Rachid fils de Moudjahed demande la nationalité Algérienne depuis trente ans

RACHID, LE FILS DE MOUDJAHID, OU LE RÊVE BRISÉ, En quête de la nationalité Algérienne depuis trente ans

Rachid est un quinquagénaire,analphabète, célibataire, journalier et sans ressources, sans toit (vivant dans un réduit) vivant d’expédients… De tout cela, il n’en a cure, son seul souci, sa seule préoccupation est l’acquisition de la nationalité algérienne par naturalisation. L’histoire de Rachid est pleine de désenchantement, de tristesse, de misère…et d’exclusion.

Benaissa Rachid est né le 26 juin 1962 dans les environs d’El Araeche (Maroc), à la frontière Algérienne, d’un couple de ressortissants Marocains. Le père,Benaissa Abdelkader, un vaillant moudjahid, est membre de l’ALN depuis 1957 jusqu’à l’indépendance du pays. Le défunt moudjahid Benaissa Abdelkader a côtoyé les grands chefs militaires de la révolution, le président Boumedienne, Abdelhafidh Bousouf,le président GPRA, Benyoucef Benkhedda et tant d’autres.

À l’indépendance du pays, la famille rentre ou revient en Algérie et réside à Sidi Bel Abbès. Quelques années plus tard, en 1969, le père décède, alors que le jeune Rachid n’a que 7 ans. La qualité de Moudjahid du défunt père est indiscutable et ne souffre d’aucun doute; elle est attestée par la fiche communale délivrée. La mère de Rachid, devenue veuve, est contrainte de travailler en qualité de femme de ménage pour subvenir aux besoins de la famille. Ressortissante marocaine, elle entreprend des démarches pour obtenir la nationalité Algérienne par naturalisation. Et en 1992, la nationalité Algérienne lui est octroyée. Rachid, ayant atteint l’âge de 18 ans en 1982, engage également les mêmes démarches… Mais, aucune suite n’est réservée à sa demande. Ce sont de longues années de galère, des années de précarité, des années d’incertitude… Rachid qui n’a connu que l’Algérie indépendante, le pays pour lequel son père s’est battu les armes à la main pendant des années, a fait l’objet à plusieurs reprises d’une reconduite à la frontière ouest du pays. Mais, Rachid n’ayant d’autre patrie que l’Algérie, ne s’avouant jamais vaincu, revient au bercail aussi rapidement qu’il en a été refoulé.

Une fois, dans les années 90, “refoulé”, il a été surpris sur la bande frontalière par une patrouille de l’ANP. Mais, l’officier supérieur de l’ANP, à qui les djounouds ont présenté l’intrus, a été profondément ému par la malheureuse histoire de Rachid. Il a immédiatement libéré Rachid, en lui remettant une somme d’argent pour subvenir à ses besoins et retourner à Sidi Bel Abbès. Cette situation “d’apatride” s’est répercutée sur sa situation sociale. Une précarité sans fin mais qui n’a pas fait baisser les bras à Rachid, qui a poursuivi sa quête d’identité. Rachid n’a de cesse de multiplier les demandes d’octroi de la nationalité, aidé en 2002 par la direction de l’action sociale du ministère des moudjahidines, vu sa difficile situation sociale, qui a retransmis son dossier au ministère de la justice. Le bureau de wilaya de l’Organisation Nationale des Moudjahidines s’est également joint …à sa quête, puisqu’il a adressé en 2010 une requête appuyant son cas au ministère de la justice, vu sa qualité de fils de Moudjahed, et sa situation sociale précaire et de surcroît menacé d’expulsion du territoire national.

Et… Enfin, une petite lueur d’espoir, en mars 2016, la direction générale des affaires judiciaires et juridiques lui demande de ramener le certificat de nationalité Algérienne de sa mère… pour réengager la procédure d’octroi de la nationalité.
Rachid, l’Algérien de cœur et d’adoption, attend toujours ce sésame, trente quatre ans après sa première demande. Depuis, c’est l’attente…. Malgré un quotidien amer, Rachid ne désespère toujours pas d’acquérir un jour la nationalité algérienne et d’accéder de plein pied à cette citoyenneté pour laquelle son défunt père a fièrement combattu durant les années de braise. Espérons que cette fois sera la bonne pour Benaissa Rachid, pour qu’il puisse accéder à cette citoyenneté tant attendue…et peut-être sortir de cette précarité si éprouvante.

M.M (Ouest info du 21/12/2016)


le 21 décembre 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 décembre 2016

1 Commentaire pour “Rachid fils de Moudjahed demande la nationalité Algérienne depuis trente ans”

  1. Alors que des harkis et d’autres traitres l’ont obtenu aisemment! Beaucoup de dirigeants sont nes au Maroc et n’ont rien fait pour notre pays mais ils ont la nationalite.Notre pays est celui des passe-droits et de la hogra.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00