Sidi bel abbes: Sauvons le soldat “Simo” et ses ( nos) Bouquins

C’est sous ce titre magistral, que nous avons été interpellés par le cri du cœur d’un  passionné de lecture qui lors de ses passages à Sidi bel abbes , ne manque sous aucun prétexte de rendre visite à un jeune bouquiniste installé depuis voilà des années  au coin de l’immeuble abritant les anciens magasins Tari, en face du monuments aux morts de la ville.Cette activité qui devient au fil du temps une curiosité, du fait que l’activité du livre  se rétrécit comme une peau de chagrin, c’est une espèce en voie de disparition. Lire, ce verbe ne se conjugue presque plus en Algérie. Il est remplacé depuis un certain temps par le verbe manger ou sa variante, plus raffinée, consommer. Lire, les Algériens n’ont plus le temps nécessaire pour cette activité intellectuelle. A vrai dire, ils ne trouvent plus un intérêt pour s’adonner à la lecture, cette activité qui ne rapporte presque rien… sauf du savoir et de la culture. Justement, ces deux mots ont aussi disparu du vocabulaire des Algériens, du moins de la majorité écrasante d’entre eux. On apprend que ce jeune vendeur de livre a été sommé de quitter les lieux. Nous laissons à nos lecteurs tout le loisir d’apprécier à travers la suivante lecture toute l’absurdité d’une décision qui sonne le glas de ce qui reste de la culture de l’esprit dans une société en perte de repères : Bonne lecture!

Besoin d’un bon bouquin, un “kheirou djaliss” pour accompagner vos veillées solitaires? Un ouvrage de référence, technique? Un polar? Un roman SF ? Un Steinbeck ? Un Maameri ? Un Murakami? Un Camus? Un Pinchon (oui, j’en ai trouvé chez lui) ? Un Romain Gary (que de fois il m’en a laissé de côté) ? des vieux livres amoureusement entretenus? Alors, la bonne adresse est chez l’ami Salim (Simo pour les intimes).
L’étal de Salim fait partie des incontournables petits coins conviviaux pour les amoureux des lettres à SBA ( et, à ma connaissance, un des rares à l’Ouest du pays, et probablement dans tout le pays). On s’y rend comme à une sorte de pèlerinage livresque et on n’est jamais déçu. De derrière le modeste étal, Salim vous sort toujours un ouvrage de votre auteur favori que vous n’avez pas réussi à trouver. Ou sinon, il ne manque pas de vous téléphoner une fois qu’il a mis la main dessus. Parce que Salim est un homme du métier. Il ne vend pas seulement les livres, il prend soin de ses clients. et puis, c’est un véritable biblio-phage. Un gros dévoreur de livres. Et qui a du goût. Qui a plaisir à discuter de sa dernière (ou avant-dernière, ou avant-avant dernière) lecture Et à vous conseiller.
C’est toujours un plaisir de le rencontrer lors de mes visites à SBA. Un passage obligé.
SEULEMENT,voilà.On apprend que les services de police soucieux de faire un “clean-up”, un “nettoyage” pour plaire aux autorités (sur leur injonction ??) ont sommé hier notre bouquiniste à faire place nette,-un étal de livres gâchant leur vue, semble-t-il.
Un wali précédent a bien promis un kiosque en dur (les ambitions de notre ami sont d’une modestie , à son image) mais les promesses sont si faciles à faire.
Aussi, Salim a été contraint de ranger ses bouquins et enlever son étal qui est là depuis tellement d’années.
Faut-il aussi être ancien moudjahid (ou fils de..) pour qu’on puisse nous accorder le simple et “minable” privilège de vendre des livres et participer un tant soit peu-même modestement- à faire reculer l’inculture et la médiocrité qui gagnent de larges pans de la société?
On demande, on souhaite que si quelques gens sont sensibles à la valeur de la lecture et, partant, du livre, qu’elles se manifestent pour sauvegarder ce “patrimoine” Belabbesien qu’est “l’étal de Salim”, du moins l’aider dans sa démarche pour un accès à un kiosque vu l’extrême utilité publique que son métier (c’en est bien un et quel métier!) présente.

 


le 20 septembre 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
20 septembre 2015

3 Commentaires pour “Sidi bel abbes: Sauvons le soldat “Simo” et ses ( nos) Bouquins”

  1. yahia.s

    Bonjour Si Beldjilali.

    La culture n’a pas de préférence quand il s’agit de mettre de l’ordre dans une société qui fait de l’informel une priorité dans le gain quotidien. Salim, malgré son action noble depuis bien des années, il lui est interdit de sombrer dans l’informel en utilisant le livre comme otage. Ce n’est parce qu’il étale le bouquin rare qu’on doit le soutenir dans son action informelle.Inadmissible.Il achète , il vend et automatiquement il fait du bénéfice. A doit-on le droit de protéger une personne qui échappe au fisc? Ce qui est navrant dans cette histoire c’est de vouloir toucher la sensibilité du lecteur à travers le livre. Salim est pareil aux enseignants qui prennent en otage les élèves à travers les cours de rattrapage “at home”. Des sommes colossales qui n’ont jamais été déclarées au fisc. Et dire que ce dernier, n’a à aucun moment jugé utile de déranger cette action informelle. Pourquoi? Leurs enfants sont intéressés. Le livre est un moyen éducatif , et dans l’éducation il est interdit de tricher. C dans la légalité qu’on doit préserver le patrimoine.

    • Belhouari B.

      Que faut-il de plus à un aveugle ? Un fard à paupières !! est un adage , bien de chez nous , qui signifie le comble de la bêtise . Alors que l’embarcation prend l’eau de toutes parts , on s’inquiète en priorité de l’écoulement du robinet d’arrêt des toilettes du Commandant. Les pavés à même la chaussée juste en face du siège de la Wilaya n’ont pas l’air d’émouvoir les mêmes agents de sécurité qui ont eu à sommer le ” bouquiniste” à évacuer un endroit qu’il occupe depuis des lustres. Qu’on recommande une application stricte de la loi, comme le clame notre internaute, quoi de plus évident? Faut-il choisir entre la chaussée ou un angle d’un trottoir qui ne dérange personne? Je crois qu’en de pareilles situations , invoquer la loi devient ridicule et c’est là où notre adage populaire trouve toute sa saveur. Je trouve que la noblesse de ce ” bouquiniste ” est à mettre à l’honneur de la ville de SIDI-BEL-ABBÈS , pour le choix original de son activité , même s’il est en marge de la légalité que bien d’autres contrevenants enfreignent tous les jours , et bien plus dangereusement , avec tout le respect que je voue à la loi qui , en de pareil cas , devient scélérate . Respectueusement

  2. Adem

    bonjour,
    je suis vraiment attristé d’apprendre que ce jeune nommé SALIM a été sommé de quitter l’endroit ou il vendait des livres. SON ETAL EST UNE VRAIE BIBLIOTHEQUE ET D’APRES MOI C’EST LA MEILLEURE A SIDI BEL ABBES

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00