Les Archives de Bel-Abbes.info

Wilaya de Sidi Bel Abbes : Figée dans le temps! (Part I)

Dans la wilaya de Sidi Bel Abbes , tout semble figé ou mis en veille et pour cause, hormis quelques activités qui touchent l’USMBA ces derniers temps, en prévision de la prochaine saison qui s’annonce déjà difficile, aucun autre évènement soit-il économique, social, culturel ou autre ne semble venir changer le quotidien des administrés qui se retrouvent depuis le départ du Wali Hattab, dans l’expectative d’un sursaut salutaire à cause de cette profonde léthargie qui touche presque tous les secteurs à moins qu’un “éveil gouvernemental”  pour relancer la “machine”,  ne pointe à l’horizon. Une machine grippée depuis bientôt une année, pourtant après cette période sous d’autres cieux, on commence à exiger des résultats et surtout pour une wilaya comme la notre, pionnière dans presque la plupart des secteurs, et qui se retrouve du jour au lendemain “sinistrée”.

Parlons en, par exemple d’un secteur clé qui fait de toute région ou wilaya , le moteur économique essentiel au développement local ou régional à savoir le transport mais malheureusement pour notre cas, lui aussi touché par un laxisme qui ne dit pas son nom!

Sidi Bel Abbes ville ou chef lieu de wilaya , dotée de trois gares routières, deux gares ferroviaires dont l’une n’est pas encore sortie de sous-terre , seul son fantôme invisible hante les passagers du tramway du fait de l’arrêt régulier et obligatoire observé à son endroit en plein campagne sans qu’on y voit les moindres contours d’une forme quelconque de train pourtant le dit projet du train électrique LGV Oued Tlélat-Frontière Akid Lotfi (voir article de BAI du 09/10/2011) touche maintenant à sa douzième année depuis son lancement mais cela est un autre sujet , passons !

Dans les grandes villes , on a commencé à centraliser et regrouper tous les moyens de transports dans une et une seule grande superficie pour faciliter le mouvement des voyageurs pour leur éviter ces tracasseries de déplacements douloureux parfois inutiles qu’ils subissent et leur font “vider les poches” entre les différentes gares routières ou stations de taxis.

À Sidi Bel Abbes, la situation est catastrophique jugez-en!

Trois gares routières et plusieurs autres stations de transport urbain improvisées selon l’humeur et guise des transporteurs ou de l’administration, font subir le citoyen lambda et le pauvre voyageur un parcours du combattant sans fin pour se retrouver dans ce labyrinthe ou qu’il puisse dénicher laquelle des gares routières est susceptible de le ramener à sa destination finale. Les cas de voyageurs perdus dans le tramway entre ces différentes gares sont fréquents et les contrôleurs du tramway en savent quelques choses.

Il faut dire qu’à Sidi Bel Abbes tout a été conçu ou se fait pour dérouter le voyageur en partance soit par bus ou taxi pour une destination , ceci sans parler des milliers de taxis urbains, interurbains ou collectifs qui se retrouvent confrontés à eux-mêmes à cause de cette forme de laxisme découlant sans doute du manque d’initiative dans le domaine et surtout du défaut de prises de décisions fermes d’ailleurs il n’y a pas un seul jour sans que des sit-in de taxieurs  ne soient observés devant la direction des transports. En ce qui concerne tout d’abord, les taxis urbains,  malgré les récentes augmentations des tarifs de course, opérées à l’insu du consommateur, tout le monde fait ce qui lui “plaît” alors que leurs homologues des autres villes ont été contraint d’installer les compteurs des tarifs . Bref tout est chamboulé à Sidi Bel Abbes depuis un certain temps jusqu’à transformer une gare routière urbaine qu’on désigne communément station 17,  en un parking sans aucune contrepartie bénéfique à la ville et improvisation des arrêts voisins à la dite station. D’autres parts, pour les taxis interurbains, c’est une autre calamité, autant de directions, autant de stations le tout baignant dans une anarchie totale, dès lors, le citoyen fatigué et las, a abandonné tout idée de dénonciation.

En réalité, il n’y a pas un seul jour sans que les usagers de ces moyens de transports urbains, collectifs ou interwilayas ne se plaignent des difficultés et tracasseries qu’ils endurent pour retrouver leur chemin vers telle destination et ou telle commune surtout ceux qui transitent par la ville.Parler de tourisme dans ces cas-là, devient utopique. Trouver une gare qui desserve la ligne par bus vers Oran par exemple, relève de la pure fiction , le voyageur de Tessala ou de Zeroula sera perdu entre les trois gares routières (Sud , nord et Est). Il devra prendre un taxi lui coûtant douloureusement le double du prix de la course qu’il vient d’effectuer en arrivant en ville pour aller vers une autre gare, s’il ne se perd pas en cours de déplacement. Bref , heureusement que le Tramway devenu salvateur pour une frange de la population, un projet initié d’ailleurs, à temps sinon il n’aurait jamais vu le jour avec les visions limitées d’aujourd’hui ,  est là pour combler les lacunes des uns et des autres.

Enfin et pour clore,  les conséquences d’un nouveau plan de circulation dans la ville suite à l’introduction du tramway ne sont toujours pas visibles tout ceci coté terrestre, mais quand il s’agit d’aérien, la déroute est totale  et à l’instar des autres wilayas du pays où on s’acharne de réhabiliter les aérodromes , la wilaya de Sidi Bel Abbès, pionnière en aéronautique et même dotée d’un grand aérodrome, réhabilité par les autorités d’antan pour accueillir des avions de  moyens tonnages (jusqu’à 100 passagers) et complémenté par une station météorologique régionale , se retrouve dans une situation catastrophique du point de vue activité aéronautique malgré de grands efforts déployés par les quelques membres de l’aéroclub qui essayent par tous les moyens en leur possession de faire revivre cette activité jugée primordiale pour l’essor économique de la région mais que peut faire une association de bénévole sans le moindre sou.Même l’entreprise de gestion des aéroports de la région Ouest (EGSAO) qui avait lancé des travaux de clôture métallique du périmètre de l’aérodrome pour sa sécurisation, trop occupé à achever le nouvel aéroport d’Oran, fait une sourde oreille au comité de l’aéroclub quant à toute prise en charge  de travaux minimes fusent-ils ou de désignation de gardiennage. Il est clair que le secteur des transports dans la wilaya de Sidi Bel Abbes laisse à désirer et que seul un nouveau souffle puisse redonner de l’espoir à tous les intervenants.

07 juin 2018

le 07 juin 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
07 juin 2018

2 Commentaires pour “Wilaya de Sidi Bel Abbes : Figée dans le temps! (Part I)”

  1. ABDELHAK BENSFIA

    C’est une aberration ÉCOLOGIQUE insupportable et DAME NATURE n’a pas manqué de crier au scandale se manifestant par des réunions récréatives comme si nous étions au bord du lac BAIKHAL . Ce n’est pas plus qu’un étang qui faisait la joie de beaucoup d’espèces d’oiseaux de passage, et de plus en plus se transfère en dépotoir et en lieu de villégiature pour des déclassés ne sachant pas encore s’ils sont urbains ou ruraux. En tout cas le respect des autres , la convivialité et la nature ne semblent les concerner, libres ils sont , peu importe ce qu’ils laissent derrière eux , la SOCIÉTÉ EST À LEUR MERCI . Et pourtant c’est en voiture qu’ils se déplacent , la femme à la cuisine improvisée et l’homme à l’asticage du véhicule toutes portes ouvertes à l’aération naturelle , et à la douche savonnée. MAIS OÙ SONT LES AUTORITÉS qui détournent leurs regards pour ne pas être incriminées . Fermer l’accès de SIDI M’HAMES BENALI AUX VOITURES ET AUTRES MOTOS et le déferlement de la marée humaine s’instompe rait comme par miracle , d’autant que la COMMUNE DE AIN TRID N’EN TIRE QUE DES DÉBOIRES , la nuit les rives du SITE sont plus peuplées que le village lui même…MESSIEURS DE LA WILAYA UN SIFFLET SUFFIT POUR ARRÊTER LE MASSACRE ET RENDRE À DAME NATURE SES DROITS SUR L’ESPACE ET BENIFICIER AINSI AUX PIÉTONS pour goûter aux joies des RANDONNÉES PÉDESTRES

  2. doc22

    l’aérogare coûte une poignée de dinars.. l’argent que la wilaya a jeté dans le lac de sidi mhamed ben ali c’est de quoi construire un aérogare complet. le petit jet d’eau qui a fonctionné que deux mois si vous voyez son coût wallah sûrement c’est la valeur d’un boeing 747…hhhhhh

Les commentaires sont fermés

Visites :

  • 1 284
  • 7 141

HORAIRE TRAIN ( site : sntf.dz)

Départ - Arrivée

ORAN - SBA
07h30 - 08h35 (*)
08h40 - 09h44 (**)
12:50 - 13:55
15h20 - 16h25 (**)
16h00 - 17h05 (*)
17h00 - 18h22
19h40 - 20h43(***)
22h40 - 23h45(***)
23h30 - 00h35(****)

(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar Sam/lun/Mer

SBA - ORAN
03h30 - 05h00 (***)
05h40 - 07h00
06h12 - 07h25 (***)
07h06 - 08h09 (*)
07h42 - 09h00 (***)
08h30 - 09h30 (**)
11h20 - 12h22 (*)
16h29 - 17h26 (*)
18h51 - 19h57 (**)
(*) venant de Tlemcen
(**) Venant de Saida
(***) venant de Bechar

ORAN ALGER

06h10 - 11h15
08h00 - 12h00(*)
12h30 - 18h00
15h00 - 19h30(*)
17h00 - 21h07

(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 - 11h25
08h00 - 12h00(*)
10h00 - 14h10
12h30 - 18h00
15h00 - 19h00(*)

(*) rapide

ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51

TLEMCEN - ORAN
05h50 - 08h09
10h30 - 12h49
15h30 - 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 - 16h22

MAGHNIA - ORAN
08h50 - 12h22
14h05 - 17h05

TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 - 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 - 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 - 07h15
13h30 - 14h31
17h02 - 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 -- 08h14
09h30 - 10h34
15h05 - 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 - 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 - 07h15
ORAN - SAIDA
08h40 - 11h17 nouveau
15h30 - 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 - 07h30
17h20 - 19h57 nouveau
ORAN - BECHAR
19h40 - 05h50
22h30 - 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h40 - 04h50
22h00 -7h16 (Sam,lun,mer)