Chadli Bendjedid : Un président piégé par ses propres décisions ! *

Il est des circonstances où nos référents moraux traditionnels nous appellent impérativement à la retenue, notamment pour certains évènements de la vie – la mort, ici en l’occurrence- sauf à  faire l’éloge du disparu, surtout lorsque la dépouille mortelle est encore chaude, et que l’âme du défunt vient à peine de rejoindre son Créateur.C’est ce que nous avons tenté de faire, les uns et les autres, ces derniers jours.
Passé le moment du silence convenu, s’en vient nécessairement l’heure du bilan, s’il n’a déjà été fait, et que nous souhaitons le plus exhaustif possible dans un proche avenir.
D’ici là, et s’agissant plus particulièrement de la « fonction présidentielle » telle qu’elle aura été exercée à ce jour dans notre pays  et à travers laquelle nous sommes enclins à évaluer et à juger l’homme qui y a accédé, que peut-on s’autoriser à en dire dans l’intervalle , sachant  qu’il n’existe  – et qu’il ne saurait exister-   aucune Ecole de formation de Présidents de la République qui ferait œuvre de cadre de référence ?
Contrairement à certaines nations où l’activité partisane « réelle » façonne et propulse irrésistiblement au sommet de l’Etat  les chefs charismatiques et/ou emblématiques préalablement adoubés par leurs  partis politiques, pour être ensuite portés et plébiscités par la majorité de leurs peuples, nos hommes-présidents  étaient appelés à exercer un Destin national selon les données et les circonstances particulières du moment, générant de ce fait deux sortes de présidents qui sous-tendent  implicitement, et pour le moment, deux façons d’accéder à cette haute charge :

– Ceux qui s’y sont préparés de longue date, bien avant l’indépendance pour certains, de leur lointain exil pour d’autres, et qui y sont parvenus, sans états d’âme, avec des stratégies longuement programmées et des plans soigneusement étudiés et minutieusement ciblés, y compris parfois avec des « carnets d’adresses », comme mesures d’accompagnement.

– Ceux qui n’y étaient pas préparés du tout, ou très peu, (de manière générale  brutalement extraits de leur anonymat ou de leur retraite momentanée) et qui s’y sont improvisés, parce que les mécanismes «  successoraux  préétablis » au moment de leur désignation étaient soit inopérants, soit incertains, pour divers motifs et situations.
Ces personnages-ci semblent  avoir ainsi été pris au dépourvu dans leur décision finale d’acceptation de cette charge,  au pays ou depuis leur lointain exil, eux aussi, parce qu’ils leur avait bien fallu répondre, sous  diverses sollicitations et au prétexte de raisons d’Etat, au double  appel de la Patrie  et de leur conscience, autrement dit à l’obligation morale qui leur avait été faite d’assumer  leur « Devoir national » dans des  circonstances politiques et des conditions sociales particulières qu’ils n’auront pas  nécessairement choisies ni négociées, et dans une entreprise où la marche arrière leur était quasi-interdite.

Chadli Bendjedid a fait partie à mon sens de cette deuxième catégorie d’hommes qui se sont acquittés, dans les conditions précitées, avec plus ou moins d’heur, c’est selon, de cette lourde, incertaine et périlleuse responsabilité, leur faisant mal évaluer ou surestimer, à tort ou à raison, consciemment ou inconsciemment , la portée et les conséquences de leurs choix, parce que la plupart du temps mal informés, parfois obnubilés par leurs convictions et/ou égarés par leurs incertitudes , ou à l’inverse, désorientés par leur lucidité, ou le plus souvent  victimes de leurs capacités d’appréciation des évènements, parce qu’insidieusement conditionnés  dans leurs prises de décisions.
C’est mon intime conviction, telle qu’elle ressort du vécu personnel de cette période particulière, au sujet de  l’homme-président dont l’accession à la magistrature suprême résonne encore aux accents du « il n’y a que deux candidats : Chadli et Bendjedid, choisissez ! ».
A cet égard, et pour ce qui est de Chadli, l’homme, Allah yerhmeh.
Quant à Bendjedid, le président,  son bilan sera un jour ou l’autre objectivement évalué et son œuvre jugée  par les générations futures, et à tout le moins, par le tribunal de l’Histoire.
Mais qu’en retiendrons-nous ?
L’homme des réformes  qui devait libérer la société de la pensée unique?
L’homme du PAP et des importations massives de gruyère et de  camembert et autres produits de consommation  qui devaient donner un peu de bien-être à tous au sortir d’une période rigoureuse et drastique du quotidien de nos épiceries et de nos marchés de fruits et légumes?
L’homme qui a permis à chaque algérien de bénéficier d’un passeport et d’une autorisation de change lui permettant, non plus de se précipiter chez Tati pour y engloutir ses devises, mais de tenter, et pas seulement,  de faire du dépaysement et ressourcement « culturel » en famille à l’étranger?
Ou à contrario, comme une lecture en creux, l’homme soucieux de gérer « dans la normalité et la commercialité » l’économie qui a dispendieusement disposé des ressources financières de l’Etat, incertaines au demeurant à l’époque,  et qui a ouvert la porte au démantèlement du tissu industriel et économique hérité de son prédécesseur dans son projet de procéder au mémorable et  célèbre mot d’ordre du « changer TOUT ! »?
L’homme politique respectueux des règles républicaines naissantes mais piégé par les débordements de l’ouverture politique et des tournures incontrôlées de « l’aventure »  démocratique  ponctuée par les douloureux évènements d’Octobre 88  qui lui collent à l’Histoire?
L’homme par qui l’Algérie entrait dans le temps de l’incertitude? L’homme qui …????

Passé le temps  du respect dû au repos de l’âme du défunt, rien n’interdit  d’engager cette évaluation, parce qu’il aura été un homme public qui a déterminé en son temps et à sa manière notre avenir et notre devenir actuel, bilan qu’il convient de faire sans complaisance et avec le sens de la nuance, lorsque les passions et les ressentiments se seront enfin estompés, d’autant plus  que le personnage  nous y invite avec la publication posthume, probable  et officielle de son autobiographie !

Mais à ce tribunal là, il semble bien, au train où les principaux acteurs et témoins privilégiés de notre histoire récente s’en vont sans laisser de « matériaux » à nos historiens, que nous ne pourrons  que convoquer  sa mémoire, et ses mémoires, et faire avec !

 

* Commentaire laissé le 11/10/2012 à 21 h 13 min sous l’article : Chronique du jeudi : « UN PRÉSIDENT EST MORT.»


le 15 octobre 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 octobre 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00