Il a fallu attendre plus de huit mois pour qu’enfin au cours de cette semaine  l’association de sauvegarde du patrimoine Architectural, Culturel et Environnemental de la ville de Sidi Bel Abbès représentée par son président M. Talha Djelloul soit convoquée par le service des associations de la wilaya pour retirer son agrément . En effet , l’on se rappelle que cette association est née un certain 11 Janvier 2014 lors d’une assemblée générale constitutive (voir notre reportage de cette date) où tous les aspects organisationnels de cette association dénommée Espoir ont été étalés à l’assistance forte d’une cinquantaine de citoyens Bel-abbesiens, tous soucieux du même objectif que s’est tracé le président élu M. Djelloul Talha, un confrère et membre actif du journal bel abbes info avec des personnalités bien au courant des détails profonds de la Mekerra . Un mois plus tard  et suite aux procédures d’usages de recueil de signature et d’information générale des membres, le 18 Février  fut déposé le dossier d’agrément officiel de l’association auprès des dits services (voir BAI de la même date).

Coïncidant avec la fête nationale de la corporation journalistique, l’association vient de retirer son agrément et se prépare à affronter la réalité d’un terrain fort sinueux composé d’un grand nombre de sites en état de ruine et parfois irrécupérable.Il est dit que les écrits font l’histoire mais l’histoire c’est aussi des traces tangibles et visibles pour les générations futures, l’exemple typique nous vient justement d’Alger où la célèbre prison de Barberousse (Serkadji) sera transformée en Musée de mémoire. Cela reste valable chez nous dans la Mekerra où des cas similaires doivent faire l’objet d’une étude  de réhabilitation également à l’image de la prison de Bossuet. Ainsi, l’une des missions permanentes de l’association demeure un bataille administrative pour réhabiliter ces célèbres châteaux du 19ème et 20ème siècle qui peuvent être d’un apport considérable dans le domaine touristique et surtout culturel.