Dans un point de presse animé jeudi dernier au sujet de l’affaire de falsification des notes d’examen dénoncée par des étudiants de 2e année de médecine, le recteur a officiellement reconnu « les défaillances » constatées par la commission d’enquête dans les délibérations .C’est « le  manque de sérieux qui à été à l’origine de cet affaire qui a terni l’image de marque de l’université ». Le recteur dira que ce problème pourrai être évité si les responsables de la faculté avaient informé les étudiants sur le deuxième PV de notes affiché le 7 juin .L’ orateur reconnaitra par ailleurs que des erreurs ont été relevées dans le calcul de certaines moyennes et particulièrement dans le module de biochimie ce qui par conséquent a pénalisé une dizaine d’étudiants dont 6 d’entre eux ont été rétablis dans leurs droit après vérification des dossiers au cas par cas. Face aux déclarations officielles du recteur et portées d’ailleurs sur le rapport adressé au ministre de l’enseignement, bien des questions sont restées sans réponses et des énigmes demeurés entiers .L’erreur matérielle évoquée contre toute attente, est elle intentionnelle et qui l’a provoqué ? Si le calcul des moyennes se fait au moyen de l’excel comme il a été confirmé par le recteur donc c’est l’ordinateur qui s’est trompé. Si c’est le report hasardeux des moyennes effectué par des agents de saisie ; le nombre d’étudiants pénalisés est important. Devant toutes ces questions posées par les représentants de la presse ; Le recteur a conclut « si les délibération ont été menées sérieusement, on aurait évité cette histoire » tout en expliquant que les professeurs auraient vraisemblablement  déposé les notes au secrétariat de la faculté et l’on aurait délibéré sans procéder aux vérifications et comparaisons des moyennes . A propos des éventuelles sanctions des responsables de ce scandale ,le recteur a précisé que le doyen de la faculté a été saisi afin de l’instruire sur la procédure réglementaire à entreprendre dans des situations pareilles. Du coté des étudiants la solution adoptée par l’administration de la faculté est loin de les convaincre . On craint des mesures de représailles surtout à l’encontre des étudiants qui ont eu le courage de dénoncer cette mascarade . On estime que la faculté de médecine est la « chasse gardée » d’un groupe de professeurs qui est à l’origine de toutes les décisions . Les étudiants exigent des sanctions à l’encontre de la tête de la pyramide de la faculté . On apprend que l’affaire de la faculté médecine vient d’être parrainée par L’UGEL .La tension est montée de plusieurs crans et les organisations estudiantines se préparent à un large mouvement de protestation après le fête de l’aïd à en croire des sources bien informées des milieux estudiantins

4 thoughts on “Affaire de la faculté de médecine (UDL) : La montagne qui accouche d’une souris”
  1. La montagne qui accouche d’une souris !!!
    Monsieur Aissa M est on ne peut pkus réaliste.
    bien sur ce n’est qu’une souris, pourquoi tout ce tapage ?
    On a bien vu des rats on en est pas morts!!Ce qui peut tuer C la legereté avec laquelle on prends les algéRIENS pour moins que rien.
    Le recteur dit: 1* que CT le manque de seieux 2* Si les responsables avaient….. 3* reconnaitre des erreurs de calcul de moyenne (dans une Universtité) 4* si les délibération ont été menées sérieusemen 5* Expliquant que les professeurs auraient vraisemblablement…… 6* On aurait délibéré sans procéder aux vérifications.
    A mon avis C propos ne resseblent pas à une souris !!!!

  2. Défaillances, manque de sérieux, erreurs dans le calcul des moyennes, délibérations faites sans une vérification préalable des notes… tout cela, a été reconnu officiellement. Et après? Eh bien, après… rien! Ou presque : Les «victimes» ont été rétablies dans leur droit. Est-ce tout ce à quoi pouvait aboutir l’enquête qui a été ouverte ? Aucune action corrective ? Ni sanction dissuasive ? Cette enquête c’était donc une parodie? Que nos facultés soient devenues un lieu où on peut bluffer, tricher, faire illusion en toute impunité… qui pourrait digérer cela ?

  3. des omissions dans les PV individuels, c’est acceptable à un certain degré” dans une faculté d’*ETUDES SUPÉRIEURES*. d’autres dans les PV collectifs c’est toujours acceptable même si,ce n’est pas du tout convaincant.Mais! d’autres omissions dans les PV de la commission chargée du contrôle et de la validation définitif des notes à afficher, alors là, s’il vous plait, sauf si, on confond l’être à une bête sellée.

    il s’agit bien là, d’omissions volontaires. plutôt, appellons le chat par son nom,*TRAFIC LUCRATIF* qui dévoile les secrets des * REALITY-SHOW* de la situation actuelle de tout le pays.

  4. Le recteur To qui est le frère du ministre du transport doit démissionner avec son groupe (ami) de la fac de médecine.Ils n’ont ramené que corruption et piston, à cette université à l’image de celui qu’il l’a placé. La révolution des jeunes viendra de ce coté si rien n’est entrepris par Bouteflika pour endiguer cette corruption qui est maintenant dans nos universités.Où allons nous comme ça ? Où sont nos députés et sénateurs pour intervenir dans cette mascarade et trancher définitivement, sont-ils hommes pour dira basta à cette maffia universitaire.L’université doit demeurer un lieu du savoir loin de toutes malversations et corruption.Tout les clans de l’université doivent revoir leur situation parce que le jour J arrive.C’est la enième fois qu’une affaire de ce genre est dévoilée avec ce TOU.Les bras longs de son frère ne peuvent se maintenir aussi longtemps, Roh rabania dji ou teglaagoum inchallah !

Comments are closed.