Petite chronique d’un SDF français au pays de Nicholas….

Et voilà, je redeviens le forçat…

Alors là , rien avoir avec la tendresse et surtout pas la douceur ; c’est le matin, toujours le matin avant les premiers rayons de chaleur , c’est toujours des engelures aux mains , assez de rage emmagasinée pour la journée , des stigmates dans le regard  et pour la cerise un silence de plomb ; y a rien à faire.  Ce matin comme les autres circule dans la ville et je le longe affreusement grelottant , non pas de grippe , ni malade , peut être embarrassé de ne plus savoir compter jusqu’à 10 euros,  monnaie généralement sur toutes les lèvres depuis la promesse de ne pas recevoir toute la misère humaine , sentence dite par un socialiste , déconcertant …moi je suis actuellement un SDF de métier , rémunéré grâce à la sainte Manche , et à mes yeux de” chien battu ; eh oui , je n’aurais pas cru à cette courbe à vingt ans , la France rêvait mais ne voyait pas que sous ses pieds la vermine creusait , creusait un gouffre de faillite en tous genres ; moi je prenais la dolce vita à la légère , je ne voyais que les caricatures de Plantu qui  expliquait , que les scandales du Canard enchaîné aux pots de vin et autres commerce de traite blanche , on peignait les cœurs en rose , on réclamait d’être à poil est plus libre que de protéger le beauté du corps de la rouillure ; et les cathodiques très voraces s’en donnaient à cœur de joie pour nous asséner la gloutonnerie via spot où les ogres des buildings derrière le sourire blanc agglutinaient tous les pouvoirs d’achat , oui le pouvoir de ceux d’en bas…Tout compte fait me voilà à errer , patauger parmi les chats crevés ou les chiens galeux , me disputant une place pour survivre; bien sûr , je suis lettré , j’ai lu ce matin que même l’euro perd sa place , lui même finira par me rejoindre mais lui, il suffit de dépouiller des malheureux pour qu’il retrouve sa superbe …Je ne comprends pas  nos gouvernants vont ailleurs faire des guerres , donnent des leçon aux autres , jugent le génocide des autres et ne reconnaissent pas les leurs  . Notre devise  fraternité justice égalité  n’est plus tellement chantée ; on se retourne contre les étrangers  sur les lèvres de nos politiques. Bizarre que c’est avec ce Nicolas que tout fout le camp. Avec lui y a pas à dire, on se sent ou colonisé ou SDF. C’est Mamadou, le camerounais qui me l’a dit un matin tôt  au passage du camions des éboueurs :

– Mon frère, y a plus à bouffer  pour nous, même leur poubelle  est recyclée! Y disent  y a trop de bouches de métèques à nourrir !

– Hé, çà rigole plus, y veulent même  plus des français d’en bas. Ils disent qu’ils sont des bras cassés et des  assistés. La race des chômeurs  on n’en veut plus , disent-ils ; ils sont   foutus dans les égouts de Paris et surtout pas les basanés et les moins blanc !

– Mon frère, y a dans ce camion à faire manger le monde !.S’exclame Mamadou.

– Ce camion rempli les restes  des monarques du fric, maintenant ils ne laissent même pas des miettes aux pauvres !

– Hé mon gars, y a aussi des français comme moi, t’en fais, nous sommes tous leurs nègres! Sauf  exception  qu’ils aiment les nègres intellectuels de service pour qu’ils écrivent  ce qui ne va pas  au bled  en noircissant toujours le tableau et glorifiant les bienfaits de la colonisation . Quant aux  autres sans  porte parole pour  énumérer   toutes  les  humiliations d’être un gars émigré de l’ancienne ou la nouvelle génération  quand on s’appelle Ali ou Mohamed .

Mamadou me quitte au pas de course avec un gros rire qui en dit long…

Mamadou, le copain de rue, souvent m’apprend que la vie quand elle vous malmène, c’est qu’au fond elle vous aide à résister à  votre misère …mieux que rien!

Pauvre   Mamadou, il est coincé. Il ne peut plus revenir au pays, et il vit mal en France. Que  faire des gens comme lui  …Ils sont brûlés des deux bouts ….Et moi le SDF français ai-je encore une opinion, ma carte électorale sert-elle  à faire entendre  ma voix ?

C’est bon, les gars ! Maintenant  je m’enroule dans mon carton, et je fais le mort.

A demain, pour un nouveau matin…


le 26 décembre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
26 décembre 2011

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 744
  • 6 829