TABIA : Des fermes sans eau ni électricité…

Certains villages connaissent un maigre progrès que d’autres. Cela dépend des degrés d’intéressement, de prise de responsabilité de l’autorité sur place. Mais en général, toutes les communes se ressemblent, elles donnent l’air d’endroits meurtris, le cadre de vie ne connait aucune activité de distraction ou de défoulement qu’il soit culturel, sportif ou autre.

DSCF0334Vous faites un tour et vous découvrez chagrinés à travers les habitants cloués ici et là avec un regard détruit, vous comprendrez en résumé qu’ils on en de trop aux cœurs, qu’ils veulent échapper à une inextricable situation, mais ne peuvent le faire sans nul choix en parallèle.  Ici l’être s’égare dans ses pensées en se tenant à l’ultime compagnie de soi même, dans ce dialogue restreint les portes ne procureront aucun havre équilibrant, l’être se noie dans ses désirs qui ne trouvent aucune satisfaction.

Une fois submergé, il doit se vider du contenu, qu’importe la façon. Il veut un travail, il ne peut pas l’avoir. Il veut une voiture qui devient une nécessité, impossible. Il veut se marier, comment le faire dans un milieu détruit de toute espérance….. Comment peut-il élever ses enfants dans toutes ces conditions et d’autres.

À ce stade, certains se résignent et s’adaptent avec force avec les conditions de vie imposées par une politique monotone devenant dans le train de vie un wagon de trop pour une société saine ou disponible à être sauvée. D’autres ne pouvant tenir,  s’évadent dans l’infini de la dégradation sociale, à la consommation de boissons et des drogues cherchant coute que coute à interrompre le fardeau moral d’une vie qui parait sans gout de vivre.

Après 50 ans d’indépendance, l’algérien est toujours sans électricité, sans eau potable, sans transport. Les habitants de la ferme BRIERE distante de prés de 4 KM de la commune TABIA et relevant de sa circonscription, n’ont pas de transport, ils marchent toute cette distance pour faire leur marché ou rejoindre leurs foyers. Ils font de l’auto-stop en famille, des enfants à bas âges dans de pénibles conditions. Ils se plaignent aussi de l’absence affreuse d’eau potable. Ils disent qu’ils s’abreuvent d’un puits d’un voisin bienfaiteur.

Les fermes voisines à vocation agricole jonchant la rue menant vers BEN BADIS sont sans électricité. L’irrigation des terres devient pratiquement impossible. Les éleveurs de bétail sont confrontés à de véritables problèmes qui rendent davantage plus dure leur activité.

Après plusieurs années et énormément de correspondances adressées aux P/ APC de la commune de TABIA qui se sont succédé, aux responsable de la sonelgaz, à ceux de L’A.D.E, la situation des habitant de la ferme et ceux des autres limitrophes demeure inchangée.

La politique de redynamisation et de  développement des zones rurales dans le but de les rendre plus viables sur le plan économique et social se trouve désormais confrontée à une réalité morbide qui positionne en net décalage le discoure et la réalité sur le terrain. La réalité n’est pas aussi sorcière à exiger des superman pour être comprise, c’est des gens qui vivent de ces terres, elles sont leurs moyens d’exister avec leurs familles. Ils sont là à défier des conditions qu’ils cesseront avec le temps de ne plus pouvoir lutter contre et finiront par  déchanter. Devant ces conditions de vie sans apaisement, l’exode devient d’abord une idée et finira un rêve à réaliser.

Djillali Toumi


le 06 juin 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
06 juin 2013

1 Commentaire pour “TABIA : Des fermes sans eau ni électricité…”

  1. Abassia

    Eh OUI, il est absolument scandaleux de constater qu’au 21è siècle, certains de nos villages et douars vivent encore sans un minimum de moyens vitaux à savoir d’abord l’eau et l’électricité.
    Alors que le gouvernement algérien est généreux pour effacer la dette de 500 millions de dollars des pays comme l’Irak et le Yémen et celle de quatorze pays membres de l’Union africaine, nos régions sont encore d’aspect miséreux. QUELLE HONTE!
    Comme dirait ma grand-mère: “DJAZAR YAT RACHA BE LEFT ( le boucher dîne avec un ragoût de navets).

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00