de recettes à une baisse drastique. Et donc toute la feuille de route établie en ce sens, à la hâte disait-on, devait aboutir à un échec cuisant car ne prenant pas en considération la situation sociale des milliers de supporteurs de l’USMBA, ces derniers ne pouvaient supporter des cartes d’abonnement à 10 000 Da chacune d’où un fléchissement généralisé de l’initiative et l’abandon de la formule qui avait receuilli l’adhésion d’environ seulement six milles supporteurs sur les 40 milles prévus.

Aussi, il y a lieu de signaler qu’avant de jeter l’éponge, M. Hasnaoui en tant que actionnaire principal et Président du conseil d’administration de la SSpA USMBA n’avait pas omis de faire appel une deuxième fois, M. Benayad pour reprendre la direction générale, une désignation mitigée et décriée qui intervenait au lendemain du départ précipité de M Belamri de cette même direction générale qu’il a dirigé pour moins de deux semaines en remplacement de M. Arbaoui Mustapha.Il faut dire que la plupart des concernés ou ceux qui se sentent plus proches du club, désapprouvent cette nomination de Benayad et appuient leur rejet par le manque de “punch” , de rigueur dans la gestion et surtout d’une semi-absence au sein de l’équipe.

Enfin et au moment où l’USMBA s’apprête à affronter des ce samedi 22 septembre, le NAAHD, son avenir et selon quelques indiscrétions, demeure incertain et bondé d’embûches au long et moyen terme à cause tout d’abord d’une caisse vide pour faire face aux dépenses (salaire des joueurs et du staff technique) et d’une guerre larvée entre prétendants à la direction générale d’autres parts et si M. Hasnaoui Okacha avait insinué son retour aux affaires la semaine passée en payant les dues de prime de victoire face au MCO aux joueurs et réglé une dette de 375 millions de centimes à l’hôtel Beni-Tala pour leurs hébergement, l’on observe au vu des relations non encore réchauffées entre le club et ses dirigeants pour ne pas dire toute la SSpA USMBA d’une part et les autorités d’autres parts, un retour au statut-quo qui a prévalu, en début de saison ce qui accentue davantage la pression sur les joueurs qui eux-mêmes, sont confrontés à un malaise d’entente et de cohésion par manque d’une discipline interne.
PS: ON vient d’apprendre l’hospitalisation de M. Okacha; Prompt rétablissement

Facebook Comments
19 septembre 2018

le 19 septembre 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
19 septembre 2018

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 456
  • 5 273