Ces mystérieux pouvoirs des écorces d’arbres et celui des vieux murs en ruines

Dans  cette campagne, de la banlieue parisienne qui m’a vue grandir,  un  sous-bois, d’une grande superficie, dominait  une grande partie du versant ouest de cette contrée. Tout champ visuel qui s’y hasardait, se trouvait envouté par la densité de la  végétation humide, qui embaumait l’atmosphère par son chlorophylle et par les couleurs  que faisaient apparaitre les formes des mystérieux tableaux, qui se révélaient de part et d’autre. Cette vision de la nature, nous obligeait en tant qu’enfant d’y créer notre monde nourri par  les histoires et légendes que nous racontaient nos parents.

 Plusieurs variétés d’arbres  fruitier nous permettait, de remplir nos paniers, et tenter avec de faire pardonner notre évasion, mais surtout et de  vivre, des moments inoubliables et fantastiques-Même ma mère, en fut envoûté à force de m’entendre en parler ;Elle  me réclamait de  m’accompagner de temps à autre, afin de se rendre à chaque fois vers un Noyer , mais  à ma grande surprise, les fruits de l’arbre ne l’intéressaient pas autant que ces branches et son tronc-

Plus tard, je comprenais, qu’elle  aimait  cet arbre pour les bienfaits que lui procurait  son écorce qu’elle enlevait avec un malin plaisir sous  forme de lamelle – Cette écorce, était pour elle, un sur moyens pour protéger ses dents et raffermissait sa gencive. Cette écorce  que l’on nomme  le « Mesouak » se trouvait être  un produit de beauté naturel pour les lèvres, dont raffolaient les femmes arabe de l’époque.

 Ma mère ayant trouvé ce filon, elle l’exploitait en toute discrétion et à sa guise, pour ses besoins personnel et pour  se faire quelques argent, auprès d’une clientèle féminine qu’elle avait fidélisé..

 Depuis lors, les arbres devenaient mes amis et leurs écorces, notre moyen de communication. Ils  me fascinèrent jusqu’à un âge très avancé de ma personne. J’aimais  me rapprocher d’eux, en toute saison, soit pour m’y percher ou pour tenter de découvrir, une nouvelle histoire en  les observant minutieusement.  Aujourd’hui  encore, le plaisir de les rechercher et les photographier  m’inspire. Ramasser, les écorces, lorsqu’elles  s’écaillent sur le sol, et m’en servir plus tard, pour faire du feu lorsque  un feu de braise s’imposait, était un devoir..

Enfant, j’appliquais sur elles, un papier blanc et reproduisais leurs textures au crayon gras par frottage sans savoir, que c’était une technique de dessin utilisée par les surréalistes    Ces empreintes peuplaient mes cahiers et mes rêveries. Pendant longtemps je  bâtissais, des empires et des mondes intemporels, avec mes écorces !.

Bien entendu, comme beaucoup d’adolescents, j’en faisais une mémoire, en  gravant diverses initiales et autres dessins significatif,  ici et la comme pour  transmettre des messages ou en  faire  de l’évènement un souvenir,

Et puis, il y a ce phénomène extraordinaire, que me causaient, les vieilles bâtisses qui m’étaient proches  Tout se qui restaient en elles,  comme ruines, n’étaient que des traces incontestables  d’une  grande maison ayant existé jadis, en cet endroit. Les vieux murs parcheminés, boursouflés, morcelés, décolorés par le soleil et les pluies, ravinés par les vents,, me communique à leur toucher, toutes les histoires connues ou secrètes du vécu de mes grands parents et de ceux qui les côtoyèrent

L’odeur spécifique qui s’en dégage et que je hume avec plaisir, réveille mes gènes, pour se souvenir du conscient de mon subconscient. Ces murs quoique en ruines, demeurent à ce jour vivants et me causent, Certain sont parsemés  dans leur face interne, d’illisibles mots, comme cherchant à ne pas livrer des secrets, qui m’interpellent. Des dates gravées dans la pierre au fronton d’une porte nous révèlent un peu de  l’histoire qui les a traversées.

 Que dire également de ces autre vieux murs, dans d’autre sites de cette campagne de mes ancêtres qui abandonnés,  restent orgueilleux ou humbles, endormis dans leurs passé. Que  peuvent dire, ces semblants de murs qui bordent les sentiers, menant autrefois à quelque destination, et qui sont aujourd’hui herbus.

Tous ces amas de pierre,  sont à leur tour, une véritable mémoire de mon enfance. Ils sont là colonisés par les giroflées sauvages qui poussent dans les fissures de celui contre lequel nous nous adossons. Leurs pétales jaunes et brunes, leur odeur entêtante et poivrée me surprennent encore par intermittence après toutes ces années.

 Ecorces de tous les arbres et vieux murs, en vous revoyant, je me plais à écouter votre langage muet, à sentir votre parfum céleste et tous cela me fais  deviner les secrets que vous tenter de me transmettre dans vos lézardes, vos alvéoles, et vos encoches.

Pour cela je continuerais à vous communiquer se qui en moi, ne vous ai pas inconnus et  transmettrais à ceux qui m’écouteraient le pouvoir qui est en vous.

 


le 19 octobre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
19 octobre 2011

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00