Act 2, Scène 3 : “If you cannot beat the system then join it” *

Il y a bien longtemps que j’ai renoncé à charger la mule des représentants de la politique en les accablant de tous les maux et mots qui relèvent au fond de notre responsabilité collective et de personnaliser les problèmes.L’homme passe mais le système demeure!
Les derniers rebondissements liés à « la démission » de Ouyahia relèvent du sitcom combinant la continuité d’un système qui refuse de s’amender et le « renouvellement » (ou péripéties anecdotiques), qui fait de nous des spectateurs sans prise sur les évènements.
Le genre est éprouvé et le téléspectateur (lecteur en l’occurence)est familiarisé avec les personnages et toute rupture apparente avec la continuité du feuilleton politique l’émoustille car il y voit une intrique dans le récit narratif. Par le truchement de sa participation vocale autour d’un café ou par clavier, il se voit faussement acteur et pense devenir co-auteur ou co-scénariste du sitcom en y allant de son analyse.
Hélas dans ce schéma établi que l’on veut bien appeler ‘politique’, le peuple ne prend conscience des enjeux et du choc des ambitions que lorsque la comédie du pouvoir se transforme en ‘dramatique » du fait du déséquilibre entres les forces de la continuité et celles timides du renouvellement.Chaque mort que nous pleurons, en porte témoignage!
Confronté à des aspects plus graves de son existence, le peuple a fini par se désintéresser des personnages du sitcom politique et de leur sort. La crainte révérencielle des années Boumédienne et les co-optations ont façonné un sérail dans lequel décideurs et technocrates écrivent le scénario, les répliques et n’ont comme désir profond que de voir le feuilleton s’éterniser, voir leur pouvoir s’amplifier et réduire l’importance du personnage principal qui ne figure même pas dans le casting: le peuple.
A un muscle endolori, nous savons ce qu’il faut appliquer mais que faire face à un cerveau en buttes à toutes les dissonances et à qui l’on présente des vérités du jour?
Peu de sociétés ont connu traumatisme aussi profond que celui de la société algérienne , victime du viol colonial et du syndrome de stress traumatique lié aux épisodes sanglants de son histoire récente.
Le sentiment national reste vivace et vigilant convaincu que notre pays entre dans les plans de la recomposition du moyen et proche -orient et que les forces de la division restent à l’ordre du jour. Toutefois, il ne sera pas mobilisé sur des mots d’ordre creux et sur des injonctions à construire une modernité démocratique factice.
Non l’expansion mondiale des empires coloniaux n’est pas terminée mais elle emprunte d’autres formes tout en s’appuyant sur le développement massif d’armements sophistiqués et de nouvelles technologies militaires pour mettre à rescipience toute velléité d’émancipation réelle.
La suprématie industrielle et technologique se double d’une hégémonie dans les sphères culturelles, financières et scientifiques dont le but ultime est de cantonner tous les autres pays à la périphérie et d’en faire des spectateurs de leur propre histoire.
A l’aune de ces enjeux, comme il nous paraîtra puéril ce feuilleton « politique ».
La démission idéologique de notre peuple me semble autrement plus grave en épousant aveuglement les thèses d’une mondialisation et le renforcement du libéralisme économique qui mis à bas notre embryon de tissu industriel pour le livrer aux décideurs et technocrates jouant aux pompiers pyromanes.
Est-ce le peuple-public qui est vraiment nul comme ils le prétendent? Pourquoi les répliques du texte concocté tombent-elles à plat?²Les comédiens de la politique auront recours à plusieurs « prises » avant la version finale qu’ils nous destinent. Silence on tourne pourrait-on entendre!
La foule trahit le peuple!

* Titre est de la rédaction : l’article est tiré du commentaire laissé par smiley le 5 janvier 2013 à 13 h 25 min


le 14 janvier 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
14 janvier 2013

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 269
  • 7 299